Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 167
Invisible : 0
Total : 171
· Chlamys
Équipe de gestion
· In Poésie · Lilania · Maschoune
13157 membres inscrits

Montréal: 10 déc 14:13:58
Paris: 10 déc 20:13:58
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Textes d'opinion :: La burqa occidentale Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 6 févr 2015 à 03:20
Modifié:  6 févr 2015 à 04:08 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

« Accepter le féminin c'est ne pas croire
qu'une femme qui assume sa féminité perd en légitimité »
Béatrice Toulon.


Une récréation comme les autres dans une salle des professeurs entre café, rires, plaintes... Une voix s'élève :

« - Vous avez-vu la tenue de P. ? (élève de quatrième) Un collant, un mini short et un pull qui couvre tout juste son nombril !
- Bah, elle est célibataire, elle cherche un nouveau copain.
- Faudra pas s'étonner si elle termine dans une cave.
- C'est sûr, elle va se faire violer et elle l'aura bien cherché. (Rires goguenards).
- Au moins, les pauvres garçons auront des circonstances atténuantes. »
Bien entendu, ce bavardage ne quittera pas l'enceinte de la salle des professeurs et, la récréation finie, chacun retrouvera son habit de pédagogue responsable, soucieux de l'égalité des chances entre filles et garçons.
Comme toujours, je me dis que j'aurais dû réagir ; leur dire qu'on ne va pas « se faire violer » comme on va se faire une manucure. Mais je n'ai pas la répartie immédiate. La tenue de cette enfant n'était pas appropriée mais méritait-elle une telle avalanche ? J'ai observé la tenue de cette ado qui avait, certes, un short mais avec des collants opaques. Une tenue peut-être inappropriée à la météo mais surtout, qui tranchait avec celles des autres filles du collège : jean, pulls...

Qu'est-ce qu'une tenue appropriée ? Je me suis souvenue de Cécile Duflot arrivant en robe bleue et blanche à l'assemblée nationale sous les sifflements et les quolibets de ses collègues, de Rachida Dati qui, un instant pressentie pour candidater à la présidence de son parti politique s'était entendue dire : « Vuitton et Dior n'ont pas leur place à cette fonction ». Angela Merkel que l'on a très souvent comparé à un homme car elle n'avait pas la « féminité facile ».

En tant qu'occidentale croyant en la laïcité, je considère la burqa que portent certaines femmes comme la négation de leur condition d'être humain et de leur féminité. Et pourtant je m'interroge sur nos codes vestimentaires. La femme se doit d'être féminine mais pas trop sous peine de paraître légère et futile et pas trop peu sous peine d'être accusée de vouloir se conduire « en mec ».C'est toujours la femme qui est soupçonnée de jouer de ses charmes, d'avoir des promotions canapés.

Une de mes cousines, élève dans une école de management m'a dit que les conseils de certains enseignants étaient clairs : jusqu'à ce qu'elles aient prouvé leur valeur au sein de l'entreprise, il leur était conseillé de suivre un code vestimentaire assez précis : favoriser les couleurs sombres afin de ne pas attirer l'attention, se mettre en jupe ni trop courte (femme légère), ni trop longue (femme rigide), se maquiller (car une femme sans maquillage paraît négligée) mais pas trop (pour ne pas ressembler à une bimbo), ne pas avoir les cheveux trop longs sous peine d'inciter à la séduction (ou les attacher en queue de cheval basse) ; les conseils vestimentaires donnés aux étudiants de sexe masculin se bornant à : costume, chemise claire et cravate.

Cette façon de penser n'est pas que masculine ; les femmes ne sont pas plus tolérantes entre elles. Ce n'est pas la société qui veut ça, il s'agit juste de notre façon de penser, moi y compris. Combien de fois me suis-je fait une pseudo opinion sur une femme avant même de lui adresser la parole ! Je m'évertue à ne pas avoir le « look prof » c'est à dire joli, fonctionnel et confortable. J'ai des « excentricités » vestimentaires de maquillage ou de talons que l'on me pardonne facilement sous prétexte que « je suis une artiste ».

