Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 37
Invisible : 0
Total : 38
· joycebardawil
13160 membres inscrits

Montréal: 19 août 00:19:16
Paris: 19 août 06:19:16
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Le coin de la technique : Les formes poétiques :: Décasyllabe Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
7259 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
14 août
  Publié: 23 mai 2018 à 10:54 Citer     Aller en bas de page

Un décasyllabe est un vers de dix syllabes.

En poésie française, il est d'abord utilisé dans la poésie épique, puis il devient l'un des principaux vers lyriques à partir du XIIIe siècle et ce jusqu'au XVIe où l'alexandrin prend peu à peu sa place.

Obligé par Charles IX d'écrire la Franciade en décasyllabes, Ronsard reconnaît à l'usage que ce vers, dont il n'avait guère usé encore que dans les Sonnets à Cassandre, est en français le vrai mètre héroïque.

Il est le plus souvent découpé asymétriquement en 4+6 :

Femme je suis // pauvrette et ancienne,
Qui rien ne sais ; // oncques lettre ne lus.
Au moutier vois // dont suis paroissienne
Paradis peint, // où sont harpes et luths,
Et un enfer // où damnés sont boullus
L’un me fait peur, // l’autre joie et liesse.
La joie avoir me fais,// haute Déesse,
À qui pécheurs doivent tous recourir,
Comblés de foi, // sans feinte ni paresse :
En cette foi // je veux vivre et mourir.

Villon, Ballade pour prier Notre-Dame


On trouve aussi des découpages 5+5 : dit "décasyllabe à césure médiane baptisé taratantara"

La faim fait rêver // les grands loups moroses ;
La rivière court, // le nuage fuit ;
Derrière la vitre // où la lampe luit,
Les petits enfants // ont des têtes roses.

Hugo, Choses du soir

Un tel rythme devient populaire et plaisant pour certains auteurs comme Voltaire ou Baudelaire , et on le retrouve dans des pièces lyriques

Nous aurons des lits // pleins d’odeurs légères,
Des divans profonds // comme des tombeaux,
Et d’étranges fleurs // sur des étagères,
Écloses pour nous // sous des cieux plus beaux.

Baudelaire, La Mort des Amants

Il existe également des découpages 6+4

Wikisource
Wikipedia

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 257
Réponses: 0

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 998/13105

8.5%
 
 85 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.5%
 
 75 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16%
 
 160 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 108 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 192 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.2%
 
 311 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0163] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.