Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 16
Invisible : 0
Total : 16
13367 membres inscrits

Montréal: 8 juil 20:46:25
Paris: 9 juil 02:46:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Lettres ouvertes :: Ces fausses vraies vulgarités Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
5037 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 12 jan 2007 à 19:15
Modifié:  19 jan 2009 à 12:11 par chimay
Citer     Aller en bas de page

Ce n'est un secret pour personne, l'être humain est porté sur la chose. Et cela est fort heureux, car dans le cas contraire nous ne serions pas là pour en témoigner. Mais quelle chose, me direz-vous ? Le coeur du problème est bien là : malgré le vif intérêt que nous lui portons, ce point vers lequel convergent nos émotions les plus intenses est socialement soumis à la désapprobation publique. Raison pour laquelle nous en parlons souvent en code ou à demi-mots. Ne le nions pas, il y a là-dedans une pincée d'hypocrisie. Mais pincée n'est ni seau ni pinceau, et il en va de l'hypocrisie comme de ces fines épices : indigeste en surabondance, elle devient des plus savoureuses lorsqu'elle est dégustée à petites doses de sous-entendus. Rentrons plus avant dans le vif du sujet, avec Louise Labé qui, au 16e siècle, clamait haut et fort :



Baise m'encor, rebaise-moi et baise ;
Donne m'en un de tes plus savoureux,
Donne m'en un de tes plus amoureux :
Je t'en rendrai quatre plus chauds que braise.
...


Contrairement aux apparences, elle ne réclamait pas par là publiquement les assauts fougueux de son amant, le verbe baiser signifiant simplement, d'après le Trésor :



Baiser : Effleurer, toucher de ses lèvres quelque partie d'une personne (surtout la main, la joue) ou quelque objet la symbolisant.

La main et la joue, pourquoi pas, c'est un début après tout. Quoiqu'il en soit, le double sens libidineux de ce genre de galanterie semble n'avoir dupé personne, puisqu'il a débouché sur le sens populaire que l'on connaît actuellement. Villon n'est pas en reste, avec toutefois la nuance d'une teinte bucolique puisqu'il s'agit d'un cours de jardinage :



Ces larges rains, ce sadinet
Assis sur grosses fermes cuisses,
Dedans son petit jardinet


Bien entendu, le terme de sadinet (du latin sapidus, savoureux, l'homme était connaisseur semble-t-il) désigne ici le sexe féminin, un champ sémantique que le marquis de Sade n'aurait pas renié. Morale de l'histoire, il n'y a pas loin du champ au jardinet en passant par la grange. Il n'y a pas loin non plus de la grange à la guérite dont Baudelaire nous parle dans son « Sonnet d'automne » :



Aimons-nous doucement. L'Amour dans sa guérite,
Ténébreux, embusqué, bande son arc fatal.
Je connais les engins de son vieil arsenal :


il n'avoue pas l'érection de son engin, mais bien que l'amour est à la peine :

Bander : Tendre avec effort.

On peut bien entendu supposer maintes interprétations métaphoriques plus ou moins emmenées à ce tercet. Toutefois, c'est le septième sens et le plus osé que l'histoire a retenu. Et puisque l'on parle d'érection, que l'on sache qu'il s'agit simplement de :



Erection : Action d'élever.

L'imagination laissant fièrement voltiger son drapeau au vent, la signification populaire s'est une nouvelle fois embourbée dans les traversins que l'on sait. Dans le même siècle, Musset se fait le chantre de la danse, dans « À la mi-carême » :



C'est alors que les bals, plus joyeux et plus rares,
Prolongent plus longtemps leurs dernières fanfares ;
À ce bruit qui nous quitte, on court avec ardeur ;
La valseuse se livre avec plus de langueur :
Les yeux sont plus hardis, les lèvres moins avares,
La lassitude enivre, et l'amour vient au coeur.


Vous l'aurez compris, sa charmante valseuse n'a rien à voir avec la bourse ! Plus tard cependant, la méta-fore houleuse s'imposera à nos yeux ébahis. Je vous épargne le terme portuaire chanté par Renaud dans « Le vent soufflera » :



Assise sur une bitte
D'amarrage, elle pleure


les verges flagellantes :

Verge : Baguette de bois longue, fine et flexible; tige de métal longue et fine. Verge d'un arc, d'un fouet, ...

les cons qui ne sont plus ce qu'ils étaient :

Con : Région du corps féminin où aboutissent l'urètre et la vulve.

et tout le stupre dégoulinant d'une liste exhaustive. Sachez simplement qu'il en va de même pour bon nombre de mots de notre langue, et ce jusqu'aux plus usuels. A moins que vous ne soyez incorrigiblement ingénu(e) (je n'ai pas dit singe et nu(e)), si je vous dis que :



Les brebis nocturnes de Lesbos broutent le soir
Lorsque les cruches s'en vont à l'eau au ruissellement des rondelles
Je répète ...
Les brebis nocturnes de Lesbos broutent le soir
Lorsque les cruches s'en vont à l'eau au ruissellement des rondelles
Trois fois (et plus si affinité)


vous irez sûrement penser qu'il y a là, savane-ment caché dans les buissons, comme un message inavouable. Vous n'aurez pas tord. Je terminerai par cette constatation toute simple :



Vulgaire : (Vieilli ou littér.) Qui est admis, pratiqué par la grande majorité des personnes composant une collectivité, appartenant à une culture; qui est répandu. Qui est identique, semblable aux autres individus, aux autres objets de son espèce. Synon. anodin, banal, ordinaire.