Je provoque sciemment quand je parle de burqa occidentale mais je trouve que nous ne sommes pas aussi tolérants que nous aimerions le faire croire. Il est déplorable que des jeunes adolescentes ne puissent pas se mettre en jupe ou en robe dans leurs établissements scolaires sous peine de passer pour des « putes », qu'une femme qui s'aime au naturel paraisse négligée ou -plus politiquement correct- « fatiguée ».

Je suis tout de même parfaitement lucide. Nous vivons dans un pays dans lequel nous avons le choix de nous couler dans le moule ou non. C'est cette possibilité de choisir qui fait notre richesse et notre liberté. Encore faut-il que ce choix soit voulu et non pas subi.

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22198 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 6 févr 2015 à 04:18 Citer     Aller en bas de page

Voilà bien un débat de Poupouff et je me devais d'y saupoudrer mon grain de sel.

Moi je trouve qu'une burqa, ça peut être seyant, mais tant que c'est facultatif. J'aime pas les uniformes, sauf celui des pompiers.

Un conseil pour toujours avoir le bon dress code : faites comme moi.
Une jupe ou une robe tant qu'il fait zéro degrés ou plus. Des bas, mais ça personne ne doit le savoir sauf votre amant. Des jolies chaussures pas trop hautes et surtout pas compensées.
Une goutte de parfum florentin derrière les oreilles, maquillage léger.
Un sac à main qui ne ressemble pas à une vieille besace obèse. Le genre BCBG.

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 6 févr 2015 à 04:18 Citer     Aller en bas de page

il y a ceux qui diront que c'est la faute de la fille, qu'elle n'avait pas qu'à se balader en mini-jupe dans telle ou telle ruelle. Comme si le comportement de l'homme était naturel. Bien sûr il ne peut pas se retenir s'il voit des jambes ou un décolleté voyons !

C'est dingue comment dans une société, les esprits peuvent être corrompus par des us sociaux tel que celui-là. D'oser imaginer que c'est la faute de la femme, si provocante elle attire les regards et la maladie des hommes.

je trouve ce mini-film très bien.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
754 poèmes Liste
22198 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
9 décembre
  Publié: 6 févr 2015 à 04:41
Modifié:  6 févr 2015 à 04:43 par Aude Doiderose
Citer     Aller en bas de page

Citation de Eylork
il y a ceux qui diront que c'est la faute de la fille, qu'elle n'avait pas qu'à se balader en mini-jupe dans telle ou telle ruelle. Comme si le comportement de l'homme était naturel. Bien sûr il ne peut pas se retenir s'il voit des jambes ou un décolleté voyons !

C'est dingue comment dans une société, les esprits peuvent être corrompus par des us sociaux tel que celui-là. D'oser imaginer que c'est la faute de la femme, si provocante elle attire les regards et la maladie des hommes.

je trouve ce mini-film très bien.



Je suis d'accord avec toi : on dirait bien que l'on considère la libido masculine comme totalement animale. On peut s'interroger sur la libido féminine : est-ce que nous devenons folles de désir quand les garçons laissent apparaître la moitié de leurs fesses moulées dans un boxer-short ? Allons, allons. Moi je les mate mais je suis relativement bestiale dans mon genre. Mais je ne leur mets pas la main aux fesses quand même, sauf si on m'y autorise gentiment.

Pour ce qui est de la parure féminine on remarque quand même qu'elle est souvent une entreprise de mise en avant de nos charmes : celle qui a des belles jambes aura tendance à porter des jupes courtes, celle qui a de beaux seins, comme Ishtar, à porter des décolletés plongeants. La séduction est elle donc si profondément ancré dans notre sexe pour qu'on y consacre tant d'énergie ?

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Eylork Cet utilisateur est un membre privilège


Il y a des jours avec et des jours sang.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
160 poèmes Liste
3849 commentaires
Membre depuis
24 juin 2007
Dernière connexion
28 avril 2018
  Publié: 6 févr 2015 à 05:15 Citer     Aller en bas de page

Un homme ne met juste pas les mêmes choses en valeur. Principalement ses fesses. Le problème c'est que c'est lié, la société apprend aux femmes qu'elles seront jugées sur leur physique au premier abord. Chez l'homme c'est plus la carrure et l'attitude : il faut être mâle jusqu'au bout !

Les normes de la société dictent la conduite à tenir. Hier c'était le pas de poil, maintenant c'est le coiffage de sourcils. Le business a pris le pas sur les habitudes.

