Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 17
Invisible : 0
Total : 17
13160 membres inscrits

Montréal: 18 août 23:55:22
Paris: 19 août 05:55:22
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Le coin de la technique : Les formes poétiques :: Rondeau Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
7259 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
14 août
  Publié: 3 mai 2018 à 10:24
Modifié:  18 mai 2018 à 06:32 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Rondeau


Le rondeau est un poème à forme fixe ancien comportant trois strophes isométriques construites sur deux rimes, avec des répétitions obligées et se fermant sur lui-même ce qui est à l'origine de son nom.

Lié à l'origine à la chanson et à la musique, le rondeau est léger et souvent badin. C'est une forme souple et virtuose qui utilise surtout l'octosyllabe et parfois le décasyllabe en tercet, quatrain ou quintil, et qui présente diverses dispositions aux dénominations pas toujours éclairantes. Apparu au XIIIe siècle et modifié aux XVe et XVIe siècles, il est rejeté par la Pléiade1 et ne perdure guère au-delà du XVIIe siècle.

Il existe de nombreuses variantes de rondeau, parfois avec des dénominations particulières comme « rondelet » (en poésie anglaise). La qualification de rondeau est d'ailleurs parfois délicate (en concurrence avec le Lai)

Le rondeau par sa structure de chanson a été associé à la musique et chanté jusqu'au XVe siècle.

La forme poétique s'autonomise ensuite alors qu'apparaît le rondeau musical. Celui-ci est fondé sur l'alternance d'un refrain et de plusieurs couplets ; il est employé dans la musique française instrumentale et vocale des XVIIe et XVIIIe siècles, par exemple Rondeau pour la Gloire dans l'opéra Alceste de Jean-Baptiste Lully.

L'orthographe italienne « rondo » l'a emporté sur celle du français « rondeau » à partir du XVIIIe siècle et le terme spécifique de « rondo » désigne des pièces musicales qui jouent sur la présence de « couplets » et de reprises.

Rondeau originel ou rondel simple
Rondeau ancien ou Rondeau double ou Rondel
Rondeau nouveau ou Rondeau commun ou Rondeau classique ou encore Rondeau à rentrement
Rondeau redoublé ou Rondeau parfait
Rondeau musical


Origine


Rondeau originel ou rondel simple

Il apparaît au XIIIe siècle et est utilisé par Adam de la Halle (1240-1287) et Guillaume de Machaut (1300-1377) composé de 7 ou 8 vers avec refrains, il est appelé « triolet» depuis la fin du XVIe siècle2.

Quant je me depart dou manoir
Ou ma treschiere dame maint,
Mon cuer li convient remanoir,
Quant je me depart dou manoir.
Et Quant senz cuer m'estuet manoir,
Attains sui de mort, se ne maint,
Quant je me départ dou manoir,
Ou ma treschiere dame maint.

Guillaume de Machaut

Pour construire un bon Triolet,
Il faut observer ces trois choses :
Sçavoir, que l'air en soit folet;
Pour construire un bon Triolet,
Qu'il rentre bien dans le rolet,
Et qu'il tombe au vrai lieu des poses;
Pour construire un bon Triolet,
Il faut observer ces trois choses.

Saint-Amant (1594-1661)

Dans la période moderne, le terme « rondeau » s'applique à un poème plus long dont les règles ont évolué au XVe siècle.

Le rondeau ancien

Appelée aussi « rondeau double » ou « rondel », cette forme illustrée en particulier par Charles d'Orléans au milieu du XVe siècle comporte trois strophes isométriques sur deux rimes avec refrain complet.
La forme la plus notable est le « rondeau à quatrains » de 13 vers regroupés en deux quatrains suivis d'un quintil.
Le premier quatrain est en rimes embrassées,
Le deuxième quatrain est en rimes croisées et reprend comme deux derniers vers (vers 7 et les deux premiers vers de la première strophe.
La troisième strophe de cinq vers est en fait un quatrain aux rimes embrassées complété par la reprise du premier vers de la première strophe. Exemple : Charles d'Orléans : « Yver, vous n'estes qu'un villain, » « Le temps a laissé son manteau » ; François Villon : « Mort, j'appelle de ta rigueur » « Au retour de dure prison ». Il existe des variante comme le « rondeau à cinquains » de 20 vers (quintil - quintil – sizain)3.

