Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 165
Invisible : 0
Total : 165
13174 membres inscrits

Montréal: 3 juin 17:59:00
Paris: 3 juin 23:59:00
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Autres poèmes :: Le calme et la tempête (poème en prose) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Jean
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
21 poèmes Liste
20 commentaires
Membre depuis
6 janvier 2007
Dernière connexion
19 août 2014
  Publié: 5 jan 2010 à 18:05
Modifié:  6 jan 2010 à 18:37 par Alia2412
Citer     Aller en bas de page

J’aimerais aimer oui aimer et saisir oui saisir d’un premier mouvement d’amour le corps indolent et pur qui danse dans ma tête mais sans cesse se dérobe à ma pensée nocturne ;
Tandis que l’hiver dénude les arbres et les âmes tandis que son baiser glacial réduit momentanément l’écoulement du monde en un métronome langoureux mélancolique j’aimerais voir fleurir un premier germe particulier un premier soubresaut un premier cri natal une première étincelle un premier éclair violent qui en ferait germer d’autres plus violents encore plus bruyants encore plus porteurs en masse d’éclairs plus violents en masse jusqu’à leur fleurissement final en une forêt flamboyante de feux et de lumières créatrice d’astres nouveaux d’éclairs nouveaux de fleurs nouvelles ;
Au cœur de l’hiver contempler et vivre la naissance impromptue au sein de ma tête d’un printemps miraculeux.

J’aimerais voir naître une tempête du calme houlement des mots passer le temps de ce chant de la rythmique alexandrine à l’halètement d’une prose incontrôlable passer de la vision extatique d’une image et ses incidences au déferlement illimité de sensations émotions flux vitaux ;
J’aimerais être le matelot sur le navire le navire sur l’océan l’océan déchaîné de la pesanteur terrienne.

J’aimerais puiser la poésie du fond des choses de la terre du fond de moi sans craindre son assèchement inexorable et par là même le mien,
Quand la passion atteint son paroxysme que le lyrisme se transcende en mysticisme que la marée attirée par la lune grandit et submerge dans son élan la vaste terre de son miasme liquide,
Ensuite vient son retrait lentement elle rejoint le calice qui la demande mon corps endolori meurtri s’affaisse sur le divan inerte ma pensée sombre dans un gouffre nocturne les mots dans un silence de deuil s’effacent du tableau et s’en vont rejoindre les non-dits de toute poésie.

C’est là que je la vois vent nébuleux sibylline pureté danseuse fantomatique muse étrange insaisissable que j’adore.

Le calme m’envahit pleinement le silence serait celui de la mort et le temps peut-être d’un instant peut-être d’une éternité.

Ainsi je suis le feu je suis l’eau je suis la terre je suis l’air je suis toute spiritualité possible je suis la chose en-soi de laquelle on a enlevé la peau quand bien même je serais le néant.

Poésie poésie poésie voici que reprennent forme les mots je suis le grincement de la plume sur le papier froissé je suis le son des touches du clavier tandis que mes doigts les martèlent je suis le murmure encore faible de la conscience reprenant son activité après une sieste profonde.

Voyez écoutez entonnez avec moi mon chant vous les chœurs et moi le chœur et nous les chœurs ensemble la plume de plus en plus vite se déroule sur le papier l’écriture n’a pas de temps à perdre impatiente à vivre se purifiant de toute ponctuation inutile au rythme qu’elle veut transmettre au rythme sien plongeant dans la densité légère de l’être et revenant pleine d’une passion nouvelle,
Elle n’est plus à jamais qu’une ligne d’encre noire sur un bout de papier oscilloscope trait à l’horizontal dans une chambre d’hôpital.

Silence car c’est son destin c’est sa fin et certes toujours j’aimerai aimer oui aimer et saisir oui saisir d’un éternel premier mouvement d’amour le corps indolent et pur qui danse dans ma tête,
Et j’aimerai la tempête que ma vision engendre,
Et le calme,
Et la tempête.

 
oxymore


Folie, drogue ou trahison...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
36 poèmes Liste
257 commentaires
Membre depuis
24 juin 2008
Dernière connexion
19 septembre 2019
  Publié: 6 jan 2010 à 05:50 Citer     Aller en bas de page

Une lecture qui laisse méditatif... Une vision de la poésie que je partage.

Amitiés

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1743
Réponses: 1
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0491] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.