Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 41
Invisible : 0
Total : 42
· valise
13272 membres inscrits

Montréal: 21 oct 18:56:38
Paris: 22 oct 00:56:38
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: À ceux et celles... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 15 juin à 12:16
Modifié:  15 juin à 15:46 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

" À ceux et celles... "



À ceux et celles qui ont lu "L'enfant de chœur, le curé et l'écureuil" posté aux éphémères de Juin, je tenais à apporter des précisions et surtout à remettre les choses dans leur contexte au vu des retours que j'ai reçus de personnes outrées, scandalisées, indignées, choquées, me faisant part de leurs "vifs émois" :

Soyons clair, je ne fais aucunement l'apologie de la pédophilie ni n'en rigole! Comment peut-on en rire ??? On parle d'enfants et de merdes humaines qui volent leur vie… Mon idée était de dénoncer, de condamner ces "prédateurs" avec ce message, de dire que "tout comportement en merde humaine devait en retour se la prendre" (je passe les détails). C'est la raison pour laquelle j'ai voulu mettre en opposition "scatologie" contre "pédophilie" dans un texte présenté sous la forme d'une fable (avec une morale) afin de rendre le sujet moins sordide... Oui cette fable, je l'ai voulue légère pour tenter de mieux faire passer le sujet quand certains l'ont perçu en un humour sarcastique, bien plus qu'irrespectueux, vomitif.

Vous avez tout à fait le droit de ne pas apprécier, de détester, de me détester, d'avoir votre point de vue... qui, du mien, ne va pas s'arrêter sur la forme des mots sans chercher le véritable message que le texte véhicule... c'est la raison principale de ma déception au final. Cette absence d'aller voir plus loin que ses "a priori". Ce manque de profondeur dans ces réactions de surface…

Et les victimes ? Et les familles de victimes ? Les victimes à venir ? Les traumatismes ? Les séquelles ? Vous allez me dire que c'est ignoble, infâme, dégueulasse, politiquement incorrect, inapproprié, etc.

Je leur répondrai que j'ai voulu travailler sur des sujets tabous (xénophobie, pédophilie, homophobie, sexualité, suicide, religion…) avec des mots en apparence difficiles mais avant tout porteurs d'une idée qui amène à la réflexion… je savais en écrivant sur ces sujets que j'allais tomber sur des regards qui allaient s'arrêter à des mots sans chercher le fond et les finalités proposées. J'ai écrit plusieurs versions de ce texte en me censurant parce que le contenu, l'essence même de ces versions n'étaient porteur d'aucun message, juste qu'on allait se dire que l'auteur a écrit ça pour choquer ou se faire remarquer ou faire du buzz (visites)…
Non ! Je pense qu'il faut éveiller les "curiosités" et les consciences morales sur des sujets passés sous silence parce que tabous... Je pense, au contraire, que cela peut être thérapeutique pour certaines victimes, le fait que l'on puisse juste en parler dans un écrit s'il est porteur d'un véritable message (écrire, soutenir, dénoncer, condamner, etc). À cela, je citerais les quelques lignes d'une personne proche du site qui m'a envoyé ce message en soutien:

"Ces textes outrageants, sont peut-être des formes de vaccinations mentales, comme pour les diabétiques qui devaient se cacher pour se faire leurs piqûres d’insuline en cachette, pour ne pas être jugés de drogués. Ces genres de textes sont des voyages, que permet la poésie en prise de conscience versifiée. Lire des moments amoureux pour ceux qui en sont privés, c’est aussi révoltant."

Ce texte, oui je l'assume au-delà des apparences…

Je l'assume parce que j'y vois de l'intérêt d'y proposer une alternative à un véritable échange qui prêterait à une réflexion sur nos vies autre que poèmes d'amitié, amour, loufoques, autres, tristes... Pas que je critique ces catégories ni les poèmes qui y sont (j'y suis moi-même) mais juste proposer une alternative de pensées qui amènerait des originalités, des diversités, des idées neuves, du contre-courant, un tour de force, etc. Le problème, ce sont les sujets dits tabous ou les sujets qui fâchent liés au fameux réglement sur LPDP, nous obligeant à des réactions de surface (comme la loi pour notre société) et si vous ne la respectez pas... Sauf injustice, je la respecte et pensais la respecter en passant ce texte sous forme de fable... La suite vous la connaissez.

Pour finir, sachez qu'un auteur qui écrit sur la pédophilie n'est pas forcément un pédophile. Au même titre que si il écrit sur la scatologie, n'est pas forcément une personne qui aime à se noyer dans la merde.

