Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 5
Invités : 980
Invisible : 0
Total : 985
· Xenia · Damon · trapanel · ori
Équipe de gestion
· In Poésie
13158 membres inscrits

Montréal: 28 févr 09:39:24
Paris: 28 févr 15:39:24
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes loufoques :: l'ancien combattant le beurre Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 17 sept 2006 à 10:31
Modifié:  19 sept 2006 à 22:37 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

L’ANCIEN COMBATTANT LE BEURRE

Déjà à cinq ans je partais à l’école
avec la mine d’un chien battu,
le soir mine de rien je rentrais abattu,
ma mère, noire de colère mais blanche par pot
me battait de son battoir comme un linge sale :
(c’était une lavande d’hier ma mère) !
J’ai vite préféré battre la campagne
par mille sentiers battus, je n’avais pas dix ans.
A quinze ans, j’ai trouvé un boulot austère :
abatteur de bouleaux, vous parlez d’un boulot :
je sciais sans ciller, sans trébucher :
j’étais payé au stère aussi!
A vingt ans, mon cœur tant bourré, battant
battait la chamade à bribes à battues:
je battais la campagne à couilles rabattues
je battais ma compagne à bâton rompu
elle aussi combattait, se débattait,
me battait avec son bâton de rouge à lèvres :
On s’ébattait si bien, débats si amoureux,
qu’elle finit en batterie, à l’abattage sur le pavé de Pigalle.
Ayant acquis ces notions de batterie et l’enfer étant pavé de mes bonnes intentions ;
je me fis moissonneur- batteur, en fait rat batteur de gibier féminin :
d’un battement de zèle, les poules aux yeux d’or accouraient
picorer, même pondre dans ma paume de main, oui,OUI,
elles le faisaient uniquement pour ma pomme en or ( golden boy on m’appelait) !
Je battais tant de blé, égrenant les biftons, je rechargeais si bien les batteries,
que je me fis même refaire les couilles en or et ce, en faisant fi des poulets.
Sans cible des impôts, sensible à l’abattement
Je finis par obtenir 100% d’abattement !
Alors c’est abattu à 100% que je vis poindre la guerre,
elle s’abattit sur l’Europe à 100% aussi !
Ah la guerre, illuminé de naissance, puis par Rimbaud
je devins donc saboteur illuminé par sa beauté;
en battant en retraite j’eus même la médaille d’ancien con-
battant des mains aux passages du Maréchal !
Et alors j’étais con mais bon battant non ?
la porte en a bien un même deux parfois, même le chiot’ a battant,
même la pluie peut être battante !
Mon bâton de maréchal en main, étant sur le pavé je l’ai battu,
puis vint mai 68, eux tenaient le haut du pavé à la main
qu’ils balançaient sur nos sales gueules de CRS :
nous, on leur mettait des bâtons dans les roues, dans la tronche
eux rabat-joie, à bâtons corrompus nous rabattaient le caquet !
vous auriez vu les abats et le pavé dans la mare de sang !!!
J’étais si courbatu après ça con m’a débauché comme ramasseur de balles perdues sur le cour battu de Roland Garros : une pauvre terre battue elle aussi, j’en profitais pour créer
SOS terre battue !
J’y eus des revers, des coups droits mais aussi des coups bas mais je tenais la corde !
Vinrent les années 80, je me souviens d’un chaud mois d’août,
Un mois sonneur- batteur, je battais si bien le beur, sonnais si bien ces cloches
que je découvris le fil à couper l’ beur sous le pied pour les sonner à treize pieds !
On organisait avec Pascoua* des battues nocturnes :
on se foutait des quand dira-on ;
Cependant, SOS racisme fit tant de battage avec ça que je crus bon
de battre en retraite à nouveau en me rabattant (sans clignotant) sur le pinard et les cartes
Ah si j’en ai battu des cartes et abattu des jeux !!
j’ai fait si souvent tapis que le jeu m’envoya au tapis
alors je me suis tapi dans mon petit pavillon de banlieue,
combattant une vilaine cirrhose que j’ai battue à plat de suture !
Avec l’âge pensant être devenu un sage je me mis à débattre de sujets d’hiver avec mon pitbull qui m’affirmait que la vie ça n’était que des hauts et débats !
Et plus je me débattais et plus le débat se relevait que j’en finis groggy !!!

Oui Monsieur le président, vous m’abasourdissez quand vous remettez toutes mes battues sur le tapis, oui msieuh le président, dans ma vie j’ai tout battu :
les teutons et leurs teutonnes à gros tétons , j’ai battu le fer encore chaud, Stallone au bras de fer, les flics au bras d’honneur, des soldats aux champs d’horreur, j’ai battu les meufs
trop froides, les bœufs tendres même un œuf qui jouait les durs, les gosses tièdes et les grosses bouillantes, j’ai battu la campagne la chamade et les nomades ; mon seul regret Mr le procureur de jupons c’est que la France n’ait battu le Brésil que par 3 à 0 !( n’en jetez plus la cour est pleine : champion du monde !!!!)

entracte( sexuel ?), les jurés se débattent en délibération !

