Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 256
Invisible : 0
Total : 257
· Flora Lynn
13276 membres inscrits

Montréal: 16 jan 19:23:15
Paris: 17 jan 01:23:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Portrait sous vers :: Portrait sous vers n°19 - Y.d. Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
501 poèmes Liste
10034 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 1er jan à 07:58
Modifié:  8 jan à 06:08 par Emme
Citer     Aller en bas de page

Bonjour,

Comment commencer l'année en beauté ? En lisant la très riche entrevue de Y.D.
Lisez-la, vous en apprendrez bien plus sur ce poète.

** **
**


1/ Tu connais cette question devenue traditionnelle : Peux-tu nous en dévoiler davantage concernant ton pseudo ?
Pourquoi ce choix d'initiales ? Ils correspondent, j'imagine, à tes prénom & nom. Y a-t-il une autre signification 'cachée' ?


Quand j’ai ouvert mon compte sur le site, bien évidemment je me suis interrogé sur le choix d’un pseudo. Fallait-il cacher mon identité, pour ne pas donner prise à quiconque de mal intentionné ? Les réponses que je me faisais, étaient puériles pour ne pas dire stupides. Comme je n’ai rien à masquer j’ai vite abandonné l’idée.
Fallait-il utiliser un petit nom ? Môme, le sobriquet que l’on me donnait souvent et que je n’aimais pas, c’était le « rouquin » Quand des plus grands me cassaient les pieds avec ce surnom, je demandais à mon grand frère de régler la question… En principe, les choses rentraient vite dans l’ordre.
Fallait-il en trouver un dans des souvenirs valorisants ? Un pseudo qui me rappellerait des circonstances particulières « intimes ». Là encore, j’y trouvais aucun intérêt, Mon jardin secret, parbleu ! Il est secret… Alors, comme l’imagination me manquait, le plus simple a été de choisir mes initiales.


2/ Tu es inscrit sur le site depuis 2010 ? As-tu voulu, à un moment donné, changer de site de poésie ?
As-tu des remarques, des ressentis, des émotions par rapport à la vie du site durant ces 10 ans de présence


Même si je gribouillais de petits textes la poésie était loin de mes préoccupations, Il faut dire que mon milieu social ne se prêtait pas trop à ce genre de culture. Un milieu défavorisé comme l’on dit aujourd’hui. Des parents éduqués façon 19ème siècle où l’instruction ne sert pas à grand-chose, seul le « boulot « compte, l’important c’est de ramener des sous le plus tôt possible. Un bagage primaire jugé largement suffisant pour se retrousser les manches et hop va gagner ton pain mon p'tit gars.
Les choses sont en nous bien souvent de manière inconsciente. J’ai toujours aimé la lecture et probablement lié à ma condition sociale, j’ai tout lu des Rougon-Macquart d’Emile Zola avec un peu plus d’émotion pour Germinal mon père était mineur de fond. La deuxième source de lecture qui a façonné ma sensibilité ; c’est le courrier de l’UNESCO. Je suis resté abonné de 1970 à 2000. Ce mensuel m’a fait découvrir la diversité du monde et puis, mille autres lectures, j’ai toujours fréquenté les bibliothèques cela m’ouvrait un champ infini d’ouvrages sans l’encombrement…
Pour rejoindre la poésie, il me fallait un déclencheur il a mis du temps à s’actionner -65 ans - je l’excuse. Avant la retraite, il me fallait faire bouillir la marmite :
Une soirée culturelle où chacun s’essayait à la lecture de textes, de poèmes personnels. J’ai écouté. Comme le texte que j’avais amené n’était pas plus nul que ceux dits, je me suis lancé, sous les applaudissements du public (sourire). Nous étions chez Jacques Martin l’école des fans, nous avons tous eu la note 10/10…
Après ce brillant succès… Je me suis promené sur le WEB – merci la toile, j’ai cliqué sur LPDP, bingo ! Des lectures intéressantes, des commentaires sympa, élogieux et bienveillants, une inscription gratuite et facile.
J’ai tout de suite accroché. Je n’ai jamais eu l’idée de partir sur un autre site de poésie, quand j’adhère à un groupe je suis d’une fidélité totale, il faut vraiment charger la barque pour que je quitte le navire.

