Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 2
Invités : 724
Invisible : 0
Total : 726
· Soliste · mido ben
13170 membres inscrits

Montréal: 6 août 12:01:59
Paris: 6 août 18:01:59
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Portrait sous vers :: Portrait sous vers - 10 - Joker Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Catwoman

Administratrice
Impossible d'afficher l'image
« Rien, en Poésie, ne s’achève. Tout est en route, à jamais. Andrée Chédid
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
478 poèmes Liste
9574 commentaires
Membre depuis
27 juillet 2012
Dernière connexion
6 août
  Publié: 1er août à 01:00
Modifié:  1er août à 01:09 par Catwoman
Citer     Aller en bas de page

Mboté nayo* Joker,

Je te remercie beaucoup d’avoir accepté cette entrevue. Comme je te l’ai dit, j’ai voulu ouvrir les frontières et interroger un des membres qui vit en dehors de l’hexagone.


1/ La première question est des plus conventionnelles : peux-tu nous en dire plus concernant ton avatar 'Joker' ?
Il évoque un univers du jeu de la vie et du hasard, quelqu'un qui s'adapte à toutes les occasions. Je peux me tromper.

Mboté nayo* Mama Catwoman. Mon choix du pseudo « Joker » m’est venu tout naturellement, sans réfléchir. À l’époque de ce choix, j’écrivais un texte sur quatre femmes qui représentaient les quatre dames d’un jeu de cartes. L’avatar « Joker », un personnage fascinant, plus puissant que les Rois mais qui se fiche de son apparence et de l’hypocrisie qui entoure le pouvoir. Toujours en train de sourire.

Tu ne te trompes pas, ce pseudo évoque « l’univers du jeu et du hasard ». J’aime le déroulement de ma vie où je rencontre les bonnes personnes aux bons moments. Les événements me viennent quand je suis prêt à les accueillir ou à les affronter. Je remercie le scénariste qui organise tout ça. Certaines années, il ne se passe rien. Le piège, c’est de ne rien faire. Je m’occupe à plusieurs niveaux de sorte à être prêt le moment venu. C’est rare que je sois pris au dépourvu.

Tu as raison, je m’adapte à toute circonstance, n’importe où dans le monde, à Bruxelles, à Rome, à Kinshasa. Les artistes me prennent pour un artiste, les pêcheurs du fleuve Congo me prennent pour un pêcheur, les hommes d’affaires me prennent pour un homme d’affaires, etc. Je ne suis pas un caméléon qui change de couleur selon son environnement pour se dissimuler. Les gens ne sont pas dupes. Il faut posséder les codes du personnage qu’on incarne. J’ai plusieurs personnalités en moi qui s’expriment. Je ne fais pas semblant car je ne prétends pas être ceci ou cela. Je suis reconnu par mes pairs, c’est tout. Et je ne me rends pas aux endroits où je n’ai rien à y faire.


2/ Tu m'as dit que tu bouges pas mal, qu'est-ce qui t'a conduit à poser des bagages à Bruxelles ? As-tu noué un lien particulier à cette ville ?
Pour moi, elle est une grande ville moderne tout en restant assez humaine.

Les Congolais ont un lien spécial avec leur métropole, la Belgique. C’est normal. J’ai fait toutes mes études en Belgique de la maternelle à l’université. Enfant, je suivais Eddy Merckx à la radio. Au foot, je supporte l’équipe d’Anderlecht. J’ai tout mangé : la langue de bœuf, les chicons gratins, les frites aux pickles. J’ai bu un nombre incroyable de bières. Je connais la Wallonie, j’ai visité la Flandre. Bref, je connais super-bien la Belgique et Bruxelles.

Cela ne m’empêche pas de très bien connaître le Congo. Je l’ai parcouru dans tous les sens. Je parle le lingala. Là-bas aussi, j’ai tout mangé, tout vu, tout bu, tout vécu. Je vous recommande le poulet à la moambe avec des feuilles de manioc, accompagné de riz. Malgré toutes ces aventures, je plaide non coupable aux yeux de la morale. J’ai ma petite expérience, c’est tout. Je connais suffisamment de choses pour être au courant, mais pas assez pour être impliqué. J’ai encore cette part de naïveté qui peut transparaître dans mes écrits, du moins je l’espère.

