Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 274
Invisible : 0
Total : 275
· ori
13067 membres inscrits

Montréal: 21 mai 09:21:40
Paris: 21 mai 15:21:40
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Le coin de la technique : Les formes poétiques :: Grannet Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
324 poèmes Liste
7253 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
20 mai
  Publié: 23 sept 2011 à 10:01
Modifié:  8 oct 2011 à 20:47 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Imaginé par Nicolas Graner qui la proposa à l’Oulipo en mai 2000, cette forme rappelle les contraintes du pantoun, de la ballade ou du rondel. La répétition des vers donne à l’ensemble une belle musicalité

Les vers sont octosyllabiques, décasyllabiques ou alexandrins, mais je n’ai pas trouvé d’interdiction aux autres mesures.
L’alternance des rimes masculines et féminines est de mise, mais sans contrainte d’une strophe à l’autre.
La longueur des strophes n’est pas limitée.

On utilisera le quintil sur le schéma suivant :

ABCDA

EFGBE

HICFH

JDGIJ


bien que le texte de référence qui suit, soit composé sur un sizain :

Shéhérazade.

Sa mère lui disait quand il était petit
Et curieux des plaisirs inconnus, des faveurs :
« De mille attraits l'amour pare les pécheresses.
Des trésors merveilleux, des palais engloutis
Et curieux, des plaisirs inconnus ? Des faveurs
Que réservent les Dieux à qui contre eux se dresse. »
Sa mère lui disait quand il était petit
De ne plus écouter parler Shéhérazade,
Porte ouverte aux plaisirs, la tentation des sens.
Ceux qui de ses filets sont en vainqueurs sortis
L'ont laissé fuir. La femme ainsi restée en rade
Porte, ouverte aux plaisirs, la tentation des sens.
De ne plus écouter parler Shéhérazade
Des héros, des sultans, des guerriers et des princes,
Des trésors merveilleux, des palais engloutis,
Son coeur se briserait ; ses nuits sembleraient fades.
Des héros, des sultans, des guerriers et des princes
Ont préféré mourir que prendre un tel parti.
Des hommes qui, tentés de suivre une maîtresse,
Ont préféré mourir que prendre un tel parti
S'en sont trouvés grandis, mais non pas plus heureux.
De mille attraits l'amour pare les pécheresses :
Ceux qui de ses filets sont en vainqueurs sortis
S'en sont trouvés grandis, mais non pas plus heureux.
Son coeur se briserait, ses nuits sembleraient fades,
Son noir destin serait l'éternel châtiment
Des hommes qui, tentés de suivre une maîtresse,
L'ont laissé fuir. La femme ainsi restée en rade,
Son noir destin serait l'éternel châtiment
Que réservent les Dieux à qui contre eux se dresse.
Nicolas Graner


Grannet anagrammatique
Tous les vers utilisent les mêmes lettres dans des ordres différents

Roman boudant qu'on épuisa
d'un son tabou, panoramique :
mot du bon-à-rien qu'on pausa.
Non au bon opus dramatique,
roman boudant qu'on épuisa !
Ô maraud, bouquin spontané,
pardon ! Non au subatomique
à pantoum quasi-bourdonné
d'un son tabou, panoramique;
ô maraud, bouquin spontané !
Mon Dieu, patron qu'on abusa,
un poumon abat, sardonique
mot du bon-à-rien qu'on pausa :
« Pardon, non au subatomique ! »
Mon Dieu, patron qu'on abusa,
pourquoi m'as-tu abandonné ?
Non au bon opus dramatique
à pantoum quasi-bourdonné !
Un poumon abat, sardonique :
« Pourquoi m'as-tu abandonné ? »

Accumulation d'homographes
Le sens des vers est totalement changé lors de leur deuxième occurrence

Que les nues, le violent orage,
et que nous, avions, nous passions !
Que content des vers de sages ?
Il aurait fallu, nous savons,
que les nues le violent, ô rage !
Tu les graves sous tes convois ;
tu les écossais, car ils vont
de Marseille fondre à l'endroit.
Et que nous avions-nous, passions,
tu les graves sous ? T'es con, vois !
Se détacher comme des Pages
le grand but : ce qui va au fond !
Que, content des vers des âges,
tu l'es, Écossais ! Car ils vont
se détacher comme des pages.
Sourd ! Du blanc ou du rouge, bois !
Il aurait fallu nous, savons
de Marseille, fondre à l'endroit :
le grand but ce qui -va, au fond-
sourd du blanc ou du rouge bois.

Grannet holorime
Les vers "répétés" ne sont ici pas identiques, mais holorimes : ils se prononcent de la même façon bien qu’ils n’emploient pas les mêmes mots. Ce poème fait allusion au « Voyage d'Hiver »
de Georges Perec, et à ses diverses "suites" écrites par les membres de l'OuLiPo.

Revoyais-je dix vers ?
Comment songer qu'on ait loi-nié
cet effet « sonnet » qui poussa
Caradec à mettre un ver niais
dans ses livrets qu'on balança
qu'au mensonge, et qu'on éloignait ?
Or, Borrade a tout déchiré
pour éviter tout fait sans foi.
Faut le temps dans ses rets : curée
s'était fait son équipe où ça ?
Hors-bord à date où dèche irait !
On l'a vu gommer un Tellier
que Degrael en plein cita,
car à décamètre un vernier
pourrait vite étouffer cent fois :
on lave Hugo, mais untel y est !
Là Roubaud coupa cet arrêt :
« Dansez l'ivre et con bal en sa
folle tendance, et récurez
que de gras ! » Et l'ample incita
l'art où beaucoup passaient, tarés.

Grannet palindrome phonétique
Le thème du poème est la mort comme libération des souffrances, mais l'art plus fort qu'elle de toute façon. Les « dix jumeaux » sont une allusion à la forme du grannet, qui comprend dix vers mais répétés chacun deux fois.

Et nargue le décès
et cède le grannet
J'irai, lutteur, heurter mes râles
au Malheur dans ces dix jumeaux
givrés : sa traque rude est pâle.
Ô mon père, ne réponds mot !
J'irai, lutteur, heurter mes râles.
La mort t'attend -chut, elle fige-,
homme, et te défait de tes maux.
La paix dure, car t'asservis-je
au malheur dans ces dits jumeaux ?
La mort t'attend, chut, et le fige.
J'y feulai, tu chantas trop mal...
Ô mugis : « Descendre l'âme au
givre et sa traque rude & pâle »,
homme; et te défais de tes maux !
J'y feulai, tu chantas trop mal.
L'art est maître heureux ; tu l'ériges,
ô mon père. Ne réponds mot.
La paix dure, car t'asservis-je
au mugi « descendre l'âme haut » ?
L'art est maître heureux : tu l'ériges !


Source
Nicolas Graner

Oulipo

Les amertumes

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1261
Réponses: 0

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 992/13066

8.6%
 
 85 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.5%
 
 74 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16%
 
 159 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.9%
 
 108 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.4%
 
 192 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.9%
 
 307 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0261] secondes.
 © 2000 - 2019 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.