Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 40
Invisible : 0
Total : 42
· Orélia · Greg Horie
12873 membres inscrits

Montréal: 24 mars 16:02:10
Paris: 24 mars 21:02:10
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes collectifs :: L’erreur nous sied si bien (avec Caelie) Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
631 poèmes Liste
18465 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 7 oct 2014 à 14:32 Citer     Aller en bas de page


L’erreur nous sied si bien (avec Caelie)


Je rêvais d’une ville
De connaître l’ailleurs
Le rêveur immobile
Qui ne prête aux lueurs
Que l’humeur inutile
D’une envie sans couleur

Et moi d’une étoile
D’effleurer comme on dort
Les gouttes volubiles
Faites de nuages et d’or
Vers l’espoir d’un envol
Aux dires de l’aurore

Accordée à cette heure
Qui fleurit sur la rime
Inventée à l’odeur
D’une plage d’infime
Je foulais mon erreur
Comme au port on s’arrime

Raillée aux anciens jeux
Qui trouent le ciel voilé
Et mes doigts à tes nœuds
D’un espoir nouveau né
Qui balbutie aux yeux
L’amer goût du passé

Quelques pas aux places
Des essoufflés du cœur
Qui en bruits s’enlacent
Lorsque la cloche se meurt
D’éclats de silence
Aux rencontres des heures

Où l’on tourne les aiguilles

Je te dessine
Au contour des villes
Sur le bord du trottoir
Dans la verte campagne
Que t’accroches à tes cheveux

L’on s’y perd, inconscients
Dans ce ciel trop bas
Qu’évapore en soupir
Le désir d’à venir
Qu’on emporte sous nos pas

Je te peins
Ton avenir
Même si tu n’en veux pas
Une jupe de souvenirs
Qu’on puisse soulever
Même si tu les caches
Sous la soie de tes bas

Et je m’y pends comme on perd
Les pieds aux dentelles
Que l’on tisse à nos bras
Qu’on esquive à nos ébats

Je te dessine
Comme tu l’imagines
Et peut-être mieux que ça

Et je me suspends à tes lèvres
Comme tu y vacilles
Peut être trop souvent

Je te dessine
Et t’assassine
En oubliant que mon passé
N’a rien à voir
Avec ce que tu peux penser
Avec ce que tu oublieras

Mais j’ai cessé de penser
De prendre nos ailleurs
Pour des chemins entrelacés
A trop ignorer
Ce qu’on ne pouvait imaginer
Que la vie nous opprime
De ce cancer persuadée

Je te dessine
A l’envers
Sur ton endroit
Perpendiculaire
Et parallèle à mes bras
Et toi, tu me dessines
Comme si tu ne m’en voulais pas
D’avoir fait d’une angine
Un lieu dont on ne reviendra pas

Et je prends mes chevilles à mon cou
Comme je t’étalais parfois
A nos traversées nocturnes
De n’en plus finir
De passer au passé
Que l’on revendique blessés
Comme si l’on oubliait
Que nos minutes longées
N’étaient qu’un bouquet de roses

Lors poussons à l’aurore
Tous les ports de plaisance
Où l’on vit d’imprudence
Pour garder l’envie des cimes
Quand leurs ombres nous broient

Et passons sur nos maux
Ce baume d’effervescence
Qui nous délie de son mieux
Des matins fiévreux.




Tilou & Caelie
(Printemps 2009)

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
631 poèmes Liste
18465 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 8 oct 2014 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Une évidence ?...

* j'ai pas compris à quoi se rapporte celle-ci *

Merci, cela dit...

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
631 poèmes Liste
18465 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
24 mars
  Publié: 12 oct 2014 à 13:03
Modifié:  12 oct 2014 à 13:11 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Ouaps... Comment faire pour te répondre...^^

D'abord merci de ce commentaire... Il fait plaisir à lire.

Après la réponse, c'est une autre paire de manche. Il y a une raison à cela... C'est que le poème date de 2009 et du coup... Les souvenirs sur sa "génèse" se sont quelque peu effacés. Et je vais rechercher dans ce qui me reste de mémoire pour te trouver des bribes de réponses.

1. le changement/la rupture au milieu du poème

Il ne s'agit pas d'un changement de plume... mais d'une "réorientation" en cours de route... Je crois que je ne dévoilerai rien en disant que ma partenaire de plume n'était pas à l'aise avec la rime et le mètre et pourtant l'on a fait un bout de chemin comme cela... Alors effectivement, la transition n'est pas très "invisible" mais voilà... On est reparti sur un autre mode, dans une "chorégraphie" où c'est Caelie qui donnait les gammes

2. Pour le titre... : je vais être honnête, je ne me souviens plus... Vu le titre, je dirais bien que c'est moi qui ai dû le proposer mais... Je ne suis même pas sûr et je préfère faire appel à une amie pour répondre à la question

3. Pour la rupture à la fin... Disons que... c'est vrai... Maintenant que tu le dis... pourquoi un espace ? je ne sais pas ou plutôt je ne sais plus. Caelie s'en souviendra peut-être puisque c'est elle qui avait à l'époque fait la première publication et donc la mise en page... Moi je n'ai fait que la rapporter et je n'ai pas souvenir que cette mise en forme ait fait l'objet d'un "débat" entre nous...


Bon je sais.. ça fait peu de réponses au final... Mais voilà... Le temps passe et la mémoire trépasse...

J'espère que tu auras plus de chance avec ma partenaire...

Encore merci


  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 793
Réponses: 2
Réponses uniques: 1
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0286] secondes.
 © 2000 - 2017 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.