Ce texte, à nouveau, comme certains de mes autres textes, je ne savais pas dans quelle catégorie le placer, faire un choix entre lettres ouvertes, textes d'opinion, autres, éphémères... pour probablement être retiré... Désolé, pour ceux et celles qui m'ont suivi, je dois souffrir du "paradoxe de l'âne de Buridan".


Au moment où je termine de vous écrire, j'ai cette anecdote en tête venant illustrer un peu ce qui m'arrive:

Il y a quelques jours dans le métro, à l'heure de pointe, des wagons pleins. Un seul a été déserté, celui dans lequel je suis rentré avec deux autres pèlerins qui m'accompagnaient. Un sans abri était par terre, probablement mourant (à ce moment-là). La majorité s'était tassée dans le fond du wagon ou avait déménagé pour un autre parce que l'odeur ! Tristesse absolue surtout après avoir tiré le frein de secours donnant l'alerte au conducteur pour qu'il contacte les secours : colères et pluies d'insultes d'une minorité nombriliste parce que y'a d'autres priorités c'est sûr; de leurs bouches, traduisez "on n'arrête pas le train pour un clodo par terre à demi mort surtout quand il s'est fait dessus...". Douce humanité vous voilà !

De cette réalité, j'avais l'impression de vivre une expérience sociale, que choisiriez-vous?

1) Le silence pour X raisons ? (Pas de commentaires sous le texte, en retrait au fond du wagon, ce n'est pas une critique, je la respecte totalement...)
2) Vous faire dézinguer sur la forme, l'apparence du sujet, ne retenant que le scato et le pédo ? (ne retenir que l'odeur du sans abri)
3) L'esprit ouvert (même réticent, même perplexe) d'aller voir au-delà de la forme, ce qui émane réellement du sujet ? (Le sans abri qui doit être secouru)
4) Vous descendez du train et trouvez un autre moyen d'arriver à temps au boulot ? (Manque de temps, ce n'est pas une critique non plus)




Franck


 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
123 poèmes Liste
1884 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 15 juin à 14:05 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Franck,

Pour avoir lu et commenté ton texte " L'enfant de choeur, le curé et l'écureuil."... où les mots étaient forts, mais tiens, et à la hauteur de ton indignation. Message reçu à la première lecture.

Cette mise au point, loin d'être irrespectueuse, est de mon point de vue nécessaire et ne "monte absolument personne contre personne". Il n'y a rien d'outrageant dans ce message que tu véhicules. Tu t'expliques, tu assumes et souhaiterais un partage d'opinions sur ces sujets graves.

C'est un cri, un signal que tu lances ! Tu t'insurges sur ces actes immondes que sont la pédophilie, la xénophobie, nous pourrions tous les citer... tu as raison et droit de t'exprimer.

Te détester, ne pas t'apprécier, pourquoi ?!

L'unanimité n'existe pas, ça se saurait ! Des détracteurs, il y en a toujours eu, il y en a et aura toujours... Donc laissons SVP à chacun, le droit de s'exprimer et comme l'a chanté mieux que je ne le ferai moi-même, Florent Pagny, la liberté de penser !

En parlant de penser, je crois que ton écrit est bien situé là où il se trouve "Texte d'opinion" car cette catégorie offre à chacun justement la possibilité de donner son point de vue.Très honnêtement, si j'avais du faire un choix, j'aurais fait le même. J'ai beau lire et relire tout ce qui est proposé, je ne le vois pas ailleurs ?! Ou bien nous sommes dans l'erreur tous les deux ?

Je te rassure quant à la question que tu te poses sur le fait de souffrir du "paradoxe de l'âne de Buridan", non, non,tout va bien... tu as choisi, tu ne mourras ni de faim, ni de soif !

Moins drôle est l'histoire par laquelle tu termines et qui vient nous prouver de quoi certaines personnes sont capables en fermant les yeux ou en tournant la tête ! Triste réalité. "Les singes du bonheur!"

