Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 170
Invisible : 0
Total : 170
13167 membres inscrits

Montréal: 1er juin 01:04:26
Paris: 1er juin 07:04:26
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Poèmes collectifs :: La dernière heure - Chapitre 6 - Feudash Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 16 mai 2011 à 19:32
Modifié:  22 juin 2011 à 07:13 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Chapitre 6


Ça fait déjà trois jours qu’on planque, qu’on file et qu’on repère. Jamais les mêmes ensemble, jamais les mêmes circuits pour arriver aux rendez-vous des relèves.

Brazic est réglé comme du papier à musique… Le vieil habitué, toujours à l’heure à 2 mn près au restaurant, et il y reste pendant des plombes. Le PHP, super select, transformé en cantine d’un tueur sournois, au milieu de tout ce beau monde…

A 6, les repérages ont été rapides à faire, surtout que le restaurant et l’embarcadère sont proches, et qu’ensuite le trajet pour rallier l’autoroute a été vu et revu, fait et refait, il y en a au moins 3 d’entre nous qui le connaissent par cœur.

Pas la peine de perdre plus de temps dans cette ville. Après concertation on a décidé que c’est pour ce soir.


Laëla, Talia et moi on est en plein préparatifs, Aslan a relevé Léo, et planque devant le PHP, Andréa est toujours fixée sur l’écran de son PC, le cerveau constamment en ébullition, quant à Léo, il sirote paisiblement un thé vert.

Mais sous l’apparente sérénité règne une certaine appréhension due à cette première mission ensemble.
Est-ce que tout le monde sera à la hauteur ?
Et si ça merde ?
S’il y a des dégâts ?
Trop de questions en suspend…

Dans la chambre, c’est Liam qui prend la parole : « Dès que Brazic est installé à sa table et que l’on a le feu vert d’Aslan, nous nous présenterons à l’accueil du restaurant, il faudra agir vite. Repérer la cible tout en ayant l’air de touristes qui s’amusent, faudra être super détendus.
Lorsque je dirais – Vous êtes magnifiques Mesdames – on ouvre le feu ensemble.
Laëla, tu t’occupes du garde du corps à gauche de Brazic, tu devras donc être sur ma gauche dès notre entrée, Talia tu plombes celui de droite et moi j’exécute le gros.
N’oubliez surtout pas de doubler vos tirs, il ne faut aucuns survivants, donc ne lésinez pas sur le nombre de balles.
Vous sortez en courant vers le ponton sans vous retourner, je couvre les arrières.
Des questions les filles ?

Talia d’apparence sereine, vérifie les deux chargeurs pleins de son Sig. Elle en range un dans son sac et engage le second dans le pistolet.

‘’Le grain de sable, c’est qu’ils aient invité des filles à leur table. ’’ dit-elle en déposant le flingue sur la table, pour se diriger vers l’armoire où se trouvent les vêtements achetés récemment. Tout en prenant un cintre qui retient une robe rouge sombre, elle rajoute : ‘’pas de questions, non, on entre, on fixe, on tire, et on sort. Droit devant l’embarcadère. Je vais m’habiller’’ finit-elle en se dirigeant vers la salle de bain.

Son apparente froideur à l’énoncé du plan doit-elle rassurer Liam ? D’un côté oui, parce qu’elle indique une maîtrise qui ne semble pas être feinte. En cas de pépins cette fille doit vraiment avoir les nerfs solides ; bon point. D’un autre côté, jusqu’où est-elle prête à tuer, ce flingue au bout des doigts ? Liam ne sait pas mais il sent, il sent qu’il n’y a peut être aucune limite.

Laëla quant à elle est déjà prête. Moulée dans une robe vert très foncé, qui fait ressortir son teint clair, qui pourrait imaginer qu’elle manie les explosifs comme d’autres jouent avec l’argent sur les places boursières, ou d’autres encore sont en cuisine dans un 4 étoiles ?
‘Des questions ? Je crois qu’on a tous les mêmes dans la tête… Avant je ne travaillais qu’avec mon frère, on se connait si bien qu’on a juste à se regarder pour se comprendre. Je vais vérifier qu’Andrea a bien fait disparaitre toutes les photos et les restes des dossiers, rien ne doit traîner ici.’’ dit-elle au moment ou
Talia sort enfin de la salle de bains.
Le regard de Liam se fige quelques instants, comme si le temps s’arrêtait soudainement. La femme qui se tient en face de lui respire la sensualité, la robe collée au corps, absente de toutes marques de sous-vêtements, même Laëla semble subjuguée par l’altière démarche.
Pour une fois depuis bien longtemps, le cœur de Liam semble vibrer de nouveau. Il se sait attiré par cette femme, mais là quelque chose vient de briser sa carapace.

Les dernières heures d’attente se passent dans un silence juste entrecoupé de quelques mots. Chacun a une tache à assumer afin de ne laisser aucun indice de notre passage dans la maison. C’est un bon moyen de s’occuper tout en pouvant à loisir se concentrer sur l’instant qui va être.
Tueur à gage, finalement, occuper ce genre de boulot, ca laisse pas mal de temps pour la réflexion, celle d’avant l’action pour l’action, mais celle du doute aussi. Surtout là, ça effleure les esprits de chacun, à voir les regards qui se posent sur chaque membre du groupe. Comme une interrogation silencieuse, une évaluation sans note, de ce qu’a l’autre dans le ventre. Chacun sait de quoi il est capable, et le fait qu’ils soient tous là le prouve, face aux épreuves qu’ils ont traversées.
Dans deux heures c’est en commun qu’ils vont œuvrer, et pour l’instant le seul commun qu’ils partagent, c’est l’inconnu de l‘autre.
Enfin, dans deux heures ils seront fixés.
« Léo et Andréa, vous partirez en même temps que nous et vous irez nous attendre au point de rendez-vous du pont Jiraskuv.
Piotr nous conduira au PHP
Andréa, tu as détruit tous les documents ? »
« Oui, il ne reste plus aucune trace, j’ai détruit le PC également, mais j’ai gardé l’Iphone.»
« Ok, on attend le feu vert d’Aslan et c’est parti, que tout le monde branche son intercom, c’est notre seul moyen de communication désormais »

« Les trois petits cochons sont à table »
« Bien reçu, nous apportons les desserts »

Un bruit de pneus sur le gravier de l’allée leur donne le signal. Piotr vient d’arriver.
/...

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1145
Réponses: 0
Réponses uniques: 0
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0271] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.