Le bâtonnier, d’un bâton donc, frappe les trois coups( de grâce !):
Mesdames ,Messieurs : la Cour :
La cour ( assise abattue sur sa chaise) a vomi ( oui, je sais on dit aussi rendu)son verdict : déclare le sieur rimarien coupable à l’unanimité conjurée sans circonstances atténuantes, ce sieur se voit condamné à l’asile à perpétuité avec une peine incompressible ( voire incompréhensible ?)!
Réaction de l’accusé : je verse un franc , symbolique bras d’honneur à la cour !
-Faites entrer le dossier suivant : plagiat caractérisé du sieur rimarien envers la multinationale poétique LPDP.
Le maître du barreau de chaise : vous voulez dire ce sieur rimarien ?
Celui que nous venons de condamner à perpète dans une autre affaire ?
Affaire classée, qu’on pende ce rimarien sur le champ !
Et c’est ainsi qu’un illustre inconnu se disant poète combattant fut pendu sur le champ de mars au beau milieu d’une foule de giboulées tout aussi givrés !!!
Leur méfait accompli, le sieur rimarien a tiré la langue en guise d’ultime
désapprobation !

JCE 27/01/2006

* Pascoua : homme et minant politichien parrain d’un ancien élu de Neuilly !
Chante comme une casserole et pour cause : en a des dizaines au cul !

 
le passager


quand le sage montre la Lune, le sot regarde le doigt
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
81 poèmes Liste
337 commentaires
Membre depuis
15 septembre 2006
Dernière connexion
22 août 2016
  Publié: 18 sept 2006 à 15:14 Citer     Aller en bas de page

Saisissant l’occasion et une plume,
L’impression née regarde en corps ces verts,
Brave eau écoulée d’un œil myope pas au taupe de sa forme ;
Ces quelques mots, séquelles qu’un moi de 4 semaines n’aurait jamais affranchi,
M’ont fait franchir de franches ires, des jeux d’obus aux « je » obtus,
Et honnête aimant, quel satyre s’attire ici sur ses satires, sans sa tire ni sa moto,
Pour y lâcher quelques mots tôt,
Si ce n’est un saint sans nez, un sansonnet peut être ?

Bien que le futur vous soit destiné
Et que le passé participe de vos images,
Ce présent texte reste plus que parfait.

Et je m’agenouille (sautées au poulet) très humblement devant votre Fée Licité.

  and I ride and I ride
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 19 sept 2006 à 01:07 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous trois de votre passage en ce monde loufoque, si vous avez pris autant de plaisir à lire que j'ai eu à l'écrire alors on est tous contents!
j'en ai un stock en rayon dans mon arrière boutique, je ne manquerai pas d'approvisionner la tête de gondole , pour le moment j'attends les soldes pour le faire!

amitiés à vous trois
jc

 
Jocsim
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
19 poèmes Liste
886 commentaires
Membre depuis
30 mai 2004
Dernière connexion
12 décembre 2015
  Publié: 19 sept 2006 à 07:34 Citer     Aller en bas de page


Je ne passe pas assez souvent par ici puiser à cette source d’humour presque sérieux. J’ai pas l’habitude de lire de longs textes sans efforts, mais là je lis goulûment, mieux, je relis même! Alors ne te gêne pas si t’en as d’autres dans ton arrière boutique. À défaut d’avoir du plaisir à écrire des trucs semblables (parce que incapable) j’aurai du plaisir à lire.

Amitiés,
Jocsim

  La tendresse est princière; je veux être son roi.
JCMian


L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs (Oscar Wilde)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
128 poèmes Liste
1212 commentaires
Membre depuis
31 août 2006
Dernière connexion
19 octobre 2013
  Publié: 19 sept 2006 à 17:19 Citer     Aller en bas de page

Comme quoi quand on a la langue bien pendue...
Rien à ajouter

  Voir, toucher, goûter, sentir,ouïr! Comment peut-on dire que la vie n'a pas de sens ?
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 19 sept 2006 à 22:34 Citer     Aller en bas de page

Je suis toujours ravi quand tu passes me voir cher Jocsim, on n'écrit pas de la même façon, ni sur les mêmes sujets mais tu as toujours su y compris dans mes écrits les plus loufoques aller découvrir ce qui se cachait derrière, merci à toi.

Salut JC, oui la langue bien pendue pour vilipender un certain monde ou certains gens, merci de ta visite.

amitié à vous deux
jc

 
dav


Je fais mourir de faim l'amour pour qu'il dévore ce qu'il trouve. (Octavio Paz)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
171 poèmes Liste
3319 commentaires
Membre depuis
14 mars 2005
Dernière connexion
16 juillet 2019
  Publié: 20 sept 2006 à 10:20 Citer     Aller en bas de page


Toujours un plaisir de venir se remplir de jeux de mots bien sentis de ton cru JC.