Merci pour toutes les explications que tu as eu la gentillesse d'exposer à " Ceux et celles... "



Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
423 poèmes Liste
13478 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 16 juin à 00:09
Modifié:  16 juin à 00:10 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

Nous sommes effectivement sur un site de poésie. Il y a des poètes avec une plus ou moins grande sensibilité et nous ne savons des membres que ce que nous en lisons (ou que nous cherchons à en savoir).
Lorsqu'on ne connaît pas "personnellement" quelqu'un, on a de lui que l'image que l'on perçoit. Lorsqu'il lit un poème ou un texte qui se trouve en "texte d'opinion", le poète sait que la discussion est ouverte, qu'il s'agit de réagir... Il n'en est pas ainsi dans les catégories de poèmes. Certains poètes attendent des réactions, positives, négatives ou/et des échanges, d'autres, n'en veulent pas.
Je ne parlerai pas de votre texte, le règlement s'appliquant aussi aux membres de l'équipe de gestion. Je vais juste dire qu'il est arrivé par le passé que certains postent des textes très polémiques, contraires non pas à la bienséance, mais à la loi (pédophile, viol, homiphobie, racisme...) uniquement parce qu'ils en avaient envie.
Nous demandons au poète de préciser qu'il s'agit d'une satire, d'une dénonciation... Il y a plus de 13 000 membres sur le site. Une centaine se connecte plus ou moins régulièrement. Un règlement peut sembler injuste dans la mesure où il "uniformise" (le mot est un peu fort) des individualités.
Il y a aussi, une différence entre la perception d'un texte écrit ou dit (à l'oral, le ton employé permet de mettre l'intention que l'écrit ne met pas, si on ne le précise pas).
Adamantine

 
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
252 poèmes Liste
8640 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
21 octobre
  Publié: 16 juin à 12:47 Citer     Aller en bas de page

- je remercie FRANCK, MAWR, et ADAMANTINE de leurs participations.
- je crois que c'est l'endroit pour partager quelque chose que j'ai vécu, et dont je ne suis pas fier.
- dans un bus urbain en hiver, un sans abri, dormait sous les effets de son anesthésiant alcoolisé, sur la banquette au fond du bus, sans déranger personne.
- arrivé au terminus, le chauffeur a de manières brutales, fait sortir cet indésirable, en dehors du bus par une température en dessous de zéro et avec un vent froid pénétrant.
- "allez dehors, ça fait plusieurs voyages que tu fais sans ticket"
- je descendais aussi du bus, j'ai laissé le chauffeur agir, sans intervenir, et sans donner des tickets à cet homme, pour qu'il puisse être à l'abri du froid plus longtemps.
- le bus est reparti sans ce voyageur, je suis allé vers mes obligations, en oubliant le frigorifié. ma mémoires me réveille souvent, pour me signaler des moments semblables, et maintenant j'essaie de faire preuve d'humanité, même devant les incompréhensions des inhabitués.
- ces genres de sensibilisations sont des formes poétisées (dans des voyages des pensées) que ce site devrait permettre de partager, comme formes de vaccinations.
de SAM. oui ? vous avez aussi des anecdotes qui seraient assez voisines, alors partagez-les.

 
Franck

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
28 poèmes Liste
186 commentaires
Membre depuis
19 mars
Dernière connexion
8 octobre
  Publié: 16 juin à 18:22
Modifié:  16 juin à 19:27 par Franck
Citer     Aller en bas de page

*Bonsoir Mawr,

En te relisant en MP, en te lisant sur ce nouveau commentaire et au vu des difficultés rencontrées, je me suis dit que tu prenais, disons, de sacrés "risques" en me soutenant comme tu le fais (comme tu l'as toujours fait), soutenir une personne que tu ne connais que virtuellement, lui donner ta confiance et du crédit malgré les événements... Tu comprendras que c'est trop peu, vraiment trop peu que de te dire MERCI.



*Bonsoir Adamantine,

Je vous remercie d'avoir répondu à mon texte et d'y avoir apporté vos éclaircissements: il est vrai que ceux et celles qui ne m'ont jamais lu en poèmes, en commentaires ou en MP, ne peuvent se faire une idée véritable de mes intentions. Et je comprends que nous sommes ici sur un site de poésie (avec son règlement), nous devons agir avec la sensibilité de chacun...



*Bonsoir SAM,

En réalité, si nous partons de cette pensée que "l'être humain est capable du pire comme du meilleur", je pense qu'il n'y a pas vraiment de réponse à ce "Que choisiriez-vous?", nous sommes probablement sur toutes les cases selon ces différents facteurs: facteurs humains, moraux, circonstanciels, contextuels...etc.
Et ce qui t'es arrivé SAM, dans ton anecdote avec ce voyageur, ce choix ou ce non choix aurait pu arriver à tout le monde, moi le premier. On apprend ou pas de nos expériences, bien souvent c'est à nous de le vouloir et bien souvent il est difficile de le pouvoir...
Merci SAM pour ce partage.












 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 378
Réponses: 4
Réponses uniques: 4
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0367] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.