Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 382
Invisible : 1
Total : 385
· guy Olivié · Pichardin
13243 membres inscrits

Montréal: 2 déc 01:11:56
Paris: 2 déc 07:11:56
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Journal :: On prend les mêmes et on recommence ? Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Lachésis (Moirae)


"Dis maman, si je ris puis que je pleure, est-ce que ça fera un arc-en-ciel ?"
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
105 poèmes Liste
206 commentaires
Membre depuis
28 mai 2010
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 7 sept à 13:26
Modifié:  7 sept à 14:31 par Lachésis (Moirae)
Citer     Aller en bas de page

Mais à quand remonte même ma dernière entrée dans ce journal ? Je réponds à peine ces derniers temps en plus, que ce soit ici, ou sur mes poèmes ou mes mots. J'ai toujours vraiment envie de répondre à vos commentaires, vos messages, et de commenter moi-même, et je le faisais encore il y a quelques années. J'ai plus de commentaires que de textes publiés d'ailleurs - ce qui est somme toute naturel. Seulement, je n'y arrive pas. Et cela m'attriste, mais je n'y arrive pas. Pour différentes raisons que je tairai.

Depuis plusieurs jours je pense retourner à l'hôpital. Plus que probablement, je vais le faire dans les jours qui viennent.

Seulement voilà, je ne veux pas aller n'importe où. Il s'agira quand même de ma vie, et de plusieurs mois de celle-ci. J'ai connu des séjours dans deux secteurs différents du même hôpital : le shu et le service de quartier (l'hôpital et son secteur qui vous est déféré selon le lieu où vous habitez). Et si je veux sincèrement retourner à l'hôpital, pour différentes raisons que je n'expliciterai pas (au moins pas dans cette entrée), je voudrais le shu, et si je ne peux pas y aller, je refuserais de rester.

Le shu c'est le service-hospitalo universitaire. Cela en soi, peu m'importe. Seulement pour le service de quartier, même si c'est là où travaille le médecin qui me suivait, je n'arrive jamais à me connecter à personne, et généralement ce sont beaucoup de patients assez fermés, et pas vraiment "là". C'est un secteur très fermé et où il est difficile de faire quoi que ce soit, qu'il s'agisse d'une activité physique ou d'une activité intellectuelle, ou juste un peu de loisir et de détente, et il n'y a pas d'accès à Internet. Et si je passe plusieurs mois à l'hôpital, j'ai vraiment envie de pouvoir travailler (mes cours, qui me passionnent et que j'ai envie de travailler) paisiblement, sereinement, à un rythme que je pourrai choisir, et pouvoir également prendre mon temps pour écrire et répondre à des personnes, ce que pour une grande partie, je ne peux pas faire sans connexion. Je veux prendre plusieurs mois pour aller mieux, pour guérir, pour me recentrer, me ressourcer, mais je veux quand même également avancer autant que possible et ne pas "perdre" ces mois ainsi que disparaître. Au shu on peut demander un accès à internet, et il y a beaucoup plus de personnes de mon âge, et même celles qui sont plus âgées, il est plus facile de leurs parler et créer avec elles un contact.

J'ai eu l'expérience des deux, et mon expérience au shu, même si elle avait été un séjour beaucoup plus long, a été vraiment plus agréable et je n'avais jamais le sentiment d'être enfermé ou de perdre mon temps. En plus ils y ont plein de jeux de société ! Mais surtout, cette question de contact et d'internet (qui en soi est aussi une question contact ainsi donc que la possibilité de travailler) est ce qui compte beaucoup pour moi si je dois rester à l'hôpital.

Je n'oublierai jamais mon tout premier contact avec sainte-anne, qui avait été forcé sur moi. La police m'avait obligé d'y aller. Plus précisément, elle m'avait donné le choix soit d'aller au cpoa (en gros les urgences psychiatriques), soit de rester 24h en garde à vue. De base je voulais choisir la garde à vue (je n'avais aucune envie d'aller à l'hôpital même si c'était seulement pour un entretien), mais quand j'ai vu maman pleurer parce que j'étais menotté, je me suis dit qu'une garde à vue lui ferait beaucoup trop de mal et qu'elle le vivrait de manière affreuse alors pour le lui éviter, même si l'idée de l'hôpital psychiatrique était très difficile pour moi à cette époque, j'avais finalement choisi d'aller au cpoa.

Pour l'histoire j'avais été emmené au commissariat parce que mon père voulait porter plainte contre moi. Toute ma vie, ce que certains, si ils sont encore ici, savent un peu, il a été une prison et un fléau psychologique qui a fait tellement de mal et tellement profondément mais je n'irai pas dans plus de détail, et physiquement il était assez violent (même si je ne m'appellerai jamais un enfant battu par respect pour tous ceux qui l'ont été, car si mon père a certes été violent, ce n'est rien comparé à ce que eux ont vécu, rien que ma grande sœur, qui elle il a tabassé au sang, la ruant de coups de pied violents alors qu'elle était en boule, recroquevillée à terre et d'autres images que je passerai). Et ce jour-là, ou plus exactement, cette nuit-là, pour la première et seule fois de ma vie, je lui ai répondu. Je lui ai mis trois claques. Et lui qui avait fait de cela mon enfance, en tant que malheureux acteur, en tant que spectateur désespéré et impuissant, il est tellement puant, pourri et lâche, lui a immédiatement appelé la police, qui est venue m'arrêter. Il allait porter plainte en plus, et la seule raison pour laquelle il ne l'a pas pas fait, c'est parce que maman l'a regardé dans les yeux et lui a dit que s'il le faisait, elle le quittait. C'était la première fois où elle lui a vraiment répondu. Ma maman d'amour.