Il est vrai que la vulgarité est une chose bien ordinaire.

  La musique danse, la poésie chante
DenisX


Que l'inspiration soit toujours vôtre...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
35 poèmes Liste
200 commentaires
Membre depuis
2 juin 2006
Dernière connexion
6 février 2011
  Publié: 13 jan 2007 à 03:26 Citer     Aller en bas de page

Chapeau ! ... et intéressant...

Mais simples questions... comment te prends l'envie d'aborder un tel sujet Et comment arrives tu à un tel degré d'information et d'analyse ...

Enfin, du point de vue de mon p'tit niveau d'appréhension des choses...

Denis.


  Que l'inspiration soit toujours nôtre !
JCMian


L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs (Oscar Wilde)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1212 commentaires
Membre depuis
31 août 2006
Dernière connexion
19 octobre 2013
  Publié: 13 jan 2007 à 05:04 Citer     Aller en bas de page

Superbe j'en serais presqu stupréfait Amitiés
JC

  Voir, toucher, goûter, sentir,ouïr! Comment peut-on dire que la vie n'a pas de sens ?
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16132 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
25 juin
  Publié: 13 jan 2007 à 06:05 Citer     Aller en bas de page

Ben voila, nous vivons à une époque où il faut savoir utiliser ces mots à bon escient.

merci de ce rappel "historique"

Une bonne et hereuse année...

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
5037 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 13 jan 2007 à 06:53
Modifié:  13 jan 2007 à 06:55 par chimay
Citer     Aller en bas de page

Kajak, oui Brassens est un maître du genre ! Ses rimes grivoises (confesse et fesse, Pénélope et salope) sont éternelles

Denis X, l'envie prend souvent par surprise Plus sérieusement, étant fan de musique je suis parti de la valse puis j'ai réalisé le double sens de la valseuse et me suis rappelé d'autres termes du même acabit. Comme la nuit blanche pointait, le délire a continué. Pour l'information, un bon dico (comme ceux posté dans la section technique) et c'est parti

lol JCMian, bien joué

hello l'ami Gui, de rien c moi

Je m'en rappelle bien Lacrima, que les années passent vite ...

merci à tous et mes meilleurs voeux pour l'année 2007 ! paix, prospérité, amour, santé et humour

  La musique danse, la poésie chante
Marine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
4952 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2002
Dernière connexion
23 mars 2015
  Publié: 13 jan 2007 à 13:16 Citer     Aller en bas de page

ça c'est du chimay !!!! ...incomparable !

Les années passent... bonne année 2007 l'ami !

Marie


 
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
5037 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 13 jan 2007 à 13:20 Citer     Aller en bas de page

merci à vous tous ...

Marine, bonne année à toi ma puce, ainsi qu'à ton homme

ps : prévoyez des dispositifs anti-bruit, Johnny arrive

  La musique danse, la poésie chante
Marine

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
40 poèmes Liste
4952 commentaires
Membre depuis
14 septembre 2002
Dernière connexion
23 mars 2015
  Publié: 14 jan 2007 à 03:23
Modifié:  14 jan 2007 à 03:24 par Marine
Citer     Aller en bas de page

Mon homme te remercie ! Comme Johnny le climat suisse lui réussit plutôt bien

PS: pfff c'est pas avec la neige que l'on a cette année qu'il va pouvoir nous déclencher une avalanche le Johnny !



Marie



 
chimay Cet utilisateur est un membre privilège



Méfiez-vous du premier mouvement, il est toujours généreux. (Charles-Maurice de Talleyrand-Perigord)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
256 poèmes Liste
5037 commentaires
Membre depuis
12 août 2002
Dernière connexion
23 avril 2019
  Publié: 12 avr 2007 à 10:46 Citer     Aller en bas de page

L'ordinaire saoule mais n'enivre pas malheureusement ... ou alors il faut le redécouvrir à chaque instant, ce qui demande une solide dose de folie dans les veines ...

  La musique danse, la poésie chante
Tilou8897

Administrateur


La vie n'a de sens que celui qu'on lui donne
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
663 poèmes Liste
18615 commentaires
Membre depuis
12 décembre 2006
Dernière connexion
6 juillet
  Publié: 19 jan 2009 à 16:05
Modifié:  19 jan 2009 à 16:06 par Tilou8897
Citer     Aller en bas de page

Je passe et me cultive...

* déjà que j'avais l'esprit plutôt tordu de ce côté... c'est pas fait pour m'arranger tout ça^^ *


merci

  Elle me dit que mes guerres sont des fleurs fanées et qu'il reste une terre pour l'aimer ici bas
OuLiPoMad
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
45 poèmes Liste
923 commentaires
Membre depuis
19 janvier 2009
Dernière connexion
9 août 2013
  Publié: 27 avr 2009 à 14:27 Citer     Aller en bas de page

C'était du françois du 16ème... siècle et je ne connais hélas que le français du XVIème... arrondissement. Chat t'y est mais point chastié.
Merci tilou8897 pour cette remontée de connaissance.

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1948
Réponses: 10
Réponses uniques: 7
Listes: 0 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0261] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.