On commence doucement à prendre la mesure qu'une femme qui fume ce n'est pas pire qu'un homme. Les femmes comme l'a dit Ishtar sont souvent les premières à critiquer leurs consœurs.

Les deux sexes ont leurs règles et bien malheureux ceux qui essayent d'en sortir. Ainsi une femme en jogging, un homme en décolleté sont jugés, étiquetés sans avoir ouvert la bouche.

  Aller au superflu pour couper court à l'essentiel.
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
692 poèmes Liste
14864 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 6 févr 2015 à 10:17 Citer     Aller en bas de page


Rien à envier à nos amies, soeurs... forcées sous la burqa de l'oppression ,mais pas du tout persuadée d'être si libre de me montrer comme je veux , chez nous non plus.

Curieusement, nos "uniformes féminines" nous mettent constamment en crise et c'est beau dire que nous pouvons choisir comment nous présenter dans la rue , au bureau , etc.

J'ai souvent l'impression que notre parité a été gagné plus sur le plan de la mini jupe que de la dignité et que nous- les mères des hommes du futur- nous avons beaucoup à apprendre, la responsabilité de faire développer un nouvel regard dans nos enfants, les hommes de demain.

Il suffit d' entrer dans un bar ou un lieu fréquenté aussi ou surtout par les hommes, pour voir leur regard d'évaluation impitoyable chaque fois une fille , une femme entre dans leur camp de vision...


Inutile ajouter que parité pour moi ne signifie point acquérir nous aussi ce coup d'oeil détestable, ce critère d'évaluation d'un être...





  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Sybilla

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
94 poèmes Liste
14981 commentaires
Membre depuis
28 août 2012
Dernière connexion
30 novembre
  Publié: 6 févr 2015 à 21:09 Citer     Aller en bas de page



Bonsoir Magali,

La parité des sexes n'est certes pas égale encore de nos jours, peut-être les moeurs finiront-ils par évoluer un jour dans le monde occidental et ailleurs...
Merci de ce partage !


Mes amitiés

Sybilla

  Le rêve est le poumon de ma vie
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 6 févr 2015 à 23:46 Citer     Aller en bas de page

Je suis assez d'accord avec toi Eylork, on a tendance à considérer les hommes comme des animaux incapables de se contrôler. Les pantalons taille basse foisonnent parmi les garçons de mon collège (même s'il ne sont pas -officiellement- autorisés) et pourtant, aucune fille n'y attache vraiment d'importance car pour elles, ça n'entre pas vraiment dans le jeu de la séduction entre filles et garçons... Elles sont plus sensibles à leur "virilité".
Quand ma cousine m'a dit les conseils qu'elle recevait dans son école j'ai été choquée mais elle, pas vraiment. Son argument étant ; "si ça me permet de trouver un travail, pourquoi pas"...

Aude, je crois qu'on apprend aux fillettes à "séduire" ou à être physiquement à leur avantage dès l'enfance grâce à moult petits accessoires "trop mignons" : petites barrettes, colifichets... À part parfois, la raie sur le côté on se préoccupe moins des petits garçons.

Lilia : Je crois que la femme a gagné le droit de s'habiller plus court, mais pas d'être mieux considérée en général. Quant à l'évaluation dont tu parles quand une femme entre dans un bar, elle est réelle mais pas uniquement du côté masculins. Les femmes aussi se jugent, se jaugent et se comparent physiquement cela se voit peut-être moins mais je crois que leur regard est aussi impitoyable que celui des hommes.

Sybilla : J'en doute fort hélas.

 
Jean-Claude Glissant
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
77 poèmes Liste
1536 commentaires
Membre depuis
19 avril 2013
Dernière connexion
21 novembre
  Publié: 9 févr 2015 à 08:00 Citer     Aller en bas de page

Salut Magali ! J'adhère. Merci du partage. A plus tard !

 
Rosi

Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
143 poèmes Liste
1381 commentaires
Membre depuis
6 juillet 2014
Dernière connexion
25 octobre
  Publié: 11 févr 2015 à 05:40 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Magali,

un texte qui donne à réfléchir...

je suis totalement d'accord en tout point de vue avec ton résonnement.
Je crois que malheureusement la société nous façonne à sa manière et que l'on porte une tenue vestimentaire, une couleur de peau, que l'on soit ou différent, nous jugeons où sommes jugés.
Je crois que le plus important, est que nous soyons heureux d'être comme nous sommes, car quoi que l'on soit, où quoi que l'on porte, nous dégagerons toujours une image, qui donnera à argumenter sur nous, car l'être humain est ainsi fait, j'en ai bien peur.