Kinshasa, c’est chez moi. Bruxelles, c’est aussi chez moi. J’y vis pour l’instant car la situation dans mon pays me paraît trop chaotique. La ville est belle, ouverte sur le monde et -en effet- reste à taille humaine. Elle est reposante, mais elle n’est pas magique. Peut-être parce qu’elle n’est pas traversée par un grand fleuve. Quand je descends à Paris, à New York, à Londres, à Kinshasa, dès l’aéroport je sens une énergie. Anvers a une énergie que Bruxelles n’a pas.


3/ LPDP est un site canadien. Joker, dans cette rubrique, il me semblait essentiel de sortir de nos frontières, histoire de n'être pas trop égocentrés franco-français. Dans un pays, où les tensions au niveau de la langue véhiculaire font rage, peux-tu nous dire comment est vue la francophonie à Bruxelles ? En tant que polyglotte, as-tu un point de vue ? Ou bien, est-ce que tu vis la situation de manière naturelle ?
Bruxelles est à nonante pour cent francophone, donc il n’y a pas de rivalité linguistique dans la vie quotidienne. Le flamand fait partie du décor, sans plus. À chaque annonce dans le métro, on nous en sert une couche. Je me suis habitué à l’entendre sans la comprendre.
En débarquant à quatre ans à Bruxelles, je me rappelle m’être dit en écoutant le français : « Mon Dieu, comme cette langue est belle ». Cela m’a aidé à bien le parler. Nous avons nos belgicismes et un accent que j’adore. Bruxelles est francophone, on y tient. Il y a une guéguerre dans la périphérie de Bruxelles et des luttes d’influence au niveau fédéral.


4/ En parlant de jeu, tu m'as dit jouer aux échecs. Est-ce que ce jeu de stratégie, qui implique qu'on connaisse des parties jouées par de grands professionnels quasiment en entier, t'a influencé ? Les personnes adeptes de ma connaissance partagent des qualités de grande tranquillité, ils paniquent rarement, ils voient souvent plusieurs possibilités pour une même situation.
Je joue tous les jours aux échecs contre mon ordinateur. J’espère bientôt retrouver les amis de mon club. Il y a encore des problèmes de distanciation sociale à résoudre dans notre salle. Se lancer dans ce jeu, c’est comme apprendre à jouer d’un instrument de musique, c’est un projet à long terme. Il m’a fallu cinq ans pour savoir bien jouer, pour comprendre le jeu qui se cache derrière le jeu. Je vais vous livrer un secret, le prise du roi adverse (échec et mat) n’est qu’un but apparent, en fait c’est une conséquence. Le vrai but du jeu est de prendre l’avantage et être capable de le gérer. À mon niveau, je me contente d’apprendre par cœur certaines ouvertures. Un avantage se prend en début de partie. Toutes mes pièces doivent « s’activer », se protéger mutuellement et se préparer pour la finale.

Ce jeu m’influence, c’est sûr. Il habitue mon cerveau à anticiper, à gérer une masse importante d’informations. Le choix est parfois cornélien. Faut-il accepter une perte immédiate pour un gain futur ? Faut-il préférer un gain de matériel à un avantage positionnel ? De toute façon, il convient d’être humble et de se remettre en question pour tenir compte des choix de l’adversaire. Et quand ça ne va plus, accepter la défaite dans la dignité. En effet, le jeu d’échecs requiert de la patience, une maîtrise de soi et un sens de l’honneur.


5/ Tu as chaque pied dans un continent différent. Du Congo, j'en connais essentiellement la nourriture. Puisque ton profil ne cache pas ton goût pour la rumba congolaise, aurais-tu la gentillesse de mettre un lien d'un morceau a) grand classique que tout Congolais qui se respecte connaît b) un morceau sur lequel on s'ambiance en ce moment ?

Pour « le grand classique », j’ai choisi une chanson du Grand kallé et de l’African Jazz:
Paraffi
Ce morceau de rumba se danse lentement (entre un slow et un zouk) nombril contre nombril, choisis bien ton partenaire pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Tous les Congolais connaissent cette chanson. Tu pourras faire le test.

Franco / Le TP OK Jazz - Mario
ici

Pour l’ambiance, j’ai choisi l’orchestre Zaïko. Tout le monde danse ça en ce moment. Tu l’auras compris, je suis fan de Zaïko. Comme partout, il y a plusieurs écoles. Certains préfèrent : Koffi, Fally, Papa Wemba, Wenge Musica, etc.