Pour m’entraîner à la composition, j’ai aussitôt choisi les « éphémères » car les grandes envolées poétiques sur l’amour, (je ne produis plus assez de testostérone), ce n’étaient plus trop de mon âge. Quoique…
Dès mes premiers écrits, des regards bienveillants, indulgents m’ont laissé des petits commentaires d’encouragements, et ma liste a grandi naturellement. Bien évidemment étant sur un site de poésie, je me suis mis à lire les premiers de classe – Victor Hugo, Rimbaud, Verlaine, Baudelaire, Lamartine Alfred de Musset pour lequel j’ai un faible et puis pleins d’autres c’est fou le nombre de recueils de poésie que l’on trouve dans les brocantes.
La bienveillance de la communauté a été mon premier ressenti, j’aime les mots, la qualité de certaines plumes m’a fasciné mais beaucoup ont quitté le site - dommage, je pense souvent à ma favorite, Ombline, jeune, talentueuse, un soleil de grâce, ses poèmes me nouaient d’émotion, chut un secret…! Elle restera ma petite-fille du web et j’espère qu’elle va bien. Pauline n’a pas fermé son compte mais n’a laissé qu’un seul poème « sourire à la vie » à découvrir.
Dix ans sur un site, c’est dix ans de vie, et la vie comporte la mort, pour mille raisons elle frappe et laisse un trou béant, en y repensant des pseudos défilent dans ma tête et j’aimerais qu’ils soient encore là… Je pense à Drôle d’oiseau, il a disparu du jour au lendemain, tous ses textes effacés heureusement, c’est moi qui avais posté notre poème collectif – « au détour du chemin « quand il m’arrive de le relire je suis toujours aussi ému devant ce beau boulot à quatre mains.

3/Quel est ton terrain fertile pour commencer à griffonner quelques vers ? As-tu le sentiment d'avoir évolué dans l'écriture ? Ou bien as-tu pris des risques comme t'essayer à un genre particulier ? Est-ce que tu te mets des challenges, histoire de te renouveler (je pense au texte : [bisou sans "a"] ?

Partant de zéro, naturellement mon écriture a évolué, « Mais peur de rien », j’ai participé à des concours de poésie, notamment le prix de Poésie Lucien Laborde trois années de suite, toujours retenu en édition collective, La boîte aux poèmes pour le printemps des poètes 2018 (10 poètes 25 poèmes édités 5 étaient les miens) petite anecdote, (un petit coup de brosse à reluire me fait du bien… sourire) l’éditeur, La demeure du livre une grande librairie à l’initiative de la boîte à poèmes lors de la parution de ma nouvelle Ariane m’a appelé « textuellement ; je fais rarement cela les yeux fermés, je vous en prends trois ferme, je vous suis sur votre blog LPDP) et j’aime votre manière d’écrire, je suis certain que je ne serai pas déçu »
Mais le top du top, en 2012 (2 ans de plume seulement) LPDP lance un concours en écho à la fin du monde annoncé par les Mayas, « si cette année doit être la dernière » 20 textes, 5 retenus dont le mien, j’étais sur mon petit nuage… Sourire.
Ne voulant pas m’enfermer dans une catégorie poétique, pour obliger mes neurones à travailler, je vais au fil de l’eau des propositions. C’est pour cette raison, que je fais essentiellement les éphémères et les thèmes proposés par le site en concours ou autre. D’ailleurs Ariane ma nouvelle autoéditée est le résultat d’une proposition de LPDP de septembre 2019 (stop pub : N’hésitez pas, tous ceux qui l’ont lue ont crié bravooo…, il en reste à votre disposition… sourire)

Ma méthode de travail probablement peu originale, je commence souvent avec le dico à vérifier ma bonne compréhension des mots, je me méfie du sens propre et du sens figuré, quand le vocabulaire est cerné, j’écris en automatique tout ce qui me passe par la tête sur le sujet souvent un vocable ou un groupe de mots fait émerger une idée à partir de là je sais que je vais réussir à écrire un texte. En règle générale, je vais très vite pour l’ossature et pour la chute. Ensuite je laisse mijoter, je laisse passer un jour ou deux si à la relecture les idées me paraissent toujours cohérentes, alors j’essaye d’améliorer la forme qui pour moi n’est pas primordiale, je préfère provoquer une émotion avec une idée ou un mot plutôt qu’un vers bien ciselé, si je peux faire les deux, c’est mieux.
Mais mes sources d’inspiration ne s’arrêtent pas là. Une situation, un regard, une attitude, un sourire un parfum, un mot, l’écoute d’un dialogue parfois me branchent tout de suite sur une idée à développer. Bref, tout et rien peut me faire écrire sur n’importe quoi - enfin presque…


4/ Je suis heureuse de lire que les membres ont eu autant d'influence et la communauté LPDPienne t'a poussé et encouragé. Tu sembles passionné de littérature.
As-tu d'autres violons d’Ingres ? A quoi tu t'intéresses d'autres ? Heu, la musique, non ?


