Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 44
Invisible : 0
Total : 44
13155 membres inscrits

Montréal: 9 déc 09:01:31
Paris: 9 déc 15:01:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Marathon Éphémère 2014 semaine 4 : "Pendant que les champs brûlent" :: Souvenirs de Canne Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 5 août 2014 à 06:14
Modifié:  5 août 2014 à 06:16 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page



Engendrée par le sucre
Je naîtrai de ses cendres


Pendant que les champs brûlent
Je boirai à la table
De mes maîtres défunts
Et ce n'est que justice.

J'oublierai les morsures
De la cravache infâme
Qui a marqué ma chair
Pendant plus de vingt ans.

Flambe la canne bleue
Au couchant du soleil
Crament les corps puants
Des bourreaux de mon île.

Ceux qui m'ont avilie
Et ceux qui n'ont rien dit
Rejoindront en enfer
Les gens-gagés* du port.

Ce soir je dormirai
Dans des draps de soie blancs
Et dans le lit, cachée,
Je pleurerai de honte.

Le quartier des esclaves
N'est plus qu'un souvenir,
Je suis libre à présent...
Que vais-je devenir ?




gen-gagé : une personne a passé un pacte avec le diable dans la culture antillaise.
La canne bleue est une variété de canne à sucre venue de la Barbade.

 
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
446 poèmes Liste
8742 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 5 août 2014 à 08:09 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Magali,

Pour un des thèmes qui m'est chaire, j'ai mis un commentaire ce matin, la disparu ! Désolée !

C'est une bonne question : comment négocier le passage d'une situation d'esclavage à la liberté pleine ?
En tout cas, ce combat est gagné (il reste toutefois des discriminations), c'est une bonne chose.

Bisous sucrés,
Catherine

 
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
287 poèmes Liste
5156 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 5 août 2014 à 08:53 Citer     Aller en bas de page

le thème du mois était pour ton poème magnifique - c'est vrai que cette période d' histoire a été terrible, les conditions économiques sont en partie à la source de cette situation. aujourd'hui, les conditions économiques refont apparaître la même problématique je crains fort que l'esclavage dit moderne reprend du poil de la bête.

Yvon

  YD
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22198 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 5 août 2014 à 17:39 Citer     Aller en bas de page

la roue tourne heureusement et ceux qui étaient dans l'ombre renaissent au soleil. très beau texte plein d'évocations.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 5 août 2014 à 18:43 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Ishtar,

Tu as raison de rappeler en ton poème toute la souffrance endurée et qui s'est perpétrée pendant tant de temps pour de viles raisons de pouvoir et d'économie...
Merci pour ce très beau partage !


Mes amitiés

Sybilla

..

  Le rêve est le poumon de ma vie
Shaim


Prends soin de toi et de ta plume, et accouche sur papier tes envies, tes joies et ton amertume....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1 poèmes Liste
3485 commentaires
Membre depuis
17 septembre 2013
Dernière connexion
12 juillet 2018
  Publié: 6 août 2014 à 10:21 Citer     Aller en bas de page

un bien triste souvenir, mais une liberté à bien savourer.
Merci de se rappel, qu'elle puisse trouver une belle raison de vivre

Sincèrement,

  Celui qui se se crée dans cette succession de moments donnés
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16111 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
26 novembre
  Publié: 7 août 2014 à 01:31
Modifié:  7 août 2014 à 01:32 par Guid'Ô
Citer     Aller en bas de page

i beau poem tala....

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
8 décembre
  Publié: 7 août 2014 à 15:33 Citer     Aller en bas de page

Catherine : C'est une question que je me suis souvent posée. Que faire s'un liberté chèrement acquise mais pour laquelle on n'est absolument pas préparé ? Merci de ton passage.

Yvon : Il faut croire que les hommes ne tirent jamais de leçon du passé... Merci.

Hubix : J'ai voulu cette douceur. Cette esclave, heureuse d'avoir gagné cette liberté et pleurant de honte. De la mort de ses maîtres, d'avoir survécu ?...

Aude : La roue tourne en effet... Merci ma doudou.

Sybilla : Merci pour tes mots.

ilizia chaim : La liberté est un joyau.

Guid'Ô : Mèci doudou an mwen.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 945
Réponses: 7
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0488] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.