Zaiko Langa Langa - Dédé
dédé


***Catherine
Je ne comprends pas ce que chante Zaïko (comme tu le vois, je suis tes recommandations), sauf quand il évoque les noms de certains personnages connus dans la sphère des dirigeants/présidents.


Joker
Les chansons congolaises parlent d’amour et divers sujets de société. Nous avons aussi des chansons philosophiques et existentielles. Je propose ci-dessous une chanson de Ancy avec une traduction en français.
NAKOMITUNAKA avec traduction sous-titres en français (où sont nos ancêtres)



6/ J'ai entendu un sujet sur un collectif de RDC nommé "Système Kinshasa". Le connais-tu ? Ils sont extrêmement créatifs et pleins d'humour.
Ils me rappellent un peu - comme Dolet Malalu - Jean-Michel Basquiat. Du coup, ces artistes égayent les rues de leurs arts.

Je ne connais pas « Système Kinshasa ». Sur YouTube, j’ai vu ce que ce collectif fait, c’est magnifique. Tout Kinshasa est comme ça. La création, l’humour, la dérision se rencontrent à chaque coin de rue. Les différents reportages que je viens de voir sur YouTube expliquent que cette expression artistique serait un exutoire face à la crise économique ou une contestation politique, c’est archifaux. D’ailleurs, nos artistes ne revendiquent rien. Les Congolais sont des artistes, un point c’est tout. Cela est inscrit dans notre ADN. Il suffit de visiter le musée de Tervuren pour s’en convaincre. De plus, le fait d’être une grande ville portuaire d’un très grand fleuve favorise les échanges culturels. Les différentes ethnies se rivalisent et se complètent. De ce mixte est né l’esprit kinois, très particulier. J’y vois beaucoup de désinvolture, de la nonchalance et un côté dérisoire. On fait de l’art pour l’art, on séduit pour séduire et, parfois, on ment pour mentir. Quand mes employés me mentent, je ne dis rien. Je rigole intérieurement. J’apprécie la performance. Ne faites pas comme les journalistes, ne cherchez pas à comprendre.

La sculpture ne me dit rien sauf les sculptures du Congo. Je collectionne les masques. Surtout les masques Tshokwe. J’aime la peinture abstraite. Je préfère la photo à la peinture figurative. J’aime visiter les musées, les châteaux et les églises. J’ai un faible inexplicable pour le Moyen Âge. J’adore la musique baroque. Ma prof de piano, qui est sensuelle et espiègle, m’appelle « le baroqueux ». La gastronomie est un art. Comme tu connais la cuisine congolaise, tu sais que les Congolais aiment bien manger, c’est mon cas. Peu importe le plat, l’important c’est le mélange subtil des épices. Je ne suis pas un grand amateur de vins. Mais j’ai trois coups de cœur. Le vin blanc de Sicile, un vieux Pommerol (ou un Lalande de Pommerol quand je suis fauché), un jeune vin rouge de Loire servi frais, (un Cheverny par exemple). Je n’aime pas manger seul. J’ai besoin d’être accompagné par le summum de l’art sur notre planète : une femme.


7/ Un des textes évoque le fait que tu as publié un recueil de poèmes. Est-ce de la fiction ou la réalité ? Comment vit-on ces moments, ou comme tu le dis plus haut, tu rencontres une reconnaissance de tes pairs.
Qu'est-ce que cela fait d'être publié sans que ce soit à compte d'auteur - ce qui est en soi une prouesse dès que les écrits concernent tout vers ou prose ?


Joker : Quand mon éditeur m’a appelé pour m’annoncer qu’il allait me publier, j’étais fou de joie. Il m’a dit « votre manuscrit est bien écrit, marrant et intelligent ». Ensuite, j’ai ri tout seul pendant trois heures. Heureusement, il n’y avait personne à la maison pour appeler l’ambulance. Comme tu dis, j’ai été reconnu par mes pairs. C’est un groupe d’amis écrivains qui m’ont chaudement recommandé chez mon futur éditeur. Mon livre s’est vendu à plus de mille exemplaires. En plus, j’ai fait une émission littéraire à la RTBF et gagné un séjour d’auteur à Rome. J’adore le français et j’espérais écrire un livre. Mon rêve s’est réalisé. Rentrer par hasard dans une librairie, voir son livre exposé, bénéficier du sourire de la libraire et croiser le regard ému d’une lectrice, c’est un plaisir que je vous souhaite.