C'est loufoque (même si pas trop au début), drôle et militant (oui oui, le salaud a mis li temps à être jugé ), enfin drôle et intelligent, engagé quoi.

J'ai aimé

  L'Art du guerrier consiste à équilibrer la terreur d'être un Homme, avec la merveille d'être un Homme. (assAssin)
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 20 sept 2006 à 21:17
Modifié:  20 sept 2006 à 21:21 par rimarien
Citer     Aller en bas de page

Alhéna, c'est bien vu de ta part, ce poème a en effet été écrit en deux périodes distantes de quelques mois: la 1ère partie écrite en janvier 2006 s'arrêtait à champion du monde, laissée en vrac dans un coin comme beaucoup de ce que j'écris, ces derniers jours je retombe dessus et pour clore le tout je rajoute cette deuxième partie.
Mélancolie, je ne dirai pas ainsi plutôt lucidité amère de savoir que des mecs de ce genre ont existé, existent et existeront toujours.
Puisque j'en suis aux confidences: j'aime dépeindre des personnages abjects en faisant comme si c'était moi en employant le je dans la narration, le personnage le plus abject que j'ai eu à dépeindre c'est dans histoire d'un vendu mis dans conte d'horreur( c'est te dire!)
Crois moi si tu veux, des gens sur LPDP m'ont identifié à ce personnage, j'ai même reçu quelques mp de personnes outrées!!
Après relecture et suite à ton observation, je suis d'accord avec toi pour dire que la deuxième partie gâche un peu la première, tant pis
Des coms comme le tien j'en redemande tous les jours



C'est exactement ça Dav, engagé, militant, le loufoque n'est là que pour essayer de faire passer la pilule!

amitié à vous deux
jc

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 27 sept 2006 à 22:42 Citer     Aller en bas de page

Oui si tu veux Venise, comme je dis souvent sans fierté ou orgueil,il n'y a qu'une balle qui pourrait m'atteindre mais nul mot nulle parole même les pires peuvent m'atteindre, par contre je sais avoir déjà fait très mal à des gens avec mes mots
j'essaie de me contrôler mais souvent je me dis: mais merde ce ne sont que des mots, pourquoi les gens s'accrochent ils à ce point à des paroles, du vent!!
merci de ton passage Venise
amitié
jc

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 2 oct 2006 à 00:10 Citer     Aller en bas de page

Ah tant que ce ne sont pas les oiseaux d'Hitchcock, mais ce qui m'étonne c'est que ces moineaux ne se soient pas sauvés en voyant ma tronche d'épouventail!
merci Aurore pour ce survol au dessus d'un nid de coucou

Ah Pascalou, je vois que le Pascouac ça te dit quelque chose et celui de Neuilly aussi!
oui rire jaune mais avec les dents blanches alors
merci l'ami à pluche

amitié
jc

 
JPH21
Impossible d'afficher l'image
Nous sommes nés pour mourir, Alors brûlons cette vie sans regrets
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
4761 commentaires
Membre depuis
8 janvier 2003
Dernière connexion
26 août 2018
  Publié: 23 oct 2006 à 11:34 Citer     Aller en bas de page

L’engagement et l’humour sont des choses que j’apprécie particulièrement
Mon cher Rimarien. Un texte en tout point jouissif avec cette dérision
Qui est un regard éclairé sur le passé.
Amitiés,
Jean-Paul

  Amoureux de la vie, des femmes et du vin (Car je suis fier d'être Bourguignon
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 25 oct 2006 à 09:00 Citer     Aller en bas de page

Je vais te faire un aveu JP je suis sûrement plus engagé dans l'humour que dans toute autre bonne cause plus utile et c'est peut-être la principale raison qui fait que je ne fais aucun cas de mes mots, je sais qu'ils jouent mais gare à eux s'ils venaient à se prendre au sérieux!
merci de ton passage l'ami, je dois aller faire un petit tout sur ton nouveau site
amitié
jc

 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
701 poèmes Liste
14964 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
28 février
  Publié: 29 jan 2010 à 05:39 Citer     Aller en bas de page

Patiemment, j'apprends....



Galatea

  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 7 avr 2010 à 01:38 Citer     Aller en bas de page

pardon Galatéa de te répondre si tard, mais je ne passe plus très souvent sur lpdp
je n'ai pas grand chose à t'apprendre tu sais en tout cas merci d'être passée

 
rimarien
Impossible d'afficher l'image
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
59 poèmes Liste
5698 commentaires
Membre depuis
24 janvier 2005
Dernière connexion
28 janvier 2017
  Publié: 7 avr 2010 à 01:38 Citer     Aller en bas de page

pardon Galatéa de te répondre si tard, mais je ne passe plus très souvent sur lpdp
je n'ai pas grand chose à t'apprendre tu sais en tout cas merci d'être passée

 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 6230
Réponses: 14
Réponses uniques: 7
Listes: 3 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0551] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.