Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 331
Invisible : 0
Total : 333
· Franck · KiMiNiE
13090 membres inscrits

Montréal: 23 juil 20:52:15
Paris: 24 juil 02:52:15
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes par thèmes : Éphémères (décembre 2013) : "Paillettes et poussières" :: Poussettes et Serpillères Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 11 déc 2013 à 13:30
Modifié:  11 déc 2013 à 15:02 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page





Poussettes et Serpillères

La vie des mères de famille
Me paraît d’un ennui profond
Il consiste dans le fond
Qu’en de petites peccadilles

Levée dès l’aube, biberon
Puis toilette et le tour du square
Tout en écoutant les histoires
Des autres mères qui tournent en rond

Mon chérubin à la colique…
Le mien a du mal à roter…
Les allocs vont-elles augmenter ?
Mais les Pampers, c’est plus pratique…

Et elles rentrent avec leurs poussettes
Doucement, on n’est pas pressées
La journée se doit de passer
Au rythme lent de la layette

Lorsque le bébé fait sa sieste
Elles vont passer la serpillère
Elles l’ont fait, pourtant, hier
Parmi d’autres travaux modestes

Et les maris dans la nuitée
D’un œil plein de misogynie
Les trouveront bien moins jolies
Qu’avant cette maternité


  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
414 poèmes Liste
13204 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 11 déc 2013 à 13:34 Citer     Aller en bas de page

Bien vu. Est-ce du vécu ?

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 11 déc 2013 à 13:40 Citer     Aller en bas de page

Citation de Ishtar
Bien vu. Est-ce du vécu ?



Ayant mis au monde et élevé trois enfants, je connais la question. Heureusement qu'on a un solide instinct maternel pour éviter de péter les plombs…
A l'époque de la prime enfance, je lisais beaucoup au square, en particulier pour éviter les interminables bavardages des autres mamans. Le temps semblait bien long souvent à vivre au rythme d'un bébé.

Tu vois je suis pas du tout mûre pour être grand mère !

PS : j'ai un profond respect pour les femmes qui consacrent leur vie à ça mais pour ma part j'en suis incapable. Quand aux maris, je leur recommande patience et indulgence.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Chris-Charmeur


Don't wake me up !...
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
14 poèmes Liste
7521 commentaires
Membre depuis
24 juillet 2012
Dernière connexion
10 novembre 2018
  Publié: 11 déc 2013 à 13:58
Modifié:  11 déc 2013 à 13:59 par Chris-Charmeur
Citer     Aller en bas de page


Très bien joué, Aude !..........

Citation de Aude Doiderose
Quand aux maris, je leur recommande patience et indulgence.



J'aurai bien voulu avoir 3 enfants aussi.... Quelle rigolade cela aurait été !..



KIWI

  Tous les textes sont déposés à la SGDL...
God bless you !...
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
12 poèmes Liste
23520 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
13 mai
  Publié: 11 déc 2013 à 14:15
Modifié:  13 déc 2013 à 20:11 par James
Citer     Aller en bas de page

Bonsoir Aude,

J'admire les femmes pour cela, j'aimerais connaitre ce côté là ! Eh oui j'aimerais
c'est mon plus précieux rêve dont j'ai envie !

C'est un très beau poème que tu as réussi à écrire avec beaucoup
de plaisir ! chapeau

Mes plus sincères amitiés James

  Membre de la Société des poètes Français.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 11 déc 2013 à 14:38 Citer     Aller en bas de page

Citation de Kiwi
Très bien joué, Aude !..........

J'aurai bien voulu avoir 3 enfants aussi.... Quelle rigolade cela aurait été !..



Plus on est de fous plus on rit !

Citation de James
Bonsoir Aude,

J'admire les femmes pour cela, j'aimerai connaitre ce côté là ! Eh oui j'aimerai
c'est mon plus précieux réve que j'ai envie !

