Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 15
Invisible : 0
Total : 15
13160 membres inscrits

Montréal: 18 août 23:54:20
Paris: 19 août 05:54:20
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Le coin de la technique : Astuces poétiques :: du bon usage de la paraphrase - 1 Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
541 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 31 mars 2015 à 16:36
Modifié:  8 avr 2015 à 11:12 par lastexit
Citer     Aller en bas de page


   Journal du 22 janvier 1985 : le sonnet inachevé

     - du bon usage de la paraphrase dans la « fabrication » d´un poème - I

               Je ne suis ni l'amant ni l'ami d'une femme
               Mais toujours son esclave et rarement son maître
               Ou trop souvent son maître et parfois son esclave.


   Il est de ces vers qui parfois ne méritent pas de souffrir la masse écrite du poème. Voilà donc trois lignes qui se suffisent pleinement. Dès lors importe peu de les trouver… à la volte, à la chute, ou même en tête du Sonnet.

   Plus qu'un simple écho, c´est une paraphrase aboutie qui dit plus que son aînée, diamétralement paradoxale dans le chiasme établi de la relation Maître - Esclave :

               Qui baise Qui ?, au juste !

   Au-delà d'une banale reprise métaphrastique, d´une redite mot à mot, même partielle, la paraphrase et son complément épiphrastique, en tant que figure esthétique, sont une « fabrication », une « trouvaille » sur laquelle une « poésie » tout entière peut reposer.

   L´épiphrase stylistique module subtilement les éléments du discours original. Véritable anti-métabole commutative, elle résout l´amplification par contraste de la paraphrase dans un parallélisme d´opposition inverse où le chiasme consacre l´union intime de deux réalités antithétiques dans une même entité, un paradoxe identitaire grave disant vrai.

   Notons d'un côté le parallélisme syntaxique des conjonctions de coordination adversatives et copulatives, de l´autre le parallélisme sémantique des adverbes coordonnés, contraire à la symétrie de la figure du chiasme mais cadencé comme tel.

   En somme, un petit chef-d´œuvre d´harmonie imitative dans sa moitié première et d´harmonie expressive dans sa seconde.

   éric, fondeur de caractères depuis 1981.

_______________________________________________________________________________________________

Sources : « les Liaisons dangereuses » de « Pierre Choderlos de Laclos » (1782) :
« Lettre CXLI (141) - La Marquise de Merteuil au Vicomte de Valmont ».

...« une simple Odalisque. Ma comparaison me paraît d’autant plus juste que, comme lui, jamais vous n
êtes ni l’Amant, ni l’ami d’une femme ; mais toujours son tyran ou son esclave. Aussi suis-je bien sûre »...
_______________________________________________________________________________________________

« addenda et corrigenda » in « Fragments sauvés des ruines de mon esprit ». ©® l’Auteur (Tous textes déposés)

  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Max-Louis

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
26 poèmes Liste
508 commentaires
Membre depuis
25 février 2015
Dernière connexion
30 novembre 2016
  Publié: 31 mars 2015 à 17:20 Citer     Aller en bas de page

Bon jour lastexit,

Ce qui est fabuleux dans ce discours, c'est que je n'y comprends goutte.
Normal, je ne connais pas la moitié des mots écrits.

Max-Louis

  Je vis, tu vis, c'est étrange ! Ce que j'écris est fiction … dans un réel déformé.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
746 poèmes Liste
21947 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
18 août
  Publié: 31 mars 2015 à 17:50 Citer     Aller en bas de page

C'est vrai que ce n'est pas un discours facilement accessible.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
lastexit Cet utilisateur est un membre privilège


A chaque Page Blanche sa Dame Noire
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
541 commentaires
Membre depuis
11 juillet 2010
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 31 mars 2015 à 20:04
Modifié:  1er avr 2015 à 16:03 par lastexit
Citer     Aller en bas de page


! Max-Louis ! Doiderose !



Il est encore heureux que l'on ait pas tout à comprendre, car il n'est jamais simple de faire simple lorsqu'on aborde des questions de rhétorique, de poétique, de prosodie ou de style. Il faut bien avouer que cela n'intéresse guère le poète s'il ne se fait théoricien.

Plus sérieusement, la seule chose qui importe ici est de retenir le procédé dans un processus d'apprentissage de la poésie, et je ne doute pas un instant que vous l'ayez, tous deux, compris.

Au-delà de la traduction mot à mot d'une langue dans une autre, la métaphrase consiste, dans l'art de la rime, à versifier une prose, qu'elle soit d'auteur ou toute personnelle, la démarche inverse tenant également de la métaphrase.

Se prêter à cet exercice de style peut s'avérer une aide précieuse permettant d’éviter, dans un jeune âge, les écueils de construction de la phrase dans un poème car l'on oublie trop souvent que le poème n'est rien d'autre qu'une prose rythmée. Une aide précieuse, aussi, en ce qu'elle permet de reconnaître rapidement des éléments métriques cachés dans une prose, et plus particulièrement dans sa propre prose. Avec le temps, j'ai pu me rendre compte qu'on peut gagner en naturel en accordant une plus grande fluidité aux vers, alexandrins ou autres.

J'en publierai un second et dernier exemple de même source, plus important, assorti de son complément dans les Astuces poétiques du Coin de la Technique dans une petite semaine... une véritable tirade de théâtre, car tel fût bien le but de ma fabrication. Il faudrait, d’ailleurs, que je songe à en faire une pièce complète, non pas une pièce de théâtre mais achever ce que j’ai commencé il y a trente ans.

C'est une pratique, entre autres, qui m'a mené, il y a bien longtemps, à abandonner la récurrence de la rime pour finalement écrire en rimes blanches car la poésie ne tient pas, heureusement, à cette seule redondance. Trop de poèmes, pour une rime, ne riment à rien...

Je dis ça mais j’ai tout de même une production classique qu'il m’arrive encore d’augmenter.





BiZz, éric



  ~ S'aimer ! C'est s'appartenir sans jamais se posséder. ~ Tous textes déposés par Huissier de Justice en Tribunal de Grande Instance ~ Demande de N° ISBN & Dépôt légal à la BNF : dans un avenir proche ~
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 934
Réponses: 3

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 998/13105

8.5%
 
 85 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.5%
 
 75 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16%
 
 160 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 108 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.2%
 
 192 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.2%
 
 311 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0263] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.