Mort, j'appelle de ta rigueur,
Qui m'as ma maîtresse ravie,
Et n'es pas encore assouvie
Si tu ne me tiens en langueur :

Onc puis n'eus force ni vigueur ;
Mais que te nuisait-elle en vie,
Mort ? [j'appelle de ta rigueur,
Qui m'as ma maîtresse ravie.]

Deux étions et n'avions qu'un cœur ;
S'il est mort, force est que dévie,
Voire, ou que je vive sans vie
Comme les images, par cœur,
Mort ! [j'appelle de ta rigueur.]

François Villon

Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie,
Pour se vêtir de broderie
De soleil luisant, clair et beau.

Il n’y a bête ni oiseau
Qui en son jargon ne chante ou crie :
« Le temps a laissé son manteau
De vent, de froidure et de pluie ! »

Rivière, fontaine et ruisseau,
Portent, en livrée jolie,
Gouttes d’argent d’orfèvrerie ;
Chacun s’habille de nouveau :
Le temps a laissé son manteau.

Charles d'Orléans

Parfois les copies ne présentent pas la même mise en page ni la réécriture entière du refrain, ce qui est peut-être l'origine du « rentrement », refrain réduit du rondeau nouveau.
Forme ancienne, le rondel a connu quelques « surgeons » au XIXe siècle comme chez Tristan Corbière (1845-1875) Rondel « Il fait noir, enfant, voleur d'étincelles ! », Théodore de Banville Rondels (recueil 1875) « Sois le bienvenu, rouge automne » ; Mallarmé : Rondel (1885) « Fée au parfum subtil de foin » ; Edmond Haraucourt : Rondel de l’Adieu « Partir, c’est mourir un peu, » (1891) ou encore Jules Laforgue Rondel sur ses mains « Oh ! baiser ses petites mains, ».


Le rondeau nouveau

La fin du XVe siècle invente le « rondeau nouveau » (dit aussi « rondeau commun » ou « rondeau classique » ou encore « rondeau à rentrement » à cause de son refrain particulier) : il comporte 13 vers sur deux rimes redoublées (8 masculines/5 féminines ou l'inverse) formant un quintil, un tercet et un dernier quintil avec un refrain tronqué. La 2e et la 3e strophe sont complétées par une reprise appelée « rentrement » formée du premier mot ou du premier hémistiche du premier vers (cette reprise ne comptant pas pour un vers). Cette forme de rondeau prédomine chez Clément Marot et au XVIIe siècle (Vincent Voiture – La Fontaine), elle est résiduelle ensuite. Exemple Clément Marot « Au bon vieux temps » ou « Dedans Paris, ville jolie » ; Alfred de Musset : « Fut-il jamais douceur de cœur pareille ».

Dedans Paris, ville jolie,
Un jour, passant mélancolie,
Je pris alliance nouvelle
À la plus gaie damoiselle
Qui soit d'ici en Italie.

D'honnêteté elle est saisie,
Et crois, selon ma fantaisie
Qu'il n'en est guère de plus belle
Dedans Paris.

Je ne vous la nommerai mie,
Sinon que c'est ma grand amie;
Car l'alliance se fit telle
Par un doux baiser que j'eus d'elle,
Sans penser aucune infamie
Dedans Paris.

Clément Marot

Fut-il jamais douceur de cœur pareille
À voir Manon dans mes bras sommeiller ?
Son front coquet parfume l'oreiller ;
Dans son beau sein j'entends son cœur qui veille.
Un songe passe, et s'en vient l'égayer.

Ainsi s'endort une fleur d'églantier,
Dans son calice enfermant une abeille.
Moi, je la berce ; un plus charmant métier
Fut-il jamais ?

Mais le jour vient, et l'Aurore vermeille
Effeuille au vent son bouquet printanier.
Le peigne en main et la perle à l'oreille,
À son miroir Manon court m'oublier.
Hélas ! l'amour sans lendemain ni veille
Fut-il jamais ?

Alfred de Musset

Le Rondeau redoublé

Il existe aussi au XVIe siècle le « Rondeau redoublé » (ou « rondeau parfait »), pièce de vingt vers, disposés en cinq quatrains avec une reprise subtile des vers du premier quatrain dans les suivants.
Les quatre vers du premier quatrain font l'un après l'autre le dernier vers des autres quatrains; le cinquième de ces quatrains doit être suivi de la répétition du premier mot ou de l'hémistiche du premier vers de l'ouvrage.
Exemple : Clément Marot - Rondeau parfaict - « A ses Amys après sa délivrance »

En liberté maintenant me promène,
Mais en prison pourtant je fus cloué;
Voilà comment Fortune me démène:
C'est bien et mal. Dieu soit du tout loué.

