Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 182
Invisible : 0
Total : 182
13167 membres inscrits

Montréal: 1er juin 00:55:29
Paris: 1er juin 06:55:29
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: La dernière heure - Chapitre 1 - Feudeash Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 2 mai 2011 à 17:07
Modifié:  2 mai 2011 à 21:01 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

Chapitre 1


Une façade discrète, légèrement en recul de la rue, dissimulée par quelques arbres qui peinaient à s’épanouir, voilà donc où j’avais rendez-vous. Je franchis les quelques marches du perron, ouvris la porte d’entrée qui n’offrit aucune résistance, puis me dirigeai vers l’unique pièce éclairée du rez de chaussée. Des bruits de voix me parvenaient. Nous étions donc plusieurs sur le coup. Je ne craignais rien, mon nouvel employeur m’avait fait savoir que je l’intéressai.
J’ai senti sa présence bien avant de franchir le seuil de la porte et le claquement de mon Zippo a juste éclairci son visage.

« Mesdames, Messieurs, vous voici au complet, pour vous je serai Robespierre.
Vous avez devant vous un dossier sur la mission que nous souhaitons vous voir exécuter, si vous ouvrez l’enveloppe, cela signifie que vous acceptez, sinon, il est temps de partir »
Trois femmes, trois hommes, voilà l’équipe au grand complet, je ne connais personne excepté la brune ténébreuse à qui j’ai offert du feu tout à l’heure, mais vu les visages des autres, je me dis qu’ils doivent avoir des compétences que l’on n’apprend pas dans les écoles, la vie est gravée au fond de leur prunelles.
Le silence est installé, personne ne regarde l’enveloppe, comme si elle n’existait pas, c’est juste des échanges de regards, sans animosité, plus de la curiosité. Savoir au premier coup d’œil si l’on est prêt à confier sa vie à des inconnus.
« Karacho » c’est la petite blonde qui vient de parler et de déchirer le kraft. Donc une russe avec un type brun du genre protecteur à ses côtés qui semble veiller sur elle.
La pièce est sommairement meublée d’une table et six chaises, je sors une Benson en regardant la brune qui se rapproche de moi et lui tends mon paquet, elle en prend une en me fixant pendant que mon Zippo cabossé fait grésiller sa clope.
« Ça te dit ? »
-Right, c’est juste ma vie, Liam Abhamon et toi ? »
-Talia Rivkind »
-Salut Talia»

Les deux autres ont l’air de sortir d’un autre monde, une sorte de poupée Barbie et un truand de l’époque de la répression américaine
« Puisque tout le monde à l’air d’accord, je vais vous laisser, tout ce que vous devez savoir est inscrit dans le dossier, avec vos nouvelles identités, passeports et cartes bleues. Il y a le numéro de téléphone d’une boite vocale en cas d’urgence, vous laissez un message et c’est tout et n’oubliez pas de détruire les dossiers avant votre départ. Sur ce… »

Pas un mot n’a été échangé entre nous, il faudra bien faire connaissance pourtant, mais personne ne semble pressé de faire le premier pas.
C’est la russe qui ouvre le bal :

« Moi c’est Laëla Zakaïeva et voici mon frère Aslan Zakaïev.
- Nous sommes Tchétchènes poursuit son frère avec un fort accent, Laëla spécialiste explosifs et moi je préfère…. discrétion’’, dit-il en esquissant de sa main, un geste qui ne trompe pas. ‘’Être discret’’ signifie qu’il travaille au contact rapproché, à l’arme blanche.
Tout en prononçant ces mots, il fixe sur chacun de nous un regard déterminé et insistant. Mais quand il évoque sa sœur, son attitude le trahit : il s’adoucit, et se rapproche imperceptiblement d’elle. Indubitablement, il voue à sa sœur une admiration et un culte certains.

La sœur, petit bout de femme, mince, limite fragile semble avoir plus de ressources qu’elle ne le laisse paraitre. Semble être un duo soudé et dangereux, enfin, pour ceux qui se mettent sur leur passage. « Nous venons du district de Nojaï-Iourt, au sud de la Tchétchénie, quand les russes sont arrivés, ils ont tout détruit, les fermes, les villages, les monuments, puis ils ont commencé par assassiner tous ceux qui ne voulaient pas prendre la nationalité russe. Ils ont tué nos parents, puis nous ont emmenés dans un camp, moi pour servir de prostituée aux soldats et Aslan pour y travailler. Mais je ne voulais pas coucher avec eux, alors ils m’ont torturée, pour m’apprendre à être sage, comme ils disaient. Mais un soir, Aslan a volé un couteau aux cuisines il a égorgé trois des soldats qui montaient la garde et nous nous sommes enfuis vers l’est et ce sont des rebelles qui nous trouvés et soignés. Nous sommes restés et nous nous sommes entrainés à tuer beaucoup, beaucoup de russes et nous en avons tué vraiment beaucoup. Nous sommes allés à Moscou, j’ai placé des bombes au Bolchoï et l’attentat a fait plein de morts parmi ces porcs de russes et j’en suis fière.
Il y a une dizaine de jours, on nous a contactés et donné rendez-vous ici en nous disant que nous allions continuer à servir la cause, on n’en sait pas plus »

Nos regards se tournent alors vers les deux autres qui semblent tellement décalés dans cette pièce.

