Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 968
Invisible : 1
Total : 974
· mido ben · revecrire · monthery · Lafleurquirime · ori
13140 membres inscrits

Montréal: 8 avr 12:22:09
Paris: 8 avr 18:22:09
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes tristes :: Les bateaux s'éloignent. (cc) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 30 nov 2008 à 14:42
Modifié:  21 nov 2009 à 17:42 par Lastum
Citer     Aller en bas de page

Les bateaux s'éloignent

Abnégation cruelle de la pensée trahie.
Lazurée rouge et or de sinistre agonie
Tristesse sans diamant, couronne et voile doré.
Mosaïque infidèle l'amour t'a trompée.

Les bateaux, s'éloignent,
Porteur de ton amour,
Disparu, rompu

Pourpre ton sang s'échappe et coule avec la pluie
Outremer et noirceur teintée de rouge carmin
Tu l'aimes et tu en pleures honni soit le destin,
Qui d'un brutal revers a massacré le tien.

Les bateaux, s'éloignent,
Porteur de ton amour,
Disparu, caché

Opaque ta douleur est un tombeau fermé,
Goût pâle dans les yeux, un glas étreint ton coeur.
Cette odeur dans ta bouche écoeurante et glacée,
Te bloque et tu t'éssoufles ironie du malheur

Les bateaux, s'éloignent,
Porteur de ton amour,
Disparu, brisé

Et pendant que ton corps éclate à l'agonie,
Et pendant que tes cris nous vrillent de leurs lances,
Et pendant que tes pleurs prennent seuls ta défense,
Et pendant que tes yeux de larmes sont remplis

Les bateaux, s'éloignent,
Le tribunal a tranché
Sentence infinie.

Le bris est sans appel, la séance est levée.
Cet avocat du diable a gagné le procès.
Ton futur est brisé, ta vie n'est rien sans lui.
De quelques mots pesés il t'a anéantie

Les bateaux, s'éloignent,
Et seul reste ta peine
Incompréhensible.

Mais la vie est multiple et tu l'endureras.
Relève la tête, surtout ne pleure pas.
On t'a brisé les jambes et pourtant tu courras,
Allez souris. Allez debout. Allez bats-toi.

Les bateaux, s'éloignent,
Mais peu importe, tu sais.
Tes amis sont là.


Un poème pour une amie, dont j'espère qu'il saura atténuer son chagrin.
Les mots en rouge forment...je ne sais quoi... une trame poétique? Le thème du poème? Que chacun les voit comme il veut.

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
Eliawe Cet utilisateur est un membre privilège


Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
71 poèmes Liste
8937 commentaires
Membre depuis
5 novembre 2007
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 30 nov 2008 à 15:28 Citer     Aller en bas de page

Tiens, c'est étrange. Certains passages me plaisent beaucoup, d'autres un peu moins. Les mots en rouge au milieu, je ne suis pas fan. Je trouve que ça empêche un peu de lire le texte de façon... fluide ?

Enfin, en surlignant, tout allait mieux pour mes yeux ^^

Je ne saurai dire pourquoi, mais l'ensemble me plait.

 
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23533 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
29 janvier
  Publié: 1er déc 2008 à 08:56 Citer     Aller en bas de page

j'ai lu les rouges et les noirs et je voudrai dire que pour une première poésie ce n'est pas mal à bientôt te lire

james

  Membre de la Société des poètes Français.
okana


Plume légère, aquarelle du coeur, partager mon bonheur, sur la page de mes douceurs.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
193 poèmes Liste
7801 commentaires
Membre depuis
20 janvier 2007
Dernière connexion
30 décembre 2012
  Publié: 1er déc 2008 à 13:19 Citer     Aller en bas de page

Bienvenue Latum. Bienvenue sur le site, pour un premier poème déposé, tu t'en sors bien. J'ai adoré ta dernière strophe plein d'espoir. Merci et à bientôt..Nicole tendresse,,,

Mais la vie est multiple et tu l'endureras.
Relève la tête, surtout ne pleure pas.
On t'a brisé les jambes et pourtant tu courras,
Allez sourie. Allez debout. Allez bats-toi.

  Nicole chaput. *Okana *...
Echo


"le bonheur n'est jamais grandiose" On verra bien...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
38 poèmes Liste
1068 commentaires
Membre depuis
1er octobre 2008
Dernière connexion
9 juin 2013
  Publié: 1er déc 2008 à 13:49 Citer     Aller en bas de page

Les mots en rouge rythment les lignes...
J'espère que ton amie a lu ce poème, il est vraiment magnifique.
Beau de tristesse.

Et les bateaux s'éloignent...

Echo

  Là où l'on brûle les livres on finira bien par brûler les hommes...
Rêveuse de Bulle


Enfant des nuits noires.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
1617 commentaires
Membre depuis
9 novembre 2006
Dernière connexion
12 novembre 2012
  Publié: 2 déc 2008 à 02:40 Citer     Aller en bas de page

Je l'aime beaucoup.
Les mots rouges donnent une nouvelle optique au poème, ils semblent faire à la fois partie du poème et même temps en être à part.

Une émotion assez compliquée à expliquer...
Merci pour cette lecture, c'est un merveilleux premier poème.

Yaël

  Ne contemple pas le sac pesant sur tes épaules, et fonce vers le chemin qu'il te reste à parcourir...
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 2 déc 2008 à 14:17 Citer     Aller en bas de page

Vermeille:Les mots en rouge, je trouve que.... le poème ne s'en passerait pas, il serait sans relief.Ils expriment en quelques sorte la confusion qui peut régner quand on vit cela. Et permettent de résumer en quelques mots toute la violence et le désespoir de ce poème.
Par contre la couleur est peut-être un peu flash.Et merci

L'Insoumise: Pour les rimes, je confirme et je suis d'accord, mais j'ai du le finir comment dire, " à l'arrache" par manque de temps et voilà^^.Merci pour ce commentaire.