Bref, ce premier contact avec sainte-anne a été plusieurs années avant que je ne m'ouvre à l'idée de l'hôpital psychiatrique. Je n'en avais aucune envie à cette époque. Mais j'étais également dans la phase la plus profondément mélancolique de ma dépression. J'étais si mal, et le suicide était mon seul horizon, consciemment et concrètement - mais un plan futur, c'est un peu long à expliquer pourquoi. Mon beau-frère, je l'ai appris plus tard par hasard - c'était la première fois qu'il me voyait - a dit de moi qu'il "n'avait jamais vu quelqu'un, un regard aussi triste". Je n'étais pas encore du tout dans l'apathie ou la léthargie comme c'est désormais le cas. Il était assez clair que ces idées étaient dans ma tête, même si je ne crois pas l'avoir exprimé à plein mots face aux médecins - sans toutefois jamais leurs mentir, je ne mens pas et suis toujours sincère et honnête. À tel point, et c'est le but de cet écart, que j'ai dû signer (ainsi que mes deux parents comme je n'étais pas encore majeur), un papier qui disait que si je quittais l'hôpital (parce que je refusais de rester et me battais pour partir) et que je meurs, ce n'est pas de la faute de l'hôpital, qu'ils ont fait ce qu'ils pouvaient et m'ont mis en garde. J'ai dû mal parfois à me rendre compte de tout le poids de cette situation pourtant si forte, si criante, presque irréelle : j'ai dû signer un papier qui excusait l'hôpital dans l'éventualité où je me suicidais.

Je ne critique pas du tout l'hôpital, pas une seconde, c'est tout à fait normal, et j'aurais probablement dû rester (je n'étais tout simplement pas prêt à le faire à ce moment-là dans ma vie), et également, légalement ils sont bien obligés, mais pour dire que que je n'aurai peut-être pas le choix que de rester dans le service de quartier même si je refuse. Tout ça pour ne pas dire grand chose en fait, parce que interdire à quelqu'un de sortir est compliqué et demande du temps, et ils savent que probablement dans mon cas ça ne s'appliquerait pas et donc que j'aurais seulement, encore une fois et dans le pire des cas, à signer un papier et je n'aurais pas à y rester. Mais je serais triste quand même de ne pas avoir le shu si effectivement je ne peux pas l'avoir.

Je n'ai encore contacté personne. J'hésite contacter directement le médecin qui me suit à Sainte-Anne ou passer par le cpoa, ce qui serait la quatrième fois je crois, en comptant celle forcée de la petite historie racontée un peu plus haut.

Les jours se suivent et se ressemblent. Ou comme je le publiai il y a quelques jours ici même, les jours se perdent et se mélangent. Ou se mélangent-ils puis se perdent-ils ? Qui sait.

Cette dernière phrase aurait dû être l'acmé et quelle note parfaite était-ce pour s'arrêter ! Mais cela aurait donné un ton trop mélancolique à ce partage, ce qui n'est pas mon but. Je ne suis peut-être pas bien dans ma vie, mais je suis content de la personne que j'ai réussi à devenir malgré les épreuves et certains exemples que j'ai eus - mon père avec l'étendard, qui ont nourri mon enfance. Je suis content et fier d'être cette personne qui est toujours la première pour aimer et aider les autres. Je suis content et fier d'être cette personne qui a vécu, qui parvient régulièrement à allumer une étincelle dans les yeux des gens, à inspirer parfois, qui a réussi souvent à réconforter, qui se donne toujours corps et âme pour tous ceux qu'elle croise, même ceux qui lui crachent dessus, sans jamais aucun ressentiment, sans jamais aucune haine, et toujours de bon cœur et en donnant son meilleur. Je suis content et fier d'être cette personne à l'écoute, qui boit les mots des autres avec intérêt et attention et toujours avec un profond respect. Content et fier mais jamais satisfait, je ne me repose jamais sur aucun laurier, et ne considère rien comme acquis ou suffisant, je cherche toujours à devenir quelqu'un de meilleur, chaque jour, chaque heure de ma vie.

Sur ces dernières années, malgré tout, j'ai fait quelques pas en avants, qui pour si minimes qu'ils soient, que je considère importants et que je trouve posséder une grande valeur. Je suis techniquement au même point où j'étais il y a six ans, mais des détails ont changé. Je ne me plains pas. Je suis assez perdu, et je ne sais pas si j'ai encore la force de continuer, mais je ne me plains pas, et je continue d'essayer de mon mieux.

  "Le petit chaperon rouge a été mon premier amour. Je crois que, si j'avais pu l'épouser, j'aurais connu le parfait bonheur." Charles Dickens
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
805 poèmes Liste
22826 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
1er décembre
  Publié: 7 sept à 14:04 Citer     Aller en bas de page

Je ne te connais que très peu, mais ce que tu écris est touchant, même bouleversant. Je ne sais pas quoi dire, sauf que je pense, intimement, que tu vas t'en sortir.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Mi biche mi serpent, ça dépend des moments (@Storm)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
293 poèmes Liste
18618 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
28 novembre
  Publié: 8 sept à 15:57 Citer     Aller en bas de page

J'aime beaucoup ton journal. C'est très intime et c'est la force de cette rubrique, y trouver des bouts de vie découpés par une émotion passagère ... ou pas tant que ça finalement...
Les derniers passages contrastent tant avec le parcours que tu nous exposes plus haut. Déjà tu as avancé vers toi et ça c'est un sacré bon chemin, le seul qui soit véritablement valable, parce que quand on y pense, on est seul avec soi. Alors autant être de bonne compagnie

Ca donne limite envie de t'accompagner au SHU. Y'a quoi comme jeux du coup ?

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 165
Réponses: 2

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1048/13530

8.7%
 
 91 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.8%
 
 82 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.6%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 19 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 113 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 201 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 329 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0226] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.