Je ne sais pas si je suis passionné de littérature au sens noble du terme. J’aime lire tout simplement. Pour Zola, j’ai mis quelques années pour couvrir son œuvre. Mes parents ont grandi dans l’invisible du 19ème siècle, il m’importait de comprendre mais surtout de ressentir l’esprit de ce siècle non pas au travers de la bourgeoisie de l’époque consommatrice d’absinthe et d’opium, mais au travers du peuple et quoi de mieux que les Rougon-Macquart – Aujourd’hui les 20 romans de Zola sont au chaud dans ma bibliothèque, je sais que je ne les relirai pas. J’ai clos ce chapitre. Je suis du 20 siècle et comme pour le 19ème, j’ai voulu comprendre le monde dans lequel je devrai passer ma vie. Alors j’ai bouquiné un peu tout, mais il me fallait une référence pour éclairer ma route, Avec Jacques ATTALI, globalement, j’y trouvais mon compte. J’ai donc tout lu de cet auteur, sauf le dernier d’un coup il a cessé de m’intéresser, d’ailleurs je n’ai gardé aucun de ses livres, je les ai offerts à un ami qui voulait le découvrir. Je crois que le 21ème siècle commençait à me titiller et j’éprouvais un besoin de régurgiter mes ressentis et quoi de mieux que LPDP, Les thèmes me donnaient, me donnent cette possibilité avec plus ou moins de bonheur, nous ne pouvons pas plaire à tout le monde.
Le 21ème siècle vient de débuter et il ne me reste plus assez de temps de vie pour attendre de voir si ce siècle vaut le coup ou pas ? Mais les prémices me foutent la trouille, pas pour moi, mais pour les petits qui vont grandir peut-être dans un environnement de m… Au regard de ce constat, Avec « poème à la con « j’ai dégorgé « ma bile » et avec l’ami Actuaire (qui n’est plus trop sur le site) nous avons écrit en commun un texte d’opinion qui fait date… (Sourire) « Quand deux poètes philosophent en toute liberté » dans la liste d’Actuaire. LPDP me permet donc en toute liberté d’exprimer des ressentis accumulés au fil de mes lectures en respectant simplement un règlement bien normal pour gérer des ego impulsifs…
J’ai probablement loupé une belle aventure humaine. Avant de l’évoquer, il me faut te donner quelques explications.
Connaitre des langues étrangères est incontestablement un plus, sauf quand l’une d’elles devient hégémonique, je veux parler de l’anglais. Une langue véhicule l’âme d’un peuple. Nous sommes des latins et l’anglais est anglo-saxon, même si la mondialisation nivelle les différences, ce n’est pas pareil. Nous appréhendons la réalité différemment. La guerre de 14/18 a été une catastrophe pour l’Europe, les Américains à partir de cette époque ont doucement imposé leur puissance commerciale avec naturellement un choix pour la rédaction de leurs contrats. En 1945, comme nous n’avions rien compris, ni tiré aucune leçon de la guerre de 14/18, ils nous ont remis une couche avec le plan Marshall. Nous avions le Minitel, là, encore totalement nul pour faire évoluer ce nouveau moyen de communication... Il fallait attendre la cerise sur le gâteau… Nos amis américains ont développé internet et fait naître un franglais insupportable.
Pourtant, une langue pour la communication et le commerce international neutre de tout aspect culturel et politique était un besoin recherché au 19ème siècle. A cette époque, les intellectuels en proposaient quelques-unes, je pense au volapük, mais la seule qui a traversé le temps… C’est un gamin génial de 19 ans qui a décroché la timbale. Je veux parler de Zamenhof en 1887. Ce petit malin avait inventé Wikipédia avant l’heure. Son fundamento de 16 règles intangibles, il le fait circuler dans les synagogues. Les intellectuels s’en emparent pour faire vivre cette langue par écrit. 20 ans plus tard en 1905, au congrès de Boulogne-sur-mer, l’ensemble des participants venu des quatre coins de l’Europe surpris et heureux s’est compris – L’espéranto était devenu « une vraie langue » - Combattu par Staline, par Franco, méprisé par d’autres, les espérantistes, (j’ose) comme les premiers chrétiens (sourire) ont dû ruser pour continuer à parler dans cette langue, dite artificielle.