James:Merci.

Okana:Merci beaucoup pour ce commentaire, je suis ravie que tu aies compris ce que je voulais exprimer.
Ne jamais désespérer!L'espoir fait vivre.

Echo: merci pour ce magnifique commentaire.

Rêveuse de bulles: Compliqué à expliquer, car compliqué à vivre.
pour les mots en rouge,même chose que pour vermeille.
Et merci encore pour ce commentaire.

Si mon commentaire vous paraît incompréhensible, ou tout simplement pas comme il faut, merci de me le dire

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
Nymphette


Aimer jusqu'à la déchirure. Aimer même trop, même mal... J. Brel
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
42 poèmes Liste
690 commentaires
Membre depuis
5 octobre 2008
Dernière connexion
21 juin 2013
  Publié: 2 jan 2009 à 14:54 Citer     Aller en bas de page

j'ai lu tout d'abord les mots rouges ils m'ont plu tout comme ton poème d'ailleurs
bienvenue

Amitiés Sabine

  Aimer, sans songer à aimer
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 7 jan 2009 à 12:13 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce commentaire. Heureux que ça t'ai plue.

Camille.

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
La pire des sirènes
Impossible d'afficher l'image
Faire rire, c'est faire oublier. Quel bienfaiteur sur la terre, qu'un distributeur d'oubli.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
4 poèmes Liste
10 commentaires
Membre depuis
17 janvier 2009
Dernière connexion
26 août 2009
  Publié: 19 jan 2009 à 14:49 Citer     Aller en bas de page

En effet l'amie a lu le poème et en a pleuré.
Merci mon Camille. Je t'embrasse (l)

 
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 20 jan 2009 à 12:53 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ton commentaire.

Bisoux.

Camille.

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
verso
Impossible d'afficher l'image
ferme les yeux et tu verras
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
1460 commentaires
Membre depuis
1er mars 2005
Dernière connexion
19 août 2018
  Publié: 24 jan 2009 à 17:43 Citer     Aller en bas de page

Un bonheur de te lire. La poésie coule dans tes veines. Et ton coeur voit l'ensemble. verso
ps: j'aime pas non plus ces mots "clignotant" (effet inutile)

 
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 26 jan 2009 à 15:01 Citer     Aller en bas de page

Merci pour ton commentaire.
La poésie coule dans mes veines....du moins j'éssaie de me couler dans les siennes.

Camille

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20742 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
21 mars
  Publié: 16 févr 2009 à 15:56 Citer     Aller en bas de page

Tu t'amuses avec la forme du poème?


Globalement je me suis laissée entraîner par l'émotion, c'est vrai que les mots en rouge empêchent un peu la fluidité du poème, peut-être aurait-il fallu des mots différents, je ne sais.
Ou alors une continuité sous forme de calligramme à l'intérieur du poème, comme un bout de fil? Pourquoi pas essayer la prochaine fois


  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 17 févr 2009 à 12:49 Citer     Aller en bas de page

...je sais pas, en italique ca me plaisait, mais pas centré, et puis centré finalement c'était bien...etc
On est tous...enfin au moins moi, de grands enfants

Merci pour ce commentaire, effectivement j'éssaierais autre chose la prochaine fois.

Heureux que tu aie aimée,

Camille

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 24 févr 2009 à 15:14 Citer     Aller en bas de page

Les bateaux reviennent peut-être toujours....mais pas forcément entiers.

Merci pour ce commentaire

Camille.

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je ne suis qu'un reflet, vous êtes cet abîme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
18042 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
6 avril
  Publié: 2 mars 2009 à 17:47 Citer     Aller en bas de page

Moi j'aime bien le relief que tu as donné, quand on lit en appuyant sur les mots en rouge ça donne toute sa force au texte

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Lastum


Même quand l'oiseau marche, on sent qu'il a des ailes. (Antoine-Marin Lemierre)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
27 poèmes Liste
417 commentaires
Membre depuis
24 octobre 2008
Dernière connexion
26 novembre 2011
  Publié: 10 mars 2009 à 12:30 Citer     Aller en bas de page

Merci beaucoup pour ce commentaire . Et oui ces mots sont, je pense avoir (enfin ^^) trouvé, les piliers sur lequel repose le texte.

Camille

  Non. Et non. Jamais. Libre. Oui! Toujours. Alors non d'avance. Gardez vos chaînes dorés, j'ai mes tempêtes...
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 2124
Réponses: 17
Réponses uniques: 11
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :

Des chiens dans la nuit (chapitre 2) (Nouvelles littéraires)
Auteur : Anchentria
Pas avant... (Tristes)
Auteur : Catalina
Je ne suis pas Dali (opopop / Daphn) (Collectifs)
Auteur : Daphn
Juste que tu reviennes (Poèmes par thèmes)
Auteur : Arynr'il Dae
Tristesse de novembre... (Autres)
Auteur : Alphonse BLAISE.
L'impact D'une Rose (Tristes)
Auteur : Lykan
Symphonie concertante (Amour)
Auteur : Miroir
Craintes et espoirs me tenaillent ... (Autres)
Auteur : Idou
La bâtisse des Joka (Contes d'horreur)
Auteur : strange
Arbres Secs (Autres)
Auteur : pengyou42
Petite Fée d'automne... (Autres)
Auteur : Alphonse BLAISE.
Poème en Haïkus (Autres)
Auteur : okana
C’est toi……. (Amour)
Auteur : Mystic4Ever

 

 
Cette page a été générée en [0,0700] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.