C'est un très beau poème que tu a réussi à écrire avec beaucoup
de plaisir ! chapeau

Mes mplus sincères amitiés James



Il y a des très bon moments que les hommes ne peuvent pas vivre de la même façon.
J'ai bien aimé la grossesse, je ressemblais à Obélix.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administrateur

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
414 poèmes Liste
13204 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
20 juillet
  Publié: 11 déc 2013 à 14:56 Citer     Aller en bas de page

Citation de Aude Doiderose

Tu vois je suis pas du tout mûre pour être grand mère !


J'ai bien peur ma doudou que tu n'aies pas ton mot à dire.

Citation de Aude Doiderose
J'ai bien aimé la grossesse, je ressemblais à Obélix.


Mmmm ça fait rêver.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 11 déc 2013 à 15:04
Modifié:  11 déc 2013 à 15:05 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Ishtar

Citation de Aude Doiderose

Tu vois je suis pas du tout mûre pour être grand mère !


J'ai bien peur ma doudou que tu n'aies pas ton mot à dire.


Citation de Aude Doiderose
J'ai bien aimé la grossesse, je ressemblais à Obélix.


Mmmm ça fait rêver.



Certes. J'ai juste prévenu qui de droit, mais à mon avis j'ai le temps.

Oui, je casse mon image, mais que mes fans se rassurent, j'ai retrouvé ma taille de guêpe (je n'ai jamais fini les petits pots de mes enfants, beark)

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Ella Meliar
Impossible d'afficher l'image
Tralala lalala lala
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
357 commentaires
Membre depuis
11 octobre 2013
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 12 déc 2013 à 10:26
Modifié:  12 déc 2013 à 10:28 par Ella Meliar
Citer     Aller en bas de page


C'est vrai que les mères au foyer sont dans leur bulle...
Mais cela dit, si certaines sont épanouies ainsi, je trouve ça formidable et les admire.
Moi j'ai eu un peu du mal aussi, même si je suis dingue de ma gamine!
Et les conversations de square, genre "mon fils est surdoué, il connaît tous les noms des personnages dans Winnie l'ourson" ou "ma fille n'a pas d'ami à la garderie, c'est parce-qu'elle est en avance..."
Un jour, j'ai répondu: "moi, la mienne, hier soir, elle a fait caca!" Les mamans m'ont regardé comme si je venais de mars, mais c'était l'effet escompté!
Très rigolo et pour le titre.

  Hélène
mido ben

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
231 poèmes Liste
15469 commentaires
Membre depuis
7 mai 2013
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 12 déc 2013 à 12:06 Citer     Aller en bas de page

on découvre sur tes vers un aspect des femmes , un quotidien que les hommes ignorent
très bel écrit

  mes mots viennent de l'encre de mes souvenirs et quotidien
Y.D Cet utilisateur est un membre privilège


TOTO La terreur des mulots
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
285 poèmes Liste
4997 commentaires
Membre depuis
7 décembre 2010
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 12 déc 2013 à 13:15 Citer     Aller en bas de page

Ton poème m'a fait penser à la chanson de Lynda Lemay " ça sent le bébé..." mais les conversations pour ne rien dire sont partout quelque soit le lieu de travail, c'est pas triste entre le temps qu'il fait et les conneries de la télé.... je laissais traîner une oreille mais mes neurones filtraient grave les conneries.

Yvon

  YD
ballandine


Moi, quand je rêve de liberté....
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
49 poèmes Liste
3939 commentaires
Membre depuis
17 décembre 2010
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 13 déc 2013 à 04:07 Citer     Aller en bas de page



Un double labsus intelligent pour cet éphémère.. ! .

Je ne suis pas étonnée que cela vienne de toi, Plume "luisante"........

Extra !



  Ecrire est un acte d'amour, S'il ne l'est pas il n'est qu'écriture (Cocteau)
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 13 déc 2013 à 09:25
Modifié:  13 déc 2013 à 09:26 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Réellalice

C'est vrai que les mères au foyer sont dans leur bulle...
Mais cela dit, si certaines sont épanouies ainsi, je trouve ça formidable et les admire.
Moi j'ai eu un peu du mal aussi, même si je suis dingue de ma gamine!
Et les conversations de square, genre "mon fils est surdoué, il connaît tous les noms des personnages dans Winnie l'ourson" ou "ma fille n'a pas d'ami à la garderie, c'est parce-qu'elle est en avance..."
Un jour, j'ai répondu: "moi, la mienne, hier soir, elle a fait caca!" Les mamans m'ont regardé comme si je venais de mars, mais c'était l'effet escompté!
Très rigolo et pour le titre.