Mais c'était important d'aborder ce sujet car, il nous permet de réfléchir et d'en être conscient.
Amitiés sincères!!

  L'écriture est le chemin, vers l'espoir et la sagesse
Bethsabée Mucho

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
1208 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2013
Dernière connexion
19 août
  Publié: 17 févr 2015 à 05:15
Modifié:  17 févr 2015 à 05:24 par Bethsabée Mucho
Citer     Aller en bas de page

Moi j'trouve que porter la bonne tenue, c'est une question de talent. Y'en a qui l'ont, ceux qui innovent en y ajoutant la juste dose de fantaisie, et d'autres moins inspirés qui feraient bien d'en prendre un peu de la graine.
D'ailleurs, l'harmonie vestimentaire, l'élégance réelle, ne se détecte jamais au tout premier coup d'oeil. Quand on perçoit la fringue avant la personne elle-même, c'est qu'il y a d'après moi un gros souci.
D'ailleurs, une femme qui porte bien une jupe-crayon bleu marine au ras du genou au bureau, c'est carrément super sexy tant c'est "traditionnel", un peu comme le costard de pompier sur un beau garçon.
Une tenue tapageuse, genre jupe tutu et décolleté, çà peut être très amusant et sexy pour une fête mais ce sera perçu à juste titre parfaitement ridicule dans le même bureau.
Les jeunes filles et garçons cherchent leur identité sociale à travers leurs fringues, leurs coiffures et un tas de colifichets et tout ce qu'on leur propose d'images auxquelles s'identifier tout en se démarquant du look de leurs parents, ce qui est bien normal. Cà donne parfois un gros n'importe quoi très raté, et d'autres fois des "fautes de goûts" très inventives dont s'inspirent des créateurs géniaux.
Selon moi, le tout est de porter la fringue qui vous va et surtout, à l'âge adulte, de la porter dans les circonstances appropriées. Que les jeunes s'amusent et que les vieux vieillissent en se remémorant suffisamment leur propre jeunesse pour éviter de les accabler de bêtes et méchants préjugés.
Super sujet, Ishtar.

 
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 21 févr 2015 à 01:05 Citer     Aller en bas de page

Porter une tenue "appropriée" s'apprend. Mais justement, ce terme "approprié" nous catégorise.

 
Bethsabée Mucho

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
29 poèmes Liste
1208 commentaires
Membre depuis
24 novembre 2013
Dernière connexion
19 août
  Publié: 25 févr 2015 à 08:48
Modifié:  25 févr 2015 à 18:34 par Bethsabée Mucho
Citer     Aller en bas de page

Je crois que de tous temps et dans toutes les sociétés, le vêtement nous a toujours catégorisé. Il n'y a guère que dans certains systèmes totalitaires que tous se voient réduits à porter la même tenue dépersonnalisée, réduite à sa plus simple expression, sans aucune place pour l'imagination personnelle. Car le vêtement est aussi un langage, qui exprime au pire ce qu'on nous dénie (notre liberté) et au mieux ce que nous sommes ou ne sommes pas et c'est ce qui définit aussi notre appartenance à un groupe et/ou notre fonction sociale.
Et même les djeun's à nike et capuche façon rappeurs, les Lolitas façon starlettes bling bling, ne font au fond qu'arborer, eux aussi, les signes très distinctifs d'une appartenance à une époque, un groupe de pairs, une tranche d'âge, ils sont finalement normés eux aussi. Mais le "dress-code" évolue comme tout le reste, et l'on n'échappe pas à sa lecture, et même quand on dit que l'habit ne fait pas le moine, c'est aussi une façon de confirmer que nous tendons tous naturellement à nous fier a-priori aux apparences quand on veut savoir qui on a en face de soi (un facteur, une prostituée, une femme au foyer ou je ne sais qui).
Dans certaines sociétés tribales, un guerrier valeureux se distinguera d'une façon ou d'une autre d'un autre aux plus piètres performances, un chef portera des attributs distinctifs, un nombre de plumes sur sa coiffe comme les officiers arborent des étoiles sur leur képi. Cà parle plus immédiatement que les mots. Et quoi qu'on fasse, on n'échappe pas à çà, on joue le jeu ou pas, tant qu'on est encore assez libre de le faire.