Mon père m’en avait parlé mais l’idée m’était passée par-dessus la tête, j’ai découvert l’espéranto en 87. Pour le centenaire de sa parution, le journal Le Monde avait sorti un article qui m’avait convaincu. Pour maîtriser, il faut participer à des séminaires, des congrès qui se déroulent un peu partout en France et ailleurs.
Tu devines qu’Il faut être disponible et surtout avoir des ressources financières, les frais ne sont pas remboursés par la Sécu. De plus, il faut convaincre la famille de la pertinence du projet et chacun sait que le bonheur familial passe par la gestion des compromis… J’étais un peu vieux pour partir la fleur au fusil. Il était trop tard pour tenter l’aventure.
Néanmoins, je suis un rêveur, il me plaît de penser que j’ai peut-être planté des petites graines… il y a déjà quelques années, je me suis fait plaisir, dans le cadre d’activités périscolaires j’ai animé un cours d’espéranto à des élèves de CM2, adultes, les gamins rejoindront peut-être le mouvement espérantiste… dans tous les cas une expérience bien sympa.
Tu as compris, je ne parle pas anglais et je suis un têtu dans mes convictions. Certains me snobent en me disant d’un air condescendant « Tu ne parles pas anglais - et je réponds « Est-ce que tu parles chinois ? Et là ! Quèsaco ? Tu sais qu’une langue est toujours imposée par un pouvoir économique ou militaire. La Chine est en train de devenir la 1ère puissance du monde, et j’imagine bien dans une cinquantaine d’années entendre tes petits ou arrières petits-enfants te dire « Quoi, Papy tu ne parles pas chinois ? T’es nul ! »

Chez moi, il n’y avait pas de musique ! Un simple poste radio, simplement pour entendre les informations. J’en écoute, mais je ne suis pas tombé dans le chaudron, comme Obélix dans la marmite de potion magique.
Néanmoins, j’ai un beau-frère musicien professionnel, qui m’a initié au Jazz quelques exemples dans mes CD, Django Reinhardt, Ella Fitzgerald, John Lee Hooker, le grand Miles Davis, Count Basie… En classique j’aime bien Chopin le 1er concerto et beaucoup ses variations. L’art lyrique me passe par-dessus la tête, mais là encore, allez savoir pourquoi, seule Maria Callas me donne des frissons quand je l’écoute. Mais je suis un homme de lecture, j’aime les mots, donc mon inconditionnel : c’est l’ami Georges Brassens. J’ai deux fois son œuvre en vinyles dont une jamais déballée, et le coffret de CD dans lequel je puise pour l’écouter sans jamais choisir. Là aussi ses mots parlent de la vie de belle manière, et pour tous ceux qui écrivent des poèmes d’amour, prenez le temps d’écouter « Saturne » c’est la plus belle déclaration d’amour.


5/ Tes mots montrent que tu as le souci de la préservation de la nature, des animaux (je pense à ton texte intitulé Corrida). Es-tu engagé ?
Es-tu bénévole au sein d'une structure ?


La préservation de la nature est devenue à la mode, naturellement, je suis le mouvement. Ma vie a toujours été guidée par quelques principes fondamentaux dont celui-ci, je respecte la Vie avec un grand V.
Nous sommes en France et, tu en conviendras, aucun animal ne peut nous menacer, donc aucune raison de détruire la Vie. Je fais ricaner et même j’en énerve avec ce toc. Je ne peux pas tuer une bête quelconque. L’araignée dans la maison, le mulot que mon chat me rapporte, s’ils sont vivants je les remets gentiment dans la nature, si une guêpe tombe dans mon verre, je ne la laisse pas se noyer. La nuit dans ma campagne, je roule lentement. Le hérisson n’est pas très malin, il se met en boule dans le milieu de la toute et il attend… comme tu vois, je ne fais que des actes héroïques... Sur ce respect de la vie avec un grand V, j’ai écrit quelques textes, « la Corrida, mais aussi la lumière du chevreuil, Besoin de vie, Dauphin pardon nous sommes fous, Infanticide ou le destin d’une huître…».