-«Léo Durban, français, ancien flic.’’ se tournant vers la jeune femme à ses côtés
‘’Et voici Andréa Lavinski’’ il rajoute : ‘Son père a été enlevé. C’est un chercheur. On traque la même bande, et il se pourrait que ça ait un rapport avec ce pourquoi nous sommes là. Ma femme et mes deux filles ont été exécutées par un commando de mafieux, j’ai tout lâché pour les retrouver, même si je dois y passer le reste de ma vie»

Ne reste plus que Talia la brune et moi pour clore ces présentations. Elle tourne la tête vers moi en m’invitant à prendre la parole.
« Et toi Liam ?’’ Me demande-t-elle

« Pas grand-chose sur ma jeunesse, juste que j’ai rejoint la branche armée de l’IRA et que je suis devenu tueur à gages. Quand l’IRA a été démantelé, j’ai continué à faire ce que je faisais le mieux, tuer et depuis je me vends au plus offrant.
On est tous visiblement des tueurs, je ne comprends pas ce que tu fais là Andréa. »
-Il y a quelques années, pour m’amuser, j’ai piraté le système informatique de la Bundesbank et j’ai viré sur le compte de mon père la totalité des fonds allemands en un clic de souris, bon, j’avoue que le compte de mon père n’était un choix judicieux, mais je n’avais que treize ans et j’ai pas réfléchi, du coup, on m’a enfermée dans une école très stricte et sous surveillance. Je n’ai pas vu mon père pendant six ans et quand je me suis « échappée », il avait disparu, mon enquête m’a fait croiser la route de Léo, et depuis on fouille ensemble.’’

Au tour de la fumeuse de nous dévoiler son parcours. J’étais quand même loin de m’imaginer la retrouver ici, comme quoi, ne faut jamais se fier aux apparences. Je suis curieux de savoir ce qu’elle a dans le ventre. Ça commence à se préciser au niveau du groupe, mais je dois avouer, elle m’intrigue cette brune.

‘’Et moi, je suis Talia Rivkind, Israélienne, de Haïfa. A 18 ans j’ai incorporé le Tsahal comme toutes les jeunes filles aptes dans mon pays. J’y suis restée 3 ans, spécialiste des renseignements. J’ai été contactée ensuite, par le Mossad pour rejoindre la division des opérations spéciales, j’ai intégré le Kidon – c’est la branche ‘’action’’ du Mossad. Ses principales missions : le sabotage, et les enlèvements -. Durant la dernière intervention nous sommes tombés dans un guet-apens : 2 membres de mon commando ont été tués, le troisième a été très salement amoché. J’ai réussi à m’en sortir après avoir été torturée. J’ai quitté le territoire très vite ensuite, sur ordre de mes supérieurs. J’ai également été contactée il y a quelques jours seulement, pour venir ici ce soir. On m’a simplement dit :’’le Kidon a besoin de vous’ avant de me donner cette adresse. ‘’

L’atmosphère se fait moins pesante, maintenant que chacun de nous sait dans quoi ont trempé les membres de notre nouvelle équipe. Notre univers : le sang, les armes. Il ne devrait pas être trop difficile de former un groupe cohérent. L’habitude de l’action de groupe, furtive est certainement l’élément dominant de leur recrutement. Ce Robespierre doit avoir des antennes un peu partout, et sa mission concerner les hautes sphères, pour avoir choisi des ‘durs’.
La seule ombre au tableau pourrait être la jeune Allemande, complètement hors circuit de tout groupuscule terroriste. Mais elle a sûrement son rôle à jouer avec nous.

Durban prend la parole :

‘’Bon, il serait peut être temps d’ouvrir ces enveloppes pour savoir de quoi il retourne’’.

Chacun est assis devant son dossier et commence à éplucher les photos ainsi que les divers documents
Il y a déjà dix ans
/...

 
pyc


la nature est peinture, la vie est poésie...maison de Monet à Giverny.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
1024 poèmes Liste
16534 commentaires
Membre depuis
29 novembre 2004
Dernière connexion
27 mai
  Publié: 3 mai 2011 à 16:12 Citer     Aller en bas de page

Vous êtes partis dans un texte des plus captivants, ce dont j'avais eu un avant goût lors du prologue...ce que je me demande, c'est quelle est votre façon de le bâtir à deux, j'imagine que ça demande beaucoup de temps...en tout cas, soyez fier du résultat, car l'ambiance et le souci du détail sont parfaits !
bravo à vous deux.
amitiés très sincères.
pyc.

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 6 juin 2011 à 12:13 Citer     Aller en bas de page

J'espère que cela te plaira
Amitiés
Thierry

 
Lunastrelle Cet utilisateur est un membre privilège



A chaque souffle s'accorde un vagabond
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
359 poèmes Liste
20743 commentaires
Membre depuis
6 avril 2006
Dernière connexion
14 mai
  Publié: 16 nov 2011 à 05:56 Citer     Aller en bas de page

Vous avez dû pas mal potasser pour pouvoir écrire ce premier chapitre. Du moins, faire des recherches poussées au niveau historique, politique... J'aime bien cette entrée en matière .

  Je suis comme ce temps que l'on ne remonte pas : décalée et détraquée.
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 7 déc 2011 à 21:42 Citer     Aller en bas de page

vouii, pas mal de recherche pour que ça colle aux personnages
En espérant que tu prennes plaisir à lire la suite

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1301
Réponses: 4
Réponses uniques: 3
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0410] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.