Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 39
Invisible : 0
Total : 40
· Hubix-Jeee
13109 membres inscrits

Montréal: 21 avr 08:27:33
Paris: 21 avr 14:27:33
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: La Maltraitance Faite Aux Femmes Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
ACONCAGUA
Impossible d'afficher l'image
A ton sourire, badaud endimanché sur le quai de mes rêves
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
21 commentaires
Membre depuis
6 mars 2018
Dernière connexion
7 avril
  Publié: 7 avr à 05:20
Modifié:  7 avr à 09:31 par In Poésie
Citer     Aller en bas de page

CAPTIVE

Personne ne nous apprend à mourir.

Ma vie s’étale avec paresse
comme une tache de sang.
Je suis belle je crois,
lorsque mon visage est reposé
et que mes enfants
dessinent leur amour sur ma peau
avec des douceurs de papillon.
Il me le dit aussi, après.

Il trouve que mon corps
est une vague de tendresse
qui palpite comme un oiseau apeuré.
Il dit que mes larmes ont un goût
d’orange et de miel
et que de mes yeux s’échappent
des dorures effarouchées.
Il le dit après, après.

Il dit qu’il m’aime
depuis la nuit des temps,
que je dois rester à la maison
pour la fleurir, l’embaumer,
pour faire briller ses rêves,
pour soumettre le temps,
pour attacher les mots,
pour piéger les mensonges.

Et moi j’attends l’enfer
pour avoir un après

  Aconcagua
Miette

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
44 poèmes Liste
613 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2018
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 7 avr à 07:52 Citer     Aller en bas de page

Merci ACONCAGUA de votre triste et beau partage Certains vers de toute beauté

Citation de ACONCAGUA
Il trouve que mon corps
est une vague de tendresse
qui palpite comme un oiseau apeuré


 
Fried

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
34 poèmes Liste
211 commentaires
Membre depuis
11 mai 2017
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 7 avr à 09:19 Citer     Aller en bas de page

Joli poème et texte émouvant.
Bravo

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser ! (photo d'un poème d'Apollinaire, Tout terriblement)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
213 poèmes Liste
3761 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 7 avr à 09:35 Citer     Aller en bas de page

Malheureusement ces situations sont trop nombreuses.
Les mecs frappeurs sont des ordures, des zéros.

Triste constat Christian, mais bellement écrit.

Bizzz JB

  La vie commence à chaque instant.
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
62 poèmes Liste
841 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 7 avr à 15:19 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir ACONCAGUA,
Poème qui ne peut laisser dans l'insensibilité tant il est criant de vérité, malheureusement. Trop de femmes tombent sous les coups de ce que j'appelle volontairement des sous hommes !
Magnifiquement écrit, j'aime particulièrement :
"Il dit que mes larmes ont un goût
d'orange et de miel
et que de mes yeux s'échappent
des dorures effarouchées.
Il le dit après, après."
Ce regard et ses larmes ressemblent à ceux d'une bête traquée qui va être abattue... cette image me prend aux tripes.
Merci pour ce partage, même si douloureux.

Mawr

  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
93 poèmes Liste
14404 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 7 avr à 16:49 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir ACONCAGUA,

Superbe poésie sur ce sujet qui devrait être plus souvent traité !
Bravo !



Belle soirée !
Mes amitiés
Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
actuaire
Impossible d'afficher l'image
Dessine tes douleurs dans le sable et grave tes joies dans le rocher... Lao Tseu
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
41 poèmes Liste
3659 commentaires
Membre depuis
30 novembre 2013
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 11 avr à 10:11
Modifié:  11 avr à 14:27 par actuaire
Citer     Aller en bas de page

Bonjour ACONCAGUA,


Personne ne nous apprend à mourir. Personne ne nous apprend quoi faire pour ne pas succomber sous les coups. Et aussi grave... mais malheureusement vrai... Personne n'apprend aux garçons dès leur plus jeune âge de ne pas frapper lorsqu'ils n'ont plus d'autres arguments!!

Que toute forme de violence physique est tout à fait inappropriée et répréhensible !!

On ne naît pas macho, on le devient entre autres par des mauvais signaux absorbés lors de sa jeunesse... ou par manquement de correction éducative de comportements de supériorité déplacée...

Un fléau qui traverse toutes les souches, classes et strates sociales... depuis des lustres. Et à en croire les nouvelles les chiffres sont en hausse en France

Excellent partage.

actuaire

  « La véritable amitié commence quand les silences ne pèsent plus. » Romain Werlen.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 166
Réponses: 6
Réponses uniques: 6
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0478] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.