Les envieux ont dit que le Noué
N'en sortirais; que la mort les emmène!
Malgré leurs dents le nœud est dénoué:
En liberté maintenant me promène.

Pourtant, si j'ai fâché la Cour Romaine,
Entre méchants ne fus onc alloué:
De bien famés j'ai hanté le domaine,
Mais en prison pourtant je fus cloué.

Car aussitôt que fus désavoué
De celle-là qui me fut tant humaine,
Bientôt après à saint Pris fus voué;
Voilà comment Fortune me démène.

J'eus à Paris prison fort inhumaine;
À Chartres fus doucement encloué;
Maintenant vais où mon plaisir me mène:
C'est bien et mal. Dieu soit du tout loué.

Au fort, amis, c'est à vous bien joué,
Quand votre main hors du pair me ramène.
Écrit et fait d'un cœur bien enjoué,
Le premier jour de la verte semaine,
En liberté.

Clément Marot

Qu'un vain scrupule à ma flamme s'oppose,
Je ne le puis souffrir aucunement,
Bien que chacun en murmure et nous glose;
Et c'est assez pour perdre votre amant.

Si j'avais bruit de mauvais garnement,
Vous me pourriez bannir à juste cause;
Ne l'ayant point, c'est sans nul fondement
Qu'un vain scrupule à ma flamme s'oppose.

Que vous m'aimiez, c'est pour moi lettre close;
Voire on dirait que quelque changement
A m'alléguer des raisons vous dispose:
Je ne le puis souffrir aucunement.

Bien moins pourrais vous conter mon tourment,
N'ayant pas mis au contrat cette clause;
Toujours ferai l'amour ouvertement,
Bien que chacun en murmure et nous glose.

Ainsi s'aimer est plus doux qu'eau de rose:
Souffrez-le donc, Philis, car, autrement,
Loin de vos yeux je vais faire une pose,
Et c'est assez pour perdre votre amant.

Pourriez-vous voir ce triste éloignement?
De vos faveurs doublez plutôt la dose.
Amour ne veut tant de raisonnement:
Ce point d'honneur, ma foi, n'est autre chose
Qu'un vain scrupule.

Jean de La Fontaine
On trouve des formes dérivées de ce rondeau redoublé, par exemple chez Baudelaire (Réversibilité – Le Balcon).


Remarques

Il existe des variantes nombreuses de rondeau, parfois avec des dénominations particulières comme « rondelet » (usité dans la poésie anglaise).

La qualification de rondeau est d'ailleurs parfois délicate (en concurrence avec lai : ex. Villon « Au retour de dure prison », ou chanson ex. Ch. d'Orléans, Chanson XIX « Ma Dame, tant qu'il vous plaira »)

Le rondeau par sa structure de chanson a été associé à la musique et chanté jusqu'au XVe siècle.
La forme poétique s'autonomise ensuite alors qu'apparaît le rondeau musical. Celui-ci est fondé sur l'alternance d'un refrain et de plusieurs couplets ; il est employé dans la musique française instrumentale et vocale des XVIIe et XVIIIe siècles, par exemple Rondeau pour la Gloire dans l'opéra Alceste de Jean-Baptiste Lully. L'orthographe italienne « rondo » l'a emporté sur celle du français « rondeau » à partir du XVIIIe siècle et le terme spécifique de « rondo » désigne des pièces musicales qui jouent sur la présence de « couplets » et de reprises.

Le rondeau fait parti des formes fixes et en reprend donc l'usage avec l'alternance des rimes masculines et féminines qui diffère largement suivant le type de rondeau.


Source : Wikipédia - CNRTL - Universalis

 
In Poésie Cet utilisateur est un membre privilège

Modérateur


Il suffit d'oser
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
172 poèmes Liste
4392 commentaires
Membre depuis
22 octobre 2014
Dernière connexion
18 août
  Publié: 6 mai 2018 à 12:35 Citer     Aller en bas de page

C'est top ! Merci.

Bizzz, JB

  La vie commence à chaque instant.
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 309
Réponses: 1

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 998/13105

8.5%
 
 85 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.5%
 
 75 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16%
 
 160 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 108 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 192 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.2%
 
 311 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0328] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.