8/ Tes textes font énormément référence à des faits historiques/politiques. On peut bien entendu dire que nos choix, nos comportements sont politiques mais d'où te vient cette manière de penser ?
La politique est très présente dans ma famille. Je baigne là-dedans depuis toujours. Mon adage fonctionne aussi dans ce cas : « J’en sais suffisamment pour être au courant, mais pas assez pour être impliqué ». Si j’en fais un jour, ce sera probablement une chance pour mon pays, pour moi je ne pense pas, trop d’argent sale, trop de sexe et trop de mensonges.


***Catherine
Sans vouloir coller des idées aussi convenues que préconçues, je me rappelle que lorsque je suis allée au Bénin et au Togo, qu'est-ce que les gens parlaient de politique sous l'arbre à palabres. Je me suis rendu compte alors que les gens connaissent parfois bien mieux l'histoire politique de la France que nous, ils te citent de mémoire les dates importantes de la Vème République. Je souris en racontant cela, ces événements commencent à remonter.
Bien sûr, j'ai une vision peut-être ethnocentrée, tu peux me contredire.


Joker
L’Histoire de France est passionnante. Elle permet de comprendre l’Histoire du monde. En Belgique, dans l'enseignement secondaire, nous étudions exclusivement l’Histoire de France. Je sais peu de choses sur l’Histoire de la Belgique. Je suppose qu’elle existe. Talleyrand, ambassadeur de France à Londres, a participé à la création de la Belgique, après la dislocation de l’Empire. Les Anglais ne voulaient pas que le port d’Anvers soit contrôlé par la France. Ces Insulaires avaient besoin d’un accès disponible sur le continent. Le premier roi des Belges était anglais. Je n’en sais pas plus. J’adore l’Histoire de France, j’ai beaucoup lu sur François I, Henri IV, Napoléon, Talleyrand, « l’incorruptible » Robespierre. Je pourrais vivre à Versailles, sans problème, entouré de précieuses ridicules.


***Catherine
Penses-tu qu'en Afrique ou certains pays francophones, il y a une culture du ''débat" ?


Joker
Oui, il y a une culture du débat et de la palabre. Différence entre débat et palabre : dans le débat on épuise le sujet, dans la palabre ce sont les participants qui s’épuisent. Nous passons des heures à discuter parfois pour une broutille. La plupart des gens aiment monopoliser la parole. Je préfère écouter. Ma pensée, je la connais. Je suis curieux de connaître la pensée des autres. Le malheur du Congo est qu’on se contente de parler, on oublie d’agir.


9/ J’aime beaucoup ta définition du ‘’débat’’ et de la ‘’palabre’’.
Tes textes semblent souvent vouloir dénoncer des faits de société, des comportements à travers une situation loufoque. Je trouve que certaines scènes pourraient s'adapter à un court-métrage. D'où te vient cette façon de t'exprimer ?


***Joker
J’adorerais écrire un scénario. Merci de l’avoir remarqué. Je vais vous expliquer comment je fonctionne. Je scénarise tout, même les situations banales de la vie courante. Grâce à cela, je n’ai aucune difficulté à raconter une histoire. Tout est en place dans mon cerveau, le décor, les costumes, le rôle des uns et des autres.
Scénariste dans l’âme, je suis pourtant très attaché à la sincérité. Je pardonne aux femmes de mon entourage leur comédie pour séduire ; c’est ma seule exception. À part cela, j’ai horreur du mensonge éhonté. Je ne demande pas la vérité à tout prix. Je suis conscient qu’elle est parfois difficile à déceler ou à avouer. Elle peut aussi être insupportable dans certaines circonstances. En revanche, j’exige la vraisemblance. Quand j’aide un de mes employés au Congo dont la femme vient d’accoucher, il peut revenir me demander la même aide, à condition qu’il attende neuf mois, pas besoin de me montrer le bébé. Un nom différent pour l'enfant me suffit.


***Catherine : Toujours dans tes textes, j'ai l'impression qu'il y a souvent un tiraillement entre le bien et le mal, ce qu'il serait de bon ton de réaliser et ce qu'on a fait, finalement. Je me trompe ?
Joker : Je dénonce les injustices car je suis un idéaliste. Je peux comprendre, sans l’excuser, la cruauté d’un bandit, mais j’ai du mal avec la méchanceté gratuite. Pour ne pas apparaître comme un donneur de leçons, j’utilise l’autodérision et l’humour.