Il faut, lorsqu'on a un bébé, savoir prendre du recul, profiter de l'instant. Mère n'est ni une vocation, ni une profession, c'est un doux moment de la vie. Après il faut savoir redevenir soi même.

Citation de mido ben
on découvre sur tes vers un aspect des femmes , un quotidien que les hommes ignorent
très bel écrit



Heureusement qu'on a une maman… Maman si tu me lis : je t'aime (Dieu sait qu'elle aussi trouvait la prime enfance furieusement ennuyeuse).

Citation de YD
Ton poème m'a fait penser à la chanson de Lynda Lemay " ça sent le bébé..." mais les conversations pour ne rien dire sont partout quelque soit le lieu de travail, c'est pas triste entre le temps qu'il fait et les conneries de la télé.... je laissais traîner une oreille mais mes neurones filtraient grave les conneries.

Yvon



C'est vrai que quand j'entends les hommes parler bagnole, ça me saoule tout autant.

Citation de Ballandine
Un double labsus intelligent pour cet éphémère.. ! .

Je ne suis pas étonnée que cela vienne de toi, Plume "luisante"........

Extra !



Je suis rebelle : sur un thème, j'aime bien broder ailleurs (tout en respectant la règle du jeu).
Plus une tentative de contrepèterie qu'un lapsus, j'aime bien jouer avec les mots, c'est un de mes processus créatifs.
Bises Ballandine !



  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14960 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
9 juillet
  Publié: 13 déc 2013 à 20:32 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Aude Doiderose,
Ce n'est pas du vécu de mon côté mais j'entends parfois des conversations entre mères de famille dans les squares, la tendresse et l'amour pour leurs enfants qui se lisent dans leurs yeux sont attendrissants et ton poème l'est tout autant avec un brin d'humour très agréable...



Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 14 déc 2013 à 04:56 Citer     Aller en bas de page

Citation de sybilla


Bonsoir Aude Doiderose,
Ce n'est pas du vécu de mon côté mais j'entends parfois des conversations entre mères de famille dans les squares, la tendresse et l'amour pour leurs enfants qui se lisent dans leurs yeux sont attendrissants et ton poème l'est tout autant avec un brin d'humour très agréable...



Sybilla



Je suis parfois un peu caustique mais jamais méchante. Bien sûr que les mamans sont mignonnes. Bises

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
2575 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 14 déc 2013 à 07:24 Citer     Aller en bas de page

Heureusement que ce n'est pas un homme qui l'a écrite t'imagines ...

Elle est poésie mais ramène bien les pieds sur terre!


Merci pour cette vision vécue



Marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
marchepascal Cet utilisateur est un membre privilège


Le monde est en nous sommes le monde
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
300 poèmes Liste
2575 commentaires
Membre depuis
23 mars 2011
Dernière connexion
1er juillet
  Publié: 14 déc 2013 à 07:24 Citer     Aller en bas de page

Heureusement que ce n'est pas un homme qui l'a écrite t'imagines ...

Elle est poésie mais ramène bien les pieds sur terre!


Merci pour cette vision vécue



Marchepascal

    Le temps comme le vent passe et ne s’arrête jamais!!!
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
740 poèmes Liste
21821 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
23 juillet
  Publié: 15 déc 2013 à 12:16 Citer     Aller en bas de page

Citation de Marchepascal
Heureusement que ce n'est pas un homme qui l'a écrite t'imagines ...

Elle est poésie mais ramène bien les pieds sur terre!


Merci pour cette vision vécue



Marchepascal



Écrit par un homme c'eut été atrocement misogyne.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1230
Réponses: 17
Réponses uniques: 10
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0821] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.