Du bénévolat, oui, j’en ai fait pendant longtemps. Ta question m’emporte plus loin, c’est une vraie analyse que tu me demandes. Comme je l’ai souligné, quand j’adhère à un groupe, je ne quitte pas le navire facilement. Je ne suis pas individualiste mais plutôt un communautaire, qui n’aime pas les dominants. Je suis toujours en quête d’harmonie, sociétale, familiale, je ne supporte pas l’indifférence, qui est pour moi du mépris, ni les « petits chefs » passe-moi le sel thème 07/2015) ». La vraie autorité est ferme et bienveillante. Pour donner une image géométrique la figure que je préfère c’est le carré.
Pour en revenir au bénévolat, j’ai animé une association de quartier pour créer du lien social dans des activités de loisirs et culturelles. Dans ce type d’association les adhérents ne sont que des consommateurs, et réclament souvent l’impossible, peu se rendent compte que le bénévole donne son temps sans contrepartie, et il faut bien le dire, la vie et la pérennité de l’associatif reposent souvent sur deux ou trois personnes qui font tout le boulot…
J’ai aussi été embarqué dans une association « semi-publique », émanation d’une volonté politique communale. Ce type de structure est souple pour intervenir dans des quartiers « dits chauds ». Elle peut se faire et se défaire rapidement, et ne coûte pas cher car elle est administrée par des bénévoles.
Les frais de gestion, les payes des éducateurs étaient subventionnés par la commune et le département, par contre pour les gros projets économiques, éducatifs… Il fallait aller à la pêche aux subventions régionales, nationales et européennes…
Pour obtenir des sous, il faut monter une foule de projets mêmes utopiques et arroser tous les donneurs potentiels. Les sous arrivent toujours pour des projets précis, mais le conseil d’administration réalise les desseins qui lui tiennent le plus à cœur et les sous en toute bonne foi se mélangent souvent, seul le résultat compte. En cas, de changement de couleur politique si vous tombez sur des méchants, qui portent plainte pour utilisation « frauduleuse » de subventions, le trésorier est mal, et devinez qui était le trésorier, Bibi, bien sûr. En cas de problème, les rats auraient quitté le navire. Le scénario n’a pas eu lieu heureusement pour moi mais je vois bien, les membres du bureau se drapant dans leur dignité nous avons défini une politique d’action, mais la partie financière ne nous regarde pas, et le président, au courant de tout, en bel hypocrite « Mais Yvon t’aurais dû tirer la sonnette d’alarme ».

Avec l’âge, j’ai raccroché mes besoins d’harmonie au crochet de mes illusions et mon petit bricolage sur LPDP, me suffit bien, enfin presque je viens de m’offrir un livre prise de tête « Bouleversement par Jared Diamond ».

Catherine :
Yvon, je me rends compte à quel point les personnes que nous interrogeons ne relèvent pas du hasard, loin de là. Nous partageons des points communs. J'ai aussi laissé le côté associatif car finalement, comme tu le dis, il n'y a jamais que 3 personnes qui travaillent réellement et les autres qui te regardent agir, te donnent des conseils pour mieux faire encore et tirent ensuite la couverture à eux devant les notables.

Je pense que tu t'es bien révélé dans cette entrevue et que les membres de LPDP vont réellement mieux te cerner. As-tu des choses à ajouter pour terminer ce jeu de questions-réponses en beauté ?

Yvon :
" Chacun a son chemin, sa "mélodie" nos écrits nous révèlent naturellement, portrait sous vers nous précise et c’est bien, je crois".

En avance, meilleurs vœux.



Merci à toi pour ces réponses que je sens authentiques. A très bientôt, cher Yvon.

 
Mawringhe Cet utilisateur est un membre privilège


Cambre d'Aze, montagne de mon coeur... Mon éternelle muse !
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
237 poèmes Liste
3016 commentaires
Membre depuis
13 novembre 2018
Dernière connexion
6 janvier
  Publié: 1er jan à 09:23 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Cat, Bonjour Yvon

En premier lieu une très belle et heureuse année 2021 à vous deux ainsi qu'à tous les membres de LPDP !

