Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 47
Invisible : 0
Total : 49
· Andesine
Équipe de gestion
· Lilania
13205 membres inscrits

Montréal: 19 sept 15:27:21
Paris: 19 sept 21:27:21
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: La misère ne fait pas de bruit... la presse, Oui... Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
143 poèmes Liste
1381 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
21 juin
  Publié: 18 mai à 10:44
Modifié:  21 mai à 14:29 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Je suis de près toutes ces émissions non-stop dont je ne citerai aucun nom. Il me vient toujours lorsque je vois ces journalistes poser des questions à la fronde, s'ils ont vraiment envie d'entendre les réponses de leurs concitoyens.

J'ai l'impression à chaque fois, que je tombe sur ce genre d'émissions, d'assister à un combat de coqs, où chacun se plume de bon gré. Je trouve très déplacé que lorsqu'un journaliste pose une question, voire plusieurs à la fois, de ne pas attendre la totalité, voire même parfois le début de la réponse adverse, et de leur couper systématiquement la parole.

Je pense plutôt que chaque journaliste a un peu envie de se faire mousser, pour faire le buzz.

C'est terrible d'assister à ces genres de débats, où chaque journaliste a aussi tendance à parler de mouvements de peuple, de ras-le-bol général, en disant que la France entière pointe du doigt l’incompétence de Monsieur Macron.

La France entière, ça fait quand même beaucoup, parce qu'il ne me semble pas avoir fait de sondage dernièrement pour me demander mon avis sur ce sujet...

Bien entendu, je peux parfaitement comprendre le malaise de certaines gens qui manifestent pour une cause qu'ils trouvent juste...

Je voudrais malgré tout, pointer du doigt, le fait que parmi certains manifestants, certains ont des I phones et certains manifestent masqués... Déjà, pourquoi, masqués, de quoi ont-ils peur ? Serait-ce parce qu'ils ont peur de représailles, parce qu'ils ont déjà eu des déboires avec la Police, parce qu'ils se préparent à des actions de rébellion... En fait, si on est Gilet jaune, pacifiste, je ne pense pas que venir masqué à des manifs, soit très utile si on part d'un bon principe.

Entre autres, le manifestant qui prend des vidéos ou photos avec son i phone ne doit pas si mal gagner sa vie, quand on sait combien ça coûte d'avoir ce genre de portable...

Cela fait 6 mois que les manifestants clament des changements... ça part un peu dans tous les sens, et je sais pas si pour tous autant qu'ils sont, en comprennent bien le sens.

Ce que je vois surtout, c'est que cette presse s'en réjouit chaque samedi, que tous ces journalistes et politiques adverses aussi !!

Cela alimente à chaque débat, un même et unique sujet : l’incompétence de notre Président.

Les journalistes raffolent de tous ces mouvements, car sans mouvements, pas d'actu croquante, pas de mouvements de rébellion, pas de sujets à débattre ! Et Dieu sait à quel point ces débats débordent d'enthousiasme !

Je regarde pour ma part, tous ces mouvements d'un œil plus éloigné...
Ici, dans ma commune, des gilets jaunes se retrouvent chaque jour et prônent des drapeaux Français, Espagnol, et Portugais.
Certains possèdent de superbes véhicules, de quoi se demander s'ils ont bien des problèmes d'argent... Depuis quelques jours, ils font même appel à des dons...

Tout ça, me ramène à voir chaque fois que j'en ai l'occasion, de multiples personnes, passer devant des SDF sans leur donner un centime, et qui plus est, faire comme s'ils n'existaient pas....

Elle est là, notre vraie misère... Au coin de nos rues, avec des gens qui meurent de faim, de froid sur les trottoirs, qui ont perdu toute leur dignité... et que parfois la loi, pas celle de Monsieur Macron, mais aussi celle de tous ses prédécesseurs font d'eux des exclus, à qui l'on fait comprendre que faire la manche dans certains coins de rues huppées ternit l'image d'une ville.

Parce que nous, peuple Français, nous nous plaignons de nos conditions de vie, nous passons à côté de ceux qui n'ont rien, même plus leur identité...

On peut toujours basculer dans cette finalité que connaît un SDF, même le plus riche... Je ne sais pas, si les gens regardent d'un peu plus près cette vraie réalité...
Je me dis qu'on peut bien aller dans la rue, manifester pour telle ou telle chose, mais quand je me promène, je me dis que les bars sont toujours pleins, les restos, les pubs, les boutiques, les tabacs, que les gens voyagent, prennent l'avion, le train, la voiture, qu'ils prennent des vacances, qu'au lieu de se déplacer à pied pour faire 1 km, ils prennent systématiquement la voiture, qu'ils ont tous des abonnements télé, série, journaux, portables... tant de choses finalement...