 
Oasis


L'univers est poème d'amour en langue étrangère
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
67 poèmes Liste
736 commentaires
Membre depuis
10 janvier 2013
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 21 mars 2015 à 12:29 Citer     Aller en bas de page

Citation de marc de saint point
La grandeur d'esprit, c'est grand comme une montagne, vaste comme l'océan.
C'est un esprit sans idées reçues ou partisanes. ( Dôgen ).

Quand votre esprit est étroit, les petites choses vous agitent facilement. Faites de votre esprit un océan, rien ne l'agitera plus. ( Lama Thubten Yeshe ).

Amitiés à tous.

Marc



J'aime tellement ta citation de Lama Thubten Yeshe Marc!


Pour venir au centre du sujet donné par Ishtar,
mon sentiment personnel est que la pudeur est une façon tellement plus respectueuse de présenter, habiller, et voir la femme, et l'homme aussi.



Pierre

  La plupart des problèmes du monde viennent d'erreurs linguistiques et d'incompréhension. Shams de Tabriz
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 10 juil 2015 à 03:48 Citer     Aller en bas de page

Citation de Oasis
mon sentiment personnel est que la pudeur est une façon tellement plus respectueuse de présenter, habiller, et voir la femme, et l'homme aussi.



C'est bien là tout le problème. Chacun s'autorise à croire qu'il sait ce qui convient le mieux à l'autre. En tant que mère, j'essaie d'apprendre à mes enfants à distinguer le beau du vulgaire, l'approprié du déplacé... Bien entendu, je guide leurs choix car ils sont sous ma responsabilité. Si, une fois adultes ils décident de mettre au rebut ce que je leur ai appris, de s'habiller d'une façon qui ne me convient pas, ce sera leur choix. Et ce choix sera aussi légitime que le mien.

 
Oasis


L'univers est poème d'amour en langue étrangère
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
67 poèmes Liste
736 commentaires
Membre depuis
10 janvier 2013
Dernière connexion
16 novembre
  Publié: 10 juil 2015 à 15:58
Modifié:  10 juil 2015 à 16:01 par Oasis
Citer     Aller en bas de page

disons qu'il faut repositionner

je me sens choqué par un abus de langage


on dit "femme voilée"

femme "voilée" comment ça ? Pourquoi ce verbe au passif ?

Pourquoi on dit pas dans ce cas là une femme "jupée", pantalonnée", "robée" ? Ca me semble réellement une discrimination culturelle très très grave et profondément blessante pour ces femmes justement.


Je préfère dire femme portant le voile, qui porte un voile. Parce que c'est ma conception des choses. Point barre. Et si on me raconte que l'Islam n'a rien à voir avec cette conception qui serait "soft", je dirais alors il faut se renseigner...

La nuance que tu positionnes toi même pour tes filles, c'est la même que j'adopte dans mon discours... rien de plus je crois qu'il y a eu un petit glissement de compréhensions.


J'entends de temps en temps des témoignages de femmes qui, un beau jour, se sentent "nues". Sensation qui va à l'inverse de toute la représentation féminine de notre petit monde, y compris sur la télé arabisante. Pourquoi, parce c'est son cas, c'est comme ça. Et c'est cette sentation intime, qui font qu'un jour elles ont envie de s'habiller d'une façon particulière. Peut être que d'autres femmes ne la comprendront jamais. Mais ce n'est pas l'important. Elle était libre de choisir et elle le reste. Et c'est comme ça que c'est bien, je pense.



Mais en parler est délicat pour moi en ce moment...


Merci Ishtar

Pierre

  La plupart des problèmes du monde viennent d'erreurs linguistiques et d'incompréhension. Shams de Tabriz
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
425 poèmes Liste
13600 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
10 décembre
  Publié: 8 août 2015 à 20:20 Citer     Aller en bas de page

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1616
Réponses: 16
Réponses uniques: 9
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0784] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.