10/ Y a-t-il une question que tu aimerais que l'on te pose ?Joker : “ Raconte-nous une fable qui résume ta vie “.

Comme le P’tit Prince, je suis seul, perdu dans le désert. J’ai une bouteille d’eau. Je ne la bois pas. Elle représente mon dernier espoir de survie. Je meurs de soif avec le sourire, car je sais que ceux qui me découvriront avec ma bouteille pleine à la main, sauront que je détenais une partie de la solution. J’aimerais garder jusqu’au bout le sentiment, -plus encore- la preuve pour pouvoir encore me dire, je peux m’en sortir.


11/ Qu'est-ce que t'apporte LPDP ? Aurais-tu des suggestions concernant le devenir du site ?
Joker : Me savoir lu sur LPDP m’a permis d’améliorer ma façon d’écrire. Juste avant de publier, je trouve toujours quelque chose à modifier. Pourtant, Maschoune arrive encore à me corriger. Il y a aussi le plaisir d’échanger avec des auteurs extrêmement doués. Avec le temps des amitiés virtuelles se sont formées. Ce sont souvent les mêmes qui « se commentent » mutuellement, un groupe d’affinités littéraires. Il y a des textes qui m’inspirent beaucoup. Que le Compte Système me pardonne. J’avoue avoir déjà volé une idée par-ci par-là. Il m’arrive aussi de retrouver les miennes chez les autres. Je vous en fais grâce, prenez-les si cela vous chante.

Je n’ai pas de suggestions particulières. J’apprécie la disparition de la publicité. J’étais harcelé par un site de rencontres pour Black. Je ne sais pas comment vous faites pour assurer vos frais de fonctionnement (ce n’est pas mon problème) et ce que deviennent nos textes. C’est bien de ne pas trop faire de modifications. Souvent on s’habitue à un format et, ensuite, il faut passer à un autre qui n’apporte rien de plus, si ce n’est une sophistication inutile.


Je remercie toute l’équipe de gestion pour sa disponibilité et te remercie particulièrement pour tes questions pertinentes et ta gentillesse. Comme la plupart d’entre nous, j’ai découvert seul par hasard LPDP. Je m’y plais vraiment. C’est super !


Catherine :
Je suis heureuse que tu te plaises autant parmi nous. J’imagine que l’équipe de gestion notera ta pensée pour eux et leurs fonctions. Je t’en remercie.


* mboté nayo : bonjour à toi en Lingala, une des langues parlées au Congo.

 
Quitterie

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
33 poèmes Liste
203 commentaires
Membre depuis
9 juin 2018
Dernière connexion
3 août
  Publié: 1er août à 02:28 Citer     Aller en bas de page

Cet entretien : un bonheur de lecture et la confirmation d’une véritable personnalité. Merci à vous deux !

 
Aude Doiderose


Mais tant que je te plais Que m'importe le temps ?
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
788 poèmes Liste
22634 commentaires
Membre depuis
14 mars 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: 1er août à 13:10 Citer     Aller en bas de page

Une chouette interview, intéressante et originale !
Vive la rumba congolaise !

  L'hiver faisait la rue mouillée Dans l'obscurité bleu marine O comme j'adorais mordiller Ta lèvre comme une mandarine
Adamantine  Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
442 poèmes Liste
14261 commentaires
Membre depuis
18 novembre 2012
Dernière connexion
6 août
  Publié: 2 août à 02:28
Modifié:  2 août à 02:30 par Adamantine
Citer     Aller en bas de page

C'est un portrait d'une très grande richesse. On devine l'homme sensible, cultivé et investi derrière le poète. Je ne connais que très peu la Belgique (bien que ne résidant pas très loin) et pas du tout le Congo.
Merci Cath pour cette interview et merci Joker, de t'être livré.

 
ode3117

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
502 poèmes Liste
23276 commentaires
Membre depuis
22 juillet 2010
Dernière connexion
4 août
  Publié: 2 août à 11:35 Citer     Aller en bas de page

Très riche interview, merci à tous deux, cela m'a fait plaisir de connaître plus amplement JOKER.
Quand je jouerai aux cartes j'espère qu'il me portera chance. Pour l'instant sa poésie est la bienvenue.
Bises à tous deux
ODE 31 - 17

  OM
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
130 poèmes Liste
649 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
5 août
  Publié: 2 août à 16:34 Citer     Aller en bas de page

Citation de Quitterie
Cet entretien : un bonheur de lecture et la confirmation d’une véritable personnalité. Merci à vous deux !