Pour moi, ce n'est pas ça la vraie misère d'un peuple. La vraie misère règne dans la rue, chez ces gens qui eux n'ont rien de tout ça, qui ne demandent parfois qu'un regard, qu'un sourire, qu'un peu de reconnaissance et d'espoir...

La presse, elle, ne s'intéresse pas à ces vraies personnes, à cette vraie misère, elle se remplit les poches sur le dos de certains manifestants, simplement pour en vivre, ou voire, même impliquer une seule et unique chose... un mouvement de masse, destiné à déstabiliser un pouvoir existant, vendre du papier, ou du vent...

Parmi nous tous, qui vivons bien ou mal, qui d'entre nous regarde un peu plus loin dans la rue, ce mendiant avec parfois son seul ami, un chien, et va vers lui, dans la plus grande simplicité pour lui offrir un peu de son sourire, un peu de réconfort, un peu d'argent...

Lui, n'a pas de télé, de portable, de maison, d'internet, et je me demande parfois, on se rend compte la chance d'avoir tout ça...

Merci à vous la presse, qui me fait voir au quotidien, combien il est important d'ouvrir grand les yeux sur les vrais problèmes de la vie...

La vraie misère, elle ne fait pas de bruit, elle essaie juste de vivre, voire, de survivre...

Le jaune n'est pas son mouvement, sa couleur... le jaune est la lumière de notre si beau soleil, qui réchauffe son corps, son cœur, qui lui fait espérer que demain lui accordera un peu plus d'humanité, de la part de nous tous, qui ne manquons au final de rien... mais qui avons oublié que pour eux, personne ne manifeste...

Ni même la presse...

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
8559 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 20 mai à 10:11 Citer     Aller en bas de page

bonjour et merci ROSI,
- ce que tu évoques est une forme de terrorisme médiatique (sous le couvert de la dite liberté de la presse, ou pour faire de l'audimat de valorisations, sans se soucier des effets secondaires) ou des vécus dans des échanges de groupes de paroles, qui n'ont aucun respect des vivres ensembles.
- c'est devenu une forme liberté acquise par les personnes qui ne savent plus écouter.
- dans les émissions que tu évoques, les dits journalistes, ne sont plus des journalistes, mais des animateurs de polémiques, qui veulent faire naître des agressions enregistrées, qui serviront à confondre les intervenants, voir déformer certains propos de leurs sens, voir extraire des mots pour les utiliser hors de leurs contextes.
- les inconforts de vies, les méchancetés entretenues par des réseaux de diffusions, utilisent les rumeurs qui deviennent des vérités.
- ces terroristes ne sont plus, et ne craignent plus, d'être poursuivis. "nous ne faisons que poser des questions, non pour informer, mais comme des avocats, pour créer des climats de déstabilisations".
la solution ? faire vivre des réactions citoyennes, au sujet des annonces, en faisant les boycotts des produits des publicités qui financent ces inconforts.
- les manques à gagner font très rapidement évoluer ces perturbations.
à bientôt peut-être ?

 
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
8559 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 20 mai à 10:34 Citer     Aller en bas de page

ROSI,
la seconde question que tu traites ici, c'est la reconnaissance des attentes qui existent dans les vivres ensembles.
je vais t'offrir une anecdote d'une vérité que j'ai rencontré.
pendant les préparations aux actions qui seraient médiatisées dans les rues, ou d'autres lieux publiques, pour les entretiens pour des conditionnements des manifestations de contestations.
un révolté de mon âge, a osé dire, que les riches, et les patrons, devraient partager leurs surplus avec ceux qui n'en ont pas assez.
je lui ai répondu. "si je comprend bien, quand tu vois un SDF, tu vas à lui, tu lui proposes de manger à ta table, tu laves son linge, tu lui permet de dormir chez toi, et quand il en a envie, tu le laisses repartir, sans lui avoir demandé pourquoi il était dans cet état, sans garder de lui les moyens de le joindre, et de lui faire sentir qu'il risque de perdre ses réalités de libertés, aux risques de l'obliger de se sentir être un mendiant".
et le révolté de me répondre; "ça va pas non, faut pas déconner, bien sûr que je peux le faire, je n'y suis pas obligé, il a qu'à demander après tout."

 
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
143 poèmes Liste
1381 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
21 juin
  Publié: 20 mai à 11:27 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Sam

tu as tout saisi... Ce qui me gêne le plus dans toute cette médiatisation, c'est qu'en fait, les journalistes se fichent pas mal de tout ce qui se passe, tout ce qui les intéresse c'est que leur émission ou leurs articles puissent en mettre plein la vue. Le mercredi matin, je vois bien malgré moi, l'info en continue sur une chaîne là où je travaille et une émission d'info, dont le présentateur manque parfois bien de respect, d'intelligence, et coupe la parole systématiquement sans attendre la réponse de celui à qui il a posé sa question. Puis ce samedi, je vois tous ces journalistes en faire autant, faire de ces mouvement de gilets jaune, une affaire d'état...
Moi ce qui me gêne le plus, c'est tout ça, parce que comme tu le dis, les gens suivent des mouvements sans prendre le temps de réfléchir, tout simplement parce qu'il faut qu'on se révolte systématiquement.
Mais pourquoi? Je vois autour de moi, une société de ménage, qui essaie de recruter chaque semaine des personnes qui ne restent pas, parce qu'elles trouvent que le ménage c'est trop dur... J'en fait depuis l'âge de 18 ans. J'en ai 50. Je suis toujours vivante, et suis très heureuse de faire mon métier, parce que j'ai croisé tant de personnes qui m'ont fait grandir, réfléchir... Les gens se plaignent tout le temps, alors que nous sommes un des pays dans lequel, l'homme vit le mieux. Pourquoi ne pas regarder nos pays voisins et la misère et les conditions dans lesquelles ils vivent. Pourquoi, ce même individu, qui se plaint de vivre mal, n'est pas fichu, de passer devant un SDF, sans lui accorder ne serais-ce qu'un regard, un sourire, faire comme s'il était invisible. L'homme se plaint, mais pourquoi, ne se remet-il pas non plus en question?
Pourquoi, toujours suivre des mouvements pour soi-même, au final, parce qu'on fait croire, que c'est pour tout le monde, mais en fait ce n'est pas vrai... Car celui qui manifeste, ne manifeste pas pour les autres, il le fait pour lui, pour sa propre condition de vie... Quand on voit les gens ignorer un Sans logis, comment ces personnes peuvent manifester pour une cause comme celle des gilets jaunes?

Même sans le sous, parfois, je n'ai jamais pu ignorer la détresse d'un SDF... Je lui ai souvent rempli son panier, vidé de mon porte monnaie mes quelques dernier euro, alors que parfois, je me demandais si je n'allais pas devoir vendre ma maison....
Je pense que l'égocentrisme, n'est pas une cause humaine, si notre cœur n'est pas ouvert à celui qui en a plus besoin que nous...

Je trouve que ta réaction a été des plus humaines, et cela prouve dans la réaction de ce révolutionnaire, qu'il n'a rien compris à la vraie vie, à l'amour, à la compassion...

J'ai gagné un concourt de poésie pour un magazine, et j'ai fait un poème que j'ai glissé au début de la première page d'une dizaine d'entre eux , sur lesquels figuraient cette dite poésie. J'avais fait un poème sur Les SDF, et j'ai fait une petite cagnotte, en expliquant que je récolterais le prix de ce petit magazine, pour l'offrir aux sans-logis. J'ai mis avec l'accord du propriétaire, ces revues, la cagnotte et au bout de 3 semaines, je n'en ai pas vendu un seul...

Quand je vois, toutes ces rebellions depuis tant de mois, tous ces journalistes qui se bouffent, j'ai presque honte, parce que pour nos Sans Logis, personne ne bouge...Le seul qui ait eu un cœur immense pour eux, et pour la vraie misère fut notre Coluche...

Ce sont des gens comme eux, qui manquent, de vraies personnes avec une vraie âme, qui ne se regardent pas toujours le nombril... mais qui ouvrent un peu leur cœur et qui sachent une peu tendre leur main, à cet autre...

Merci beaucoup Sam pour tes mots... Cela m'a beaucoup touchée...

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
8559 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
19 septembre
  Publié: 22 mai à 02:57 Citer     Aller en bas de page

ta réponse pose de nombreuses questions.
pour les européennes, penser à nos survis dans des partages à construire en commun, personne dans les professions de foi des candidats n'a fait de propositions.
pour réguler les entrées en libres déplacements dans nos frontières ouvertes sans contrôles, pour offrir des accueils qui ne soient plus sans création de documents d'identités et de capacités (toutes infractions à ces formes de reconnaissances devant être misent en détentions provisoires sous toiles militaires avant régularisations) démarches pour les faire devenir autonomes, démarches qui soit légalisés, et aussi pour offrir des apprentissages de langages différents pour nos enfants, et une sauvegarde de nos histoires antérieures pour mieux comprendre nos particularités.
c'est difficile à concevoir pour les personnes qui n'ont pas voyagé.
c'est aussi difficile pour les personnes veulent ignorer ce qu'est le "fraternité".
combien de regards accepteront par un Emoticon comme;
signaler leurs passages.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 291
Réponses: 4
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0264] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.