Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 918
Invisible : 0
Total : 920
· Anna Couleur
Équipe de gestion
· In Poésie
13158 membres inscrits

Montréal: 28 févr 09:18:36
Paris: 28 févr 15:18:36
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes d'amour :: Feu de paille Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 16 juin 2005 à 00:17 Citer     Aller en bas de page

Il a fallu que tu comprennes
le clair-obscur des choses et des êtres
que le comment du feu te révèle
le pourquoi des cendres.
De tes rires incendiaires
il a fallu que tu embrases
des hectares de mon être-forêt
que tu haches de tes caresses lapidaires
ces branches de mon corps
que je croyais bois mort;
une sève en amont en jaillit avec l'aval de l'amour avalé.
ce feu étuvé, ce feu de toi répandit le feu en moi;
ta langue n'était pas de bois
j'allais au bûcher de ta flamme.
Nous n'eûmes que faire des pompeux sapeurs de vertu
s'évertuant à saper ces rebelles flammèches d'amour,
nous n'eûmes que faire d'une politesse, grillée
trop occupés à compter nos hectares de baisers.
Existe il torture plus douce?
que le bûcher de tes yeux ou le joug de tes caresses;
que de me pendre à ton cou.
Il a fallu que tu comprennes
l'obscur des êtres clairs
que le comment des êtres te révèle
le pourquoi des cendres, des choses.

JC.ELOY année: ? xx siècle

 
GENTIPOETE
Impossible d'afficher l'image
Le plus beau vêtement pour une femmes, sont les bras de l'homme qu'elle aime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
1324 commentaires
Membre depuis
29 janvier 2005
Dernière connexion
31 juillet 2012
  Publié: 16 juin 2005 à 05:17 Citer     Aller en bas de page

Bonjour JC,

Que dire de plus suite à l'analyse de Valter ?

C'est un magnifique texte, j'aime et je nomine.

Amitiés Gérard

  Dieu a donné la parole à l'homme pour travestir sa pensée.
souffle


Un contenu, un contenant. Une enveloppe entre dehors et dedans.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
25 poèmes Liste
1422 commentaires
Membre depuis
2 novembre 2002
Dernière connexion
16 janvier 2010
  Publié: 16 juin 2005 à 05:22 Citer     Aller en bas de page

Ce clair-obscur, rose des sables. Que l'on apprend au seuil des portes, qui ne se laisse qu'entrevoir, ...
Et ce clair-obscur, qui vit dans la passion.
Cet autre qui prend corps.

Tant de lectures possibles à ce poème. C'est une boîte à secrets
Je reviendrai le lire pour en découvrir d'autres, pour le plaisir.

Magnifique !



Anne

  J'ai connu le bonheur, mais ce n'est pas ça qui m'a rendu le plus heureux. Jules Renard
Ptitrayon


L'aimer sans le connaitre,est difficile mais, le connaitre sans l'aimer est impossible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
89 poèmes Liste
1488 commentaires
Membre depuis
11 avril 2005
Dernière connexion
23 avril 2007
  Publié: 16 juin 2005 à 06:25 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Rimarien

J'ai adoré te lire
tes mots d'une fraicheur
j'ai encore les sons de tes
mots qui résonne dans ma tête

Existe il torture plus douce?
que le bûcher de tes yeux ou le joug de tes caresses;
que de me pendre à ton cou.


Bravo
Marie-Jo
xxxxx

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 16 juin 2005 à 06:49 Citer     Aller en bas de page

Par ordre d'apparition à l'écran:

Merci Valter, je ne déconne pas ton analyse m'a permis de dater ce poème et surtout les circonstances, les sapeurs de vertu n'étaient autres que mes parents qui ne voulaient pas entendre parler de cette fille qui avait eu le "malheur" d'être franche.
et je te donne la suite: la pompeuse vertu sapée de vêtements pompiers est venue de ses lances comme des pics meurtriers, venue tenter d'éteindre un sang dit d'encre, un vent d'amour s'est levé et le feu a repris de plus belle, j'ai obtenu mon émancipation à 17ans et je n'ai pas vu mes parents pendant 1 an, cette fille fille c'est celle des yeux qui se sont tus.

Merci Gérard, j'ai comme l'impression mais peut on s'y fier?
l'impression que tu aimes plus le rimarien d'il y a 30 ans, à cette époque j'aurai sûrement choisi rimatout comme pseudo on se croit unique quand on a 17 ans, je me souviens même que pour moi il y avait Eluard, Desnos, Baudelaire Rimbaud et rimatout; dans quel ordre? mon préféré était ce dernier car je le lisais souvent.

Merci ptitrayon, ces mots ne sont pas de la première fraîcheur tu sais!

Merci et amitié à vous tous
jc

 
atouthasard


La vie est écrite dans les mots c'est mon trésor et mon tombeau (Gilles Vigneault)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
249 poèmes Liste
1534 commentaires
Membre depuis
14 octobre 2004
Dernière connexion
13 juin 2013
  Publié: 16 juin 2005 à 13:59 Citer     Aller en bas de page

Beau texte j'ai aimé, ah ces histoires d'amour!!