Merci Quitterie. Ton commentaire me touche.

Citation de Aude Doiderose
Une chouette interview, intéressante et originale !
Vive la rumba congolaise !



Merci Chère Aude

Citation de Adamantine
C'est un portrait d'une très grande richesse. On devine l'homme sensible, cultivé et investi derrière le poète. Je ne connais que très peu la Belgique (bien que ne résidant pas très loin) et pas du tout le Congo.
Merci Cath pour cette interview et merci Joker, de t'être livré.



Merci Adamantine d'avoir apprécié. Je suis prêt à davantage lever le voile ... sur la Belgique et la RD congo

Citation de ode3117
Très riche interview, merci à tous deux, cela m'a fait plaisir de connaître plus amplement JOKER.
Quand je jouerai aux cartes j'espère qu'il me portera chance. Pour l'instant sa poésie est la bienvenue.
Bises à tous deux
ODE 31 - 17



Merci Ode. Que la force du Joker soit avec toi.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Mi biche mi serpent, ça dépend des moments (@Storm)
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
315 poèmes Liste
18375 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
4 août
  Publié: 3 août à 15:26 Citer     Aller en bas de page

Effectivement c'est très dense et on apprend beaucoup. Du coup j'ai très envie de te lire, il faut que je prenne le temps et comme je ne connais que très peu l'Afrique, rien que de lire l'interview je me sens déjà un peu moins bête sur le sujet.

À bientôt certainement

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
MUSCADE


Je ne peux m'empêcher ces quelques rimes en vrac, c'est mon petit péché... y a que rime qui m'aille
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
192 poèmes Liste
1891 commentaires
Membre depuis
18 septembre 2015
Dernière connexion
5 août
  Publié: Avant-hier à 08:49 Citer     Aller en bas de page

Bonjour Joker

J'ai lu avec curiosité le déroulé de cet interview.
J'aime les personne atypiques car elles véhicules un philosophie particulière, hors du commun.
et un vécu fait d'aventures inédites.

J'aime l'Afrique et les africains, pour leur façon de vivre sans stress, ils accueillent leur journée sans se poser trop de questions...et même si leur train de vie est loin d'être dans l'opulence...le sourire leur appartient.

Merci de cette intéressante intrusion dans ta vie.

Bisous - MUSCADE

  MUSCADE
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
130 poèmes Liste
649 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
5 août
  Publié: Avant-hier à 11:41 Citer     Aller en bas de page

Citation de Bestiole
Effectivement c'est très dense et on apprend beaucoup. Du coup j'ai très envie de te lire, il faut que je prenne le temps et comme je ne connais que très peu l'Afrique, rien que de lire l'interview je me sens déjà un peu moins bête sur le sujet.

À bientôt certainement



L'Afrique est fascinante, tu verras. Je te donnerai des conseils.

A très bientôt.


Citation de MUSCADE


J'aime l'Afrique et les africains, pour leur façon de vivre sans stress, ils accueillent leur journée sans se poser trop de questions...et même si leur train de vie est loin d'être dans l'opulence...le sourire leur appartient.



Merci d'avoir apprécié.

Le monde a besoin de l’Afrique pour retrouver le goût des choses simples.

J.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
286 poèmes Liste
9589 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
5 août
  Publié: Avant-hier à 12:13 Citer     Aller en bas de page

j'étais de culture colonialiste.
en trois jours, je les ai réalisé,
dans leurs vies, comme des mondialistes.
leur philo ne cesse de m'habiter.
.
l'univers africain est très spécial,
leurs gastronomies locales, l'est aussi.
palabre téléphoné, semble crucial.
blanches coutumes, chez eux ont très détruit.
.
oui, nos invasions, les ont invité.
maintenant, ici, à nous transformer.
.
ce n'est pas un texte volé aux 3 par semaine.
seulement suites dans ce domaine.


 
Galatea belga


Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
717 poèmes Liste
15298 commentaires
Membre depuis
6 décembre 2009
Dernière connexion
6 août
  Publié: Avant-hier à 12:38 Citer     Aller en bas de page


Avant tout merci à notