Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 3
Invités : 31
Invisible : 0
Total : 34
· Balzak · ori · Argynne Aphrodite
13159 membres inscrits

Montréal: 17 août 18:59:14
Paris: 18 août 00:59:14
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Textes d'opinion :: Copinage Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
528 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
30 juillet
  Publié: 25 avr à 04:38
Modifié:  25 avr à 04:55 par Joker
Citer     Aller en bas de page

Dans mon pays, on m’appelle « candidat malheureux ». C’est le terme consacré pour désigner les perdants. Pourtant, j’ai le sourire. Mon âme vaut plus qu’un siège de sénateur, fût-il en velours. Je ne regrette rien. Riche d’une expérience. Fier d’avoir perdu. Je ne m’imagine pas assis pendant cinq ans à ne rien faire, à part lever la main de temps en temps pour voter des lois qui ne servent à rien. Quand un sénateur ne lève pas la main, il tend le bras pour toucher ses six mille dollars, six fois plus qu’un salaire de professeur d’université. Ce n’est pas tout. Il a droit à un véhicule 4x4 tout-terrain. Pourquoi pas une voiture ? C’est parce que les routes sont mauvaises. Pourtant, les sénateurs ont levé la main pour voter le budget des routes.

Rien n’a été vérifié, le niveau d’études, la moralité, la nationalité. J’aurais pu m’appeler Gisèle avec une barbe de cinq jours, être l’éventreur de Lubumbashi, m’habiller comme un esquimau sous l’équateur, personne n’aurait remarqué. C’est bizarre d’être dans une assemblée de corrompus. La première chose qu’on a envie de dire à son voisin, « dis-moi, combien as-tu payé pour être élu ? ». J’imagine quelqu’un se lever pour crier au scandale, « mon voisin n’a donné que mille dollars. J’exige d’avoir dix fois plus de temps de parole que lui ». Du temps de parole pour dire quoi ? Pour défendre quoi ? Pour dénoncer quoi ?

Je regarde les heureux élus et j’ai honte de leur ressembler. Ils sont tout sourire comme moi. Ouf ! On ne rit pas de la même chose. Certains se disent « ah, ah, ah, cinq ans d’immunité pour mon CV trop chargé », les autres « ah, ah, ah, cinq ans de salaire pour mon CV trop léger ». Le tout dans une ambiance de copinage, de népotisme, de droit de cuissage. Et le peuple dans tout ça ? Encore cinq ans de misère. Je le redis, mon âme vaut plus qu’un siège de sénateur. De plus, cette couleur rouge vif me fait peur. Ce n’est pas la robe d’un vieux bordeaux, mais la couleur du sang des innocents sacrifiés sur l’autel de l’égoïsme.


  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
248 poèmes Liste
8445 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 août
  Publié: 26 avr à 09:48 Citer     Aller en bas de page

tu devrais lire VICTOR HUGO.
- chez nous en France, il suffit d'avoir les diplômes de certaines grandes écoles, de se faire remarquer dans des occasions de ports de vêtements de soirées, dans des milieux de reconnus.
- les idées, le peuple ou les illusionnés en ont. j'en fait partie. j'ai voulu croire, en ayant participé, que les grands débats organisés, devaient pouvoir accepter en propos et écrits, des moyens non effectués, ou envisageables, de faire des économies. sans toucher aux privilèges des conseillers d'état, sans trop toucher aux finalités médiatisées. sans trop toucher à ce qui existe. alors oui, tout va bien, où sont les motivations qui permettent de râler ?

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
106 poèmes Liste
528 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
30 juillet
  Publié: 27 avr à 03:24 Citer     Aller en bas de page

Merci SAM pour ton commentaire.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
samamuse

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
248 poèmes Liste
8445 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
16 août
  Publié: 27 avr à 08:58 Citer     Aller en bas de page

de la parole tant attendue.
naquit un brouillard entretenu.
c'était un comment taire.
les médias n'étant pas plus clairs.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 223
Réponses: 3
Réponses uniques: 2
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0195] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.