Amitiés Réal

 
GENTIPOETE
Impossible d'afficher l'image
Le plus beau vêtement pour une femmes, sont les bras de l'homme qu'elle aime
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
325 poèmes Liste
1324 commentaires
Membre depuis
29 janvier 2005
Dernière connexion
31 juillet 2012
  Publié: 16 juin 2005 à 14:50 Citer     Aller en bas de page

Bonsoir JC,

Ce n'est pas une question d'années, il se trouve que les textes dits de trente ans m'ont plu, si tu ne l'avais pas précisé, j'aurais pu croire qu'ils dataient de cette année
Mais il est vrai que j'ai une préférence pour les textes très "Poésies classiques" avec métaphores mots doux qui coulent comme de la musique, en fait qui chantent à la lec-
-ture, le sens du poème ayant moins d'importance que sa
lecture, je ne sais pas si tu me comprends.

Mais j'aime aussi tes textes d'aujourd'hui mais différemment.

Amitiés Gérard

  Dieu a donné la parole à l'homme pour travestir sa pensée.
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 16 juin 2005 à 18:29 Citer     Aller en bas de page

Ah ces histoires Réal on se les disait d'amour! merci
Oui Gérard il y a moins de poésie maintenant qu'il y a trente ans, aprce que maintenant je ne considère pas faire vraiment de la poésie mais du jeu de language la plupart du temps, donc d'accord avec ton point de vue.
amitié à vous deux Réal, Gérard

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 20 juin 2005 à 23:42 Citer     Aller en bas de page

Pour etre franc, il y a pas mal de vieux poemes que je ''renie'' facilement celui ci non et avec ta finesse habituelle je me dis que c'est peut etre la meme raison qui fait que tu l'apprecies aussi, merci Nad de ta douce complicite de tous les instants

jc

 
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
16 juillet 2019
  Publié: 30 sept 2005 à 06:46 Citer     Aller en bas de page



Ah! tiens! une perle...

Magnifique poème, jc .

De tes rires incendiaires
il a fallu que tu embrases
des hectares de mon être-forêt
que tu haches de tes caresses lapidaires
ces branches de mon corps
que je croyais bois mort

Superbe.

Allez, hop! dans mes favoris...


amitiés

dav

  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 1er oct 2005 à 08:08 Citer     Aller en bas de page

Merci Dav d'apprécier ce vieux poème!
amitié
jc

 
DenisX


Que l'inspiration soit toujours vôtre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
200 commentaires
Membre depuis
2 juin 2006
Dernière connexion
6 février 2011
  Publié: 9 sept 2006 à 05:58 Citer     Aller en bas de page

Nous écrivons à un moment de notre vie, en exprimant, sur cette même vie, un ressenti ponctuel et en l'énonçant d'une façon et dans un style particulier, à cet instant là...

Et puis le temps passe et la vie avec, qui nous pousse à oser nous exposer...

Et alors là, ce moment de notre vie sur ce ressenti ponctuel et dans son style particulier, nous échappe, prenant alors une toute autre dimension, plus collective et donc multiple...

Est-ce parce que nous avons changé et que trente ans ont passé, où plus simplement parce qu'à travers le prisme de chaque lecteur, c'est un peu de nous que l'on redécouvre et beaucoup d'un inconnu qu'on imaginait pas forcément être ou au moins avoir mis à jour ?!

Je ne sais...

Ou plutôt ce que je sais c'est qu'il est plaisant, au final, de voir la puissance de stimulation d'une écriture...

Et ce dont je suis certain, c'est bien de la puissance de ton écriture... et même trente ans après...

Denis.

  Que l'inspiration soit toujours nôtre !
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 21 sept 2006 à 21:50 Citer     Aller en bas de page

Ton com est très interessant Denis, je pourrais en parler des heures tant la lecture de mes vieux poèmes me procure une émotion bizarre mais intense, en fait je suis assez souvent comme un simple lecteur devant des textes où je me demande parfois ce qu'a bien pu vouloir exprimer l'auteur( moi en l'occurence), cette incursion dans mon passé me permet de remonter à la surface des souvenirs enfouis, parfois absolument rien ne remonte.
Je te remercie et j'apprécie ta façon de venir errer dans mon "fourre-tout poétique" et d'y laisser ça et là une trace de ton passage.
amicalement
jc

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 28 jan 2007 à 02:05 Citer     Aller en bas de page

Ce poème a plus de 25 ans, je ne dirais plus, je n'écrirais plus la même chose maintenant, cet amour passion dont je parle est bien trop souvent plus destructeur que constructif, il a fait place chez moi à un amour paisible mais durable
merci à toi Jacques
amitié
jc

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 13972
Réponses: 13
Réponses uniques: 7
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0537] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.