C'est avec un grand plaisir que je viens de lire ce " Portrait sous vers " , Yvon ne m'en voudra pas si je dis que je retrouve là mon Saturnin dans toute son authenticité et sa bienveillance permanente !

Pour avoir composé avec lui dans ce rôle " d'envoyés spéciaux de LPDP " expédiés dans le petit village de RIONBIEN où Lolotte et Saturnin avaient des démêlés, j'ai découvert Yvon autrement qu'à travers ses poèmes que j'appréciais déjà et ses commentaires toujours d'une justesse sans faille et sans jugements "intempestifs". Toujours calme et posé.

Bref, ce fut pour moi une très belle rencontre et le début d'une amitié sincère. Yvon est " une valeur sûre ! " Faudra penser à le coter en bourse... faut bien que je te chambre mon Saturnin, mais tu connais ta Lolotte ! Rien de méchant dans tout ceci !

Le projet d' "Ariane ", pas la fusée, l'autre... le livre ( moment pub ! ) que je vous recommande car très agréable, très fluide à la lecture nous a permis une nouvelle fois de collaborer de manière différente. L'écriture n'est pas du quatre mains mais l’œuvre de l'imagination débordante dont Yvon fait preuve.
Un thème donné, l'approfondissement de ce thème des éphémères de mars 2019, un très beau projet qui c'est au final concrétisé par ce livre!

Yvon comme à son habitude se dévoile en toute franchise, ne reniant ni son passé, ni le cheminement effectué pour arriver aux compositions qu'il nous offre au fil du temps. Son évolution est là, réelle, bien méritée et j'ai un grand respect pour ce travail accompli et surtout pour cette personne qu'est Yvon.

Merci à vous deux pour ce " Portrait sous vers " qui permettra à tous ceux qui le liront de découvrir une personne vraie, sincère et fiable avec une amitié sans faille.

Merci Cat, merci Yvon pour ce bel instant "découverte".



Mawr-Lolotte



  Les mots sont à la pensée ce que l'eau est à la terre: la vie!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
810 poèmes Liste
22911 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
15 janvier
  Publié: 1er jan à 13:09 Citer     Aller en bas de page

Un beau portrait, bien campé comme l'est Yvon. Merci

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Pichardin


Rien n’est impossible à l’homme surtout s’il a décidé de ne rien faire
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
410 poèmes Liste
4553 commentaires
Membre depuis
26 octobre 2013
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 2 jan à 02:49
Modifié:  4 jan à 04:38 par Pichardin
Citer     Aller en bas de page

Merci pour ce portrait très captivant d'un poète original et attachant dont les écrits me procurent de vrais moment de plaisir à leur lecture.
A travers cette interview je ressens Yvon comme étant quelqu'un de généreux et plein d'humanité envers les autres.
Il parle de son enfance, de son passé, sans gêne aucune et en toute simplicité.
J'ai beaucoup aimé sa façon de s'être "construit" culturellement et son cheminement par la suite.
On sent vraiment que c'est une personne authentique, sincère, et fidèle.
Encore merci, Cat et Yvon, pour ce moment d'intenses émotions.
Meilleurs vœux à vous deux.
Pierre

  Pichardin
Hubix-Jeee


Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
202 poèmes Liste
7022 commentaires
Membre depuis
25 décembre 2010
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 2 jan à 11:08 Citer     Aller en bas de page

Belle découverte d'un poète humain, humaniste et touchant...

Une vie pas facile, une éducation en fait, autonome et des plaisirs de partage...

L'amour du jazz et de Brassens , je trouve-là ce que j'appelle le bon goût....

Merci Yvon de t'être livré de telle manière...

Amitiés...

Hubix.

 
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
331 poèmes Liste
2820 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
11 janvier
  Publié: 4 jan à 01:46
Modifié:  4 jan à 02:24 par marchepascal
Citer     Aller en bas de page

Authentique voici le mot qui vient à l'esprit !
Ici se déroule paisiblement l'histoire d'une vie aux persévérances certaines !
Yvon le modéré, Yvon l'observateur adulé, Yvon le bienfaiteur des situations.
Tu es dans une recherche d'apaisement, de réconfort, en t'employant à atténuer les débordements ( je le sais tu l'as fait avec moi...)
Dans tes écrits se trouve de la tranquillité d'esprit, pour en arriver là, nous savons que tu as dû te battre à la baïonnette, des corps à corps frontaux, ton histoire le dévoile ( merci pour ça, connaissant ta pudeur, elle qui transpire agréablement sur LPDP).
Je te souhaite cher Yvon, une nouvelle année aux écrits somptueux , que ton discernement nous révèle toutes les subtilités de ta profonde pensée !
Je trinque à ta générosité

marchepascal qui remercie au passage notre Catwoman qui a su identifier ta personnalité authentique !

Bonne semaine

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
5871 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 4 jan à 07:43 Citer     Aller en bas de page

Lolotte, Aude, Pierre, Hubix, Pascal

Touché au coeur, je ne sais quoi vous dire - Merci tout simplement.

Amitiés
Yvon

  YD
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
535 poèmes Liste
24024 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 4 jan à 10:01 Citer     Aller en bas de page

Que j'ai apprécié de relire plusieurs fois cet interview.
Un YD que j'apprécie depuis longtemps et là, c'est véritablement fascinant.
YD est arrivé cinq mois après moi, j'en suis véritablement fière, parce de tout ce qu'il écrit et révèle aujourd'hui me fascine.
De parler du monde des mines, de son PAPA, c'est ce que j'apprécie dans les souvenirs. OMBLINE, ACTUAIRE, DROLE d'OISEAU et de combien que l'on ne retrouve plus sur ce site, me peine beaucoup.
Merci YD, pour ce partage pour le respect de la vie, celle des humains, des animaux de la nature.
Notre ami GEORGES et sa chanson saturne, j'adore, ainsi que les passantes et tout son répertoire.
Quand je vois l'image de TOTO, je sais que tu vas écrire où bien laisser un commentaire.
Un grand merci pour cet interview passionnant, émouvant et tellement enrichissant et ainsi que pour CAT
ODE 31 - 17
Une bonne année à vous deux
Bien amicalement

  OM
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
54 poèmes Liste
332 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 4 jan à 10:46 Citer     Aller en bas de page

J'ai beaucoup apprécié ce portrait sous vers très fouillé et la trajectoire qu'il présente. Merci à vous deux !

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ne m'approchez pas, je pique.
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
448 poèmes Liste
14711 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
16 janvier
  Publié: 5 jan à 08:08 Citer     Aller en bas de page

un portrait conforme à l'image que je me faisais de Yvon.
Merci à toi de t'être livré ainsi et à Cath d'avoir su recueillir tes confidences.

  Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
5871 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 6 jan à 09:10 Citer     Aller en bas de page

Ode

Merci, ta grande sensibilité me touche énormément

Quitterie

Merci - comme je le souligne, nous n'avons qu'une histoire, et nos écrits la rabâche. J'aime essayer de les deviner, j'essaye souvent de voir "l'invisible" qui nous anime.

Magali

Je sais bien que tu es une jolie futée et que tu m'as deviné depuis longtemps - merci , en tant que "cheffe" de LPDP courage je sais que la tâche n'est pas facile.

  YD
Bernylys


"L'écriture déploie ses ailes là où l'âme prend son envol" Bernadette Edelweiss
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
52 poèmes Liste
4220 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2010
Dernière connexion
15 janvier
  Publié: 9 jan à 15:05 Citer     Aller en bas de page

Merci Yvon et Catherine pour ce portrait très enrichissant, merci ce que tu nous transmets, ton authenticité, et je rejoins tous les commentaires précédents.
Je vous souhaite à tous le meilleur pour cette année.

Bernadette

  Mes deux recueils : "Aux tréfonds de mon âme" et "Sérénade à la vie" - Tous mes textes sont protégés par copyright n° 00050359-1
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


Nouvelle: Ariane, consulter mon journal
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
5871 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
12 janvier
  Publié: 12 jan à 10:24 Citer     Aller en bas de page

Bernadette

Merci pour ton passage

  YD
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 322
Réponses: 12

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1052/13259

8.7%
 
 92 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.8%
 
 82 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.5%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.8%
 
 19 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.7%
 
 113 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.3%
 
 203 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 330 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0402] secondes.
 © 2000 - 2021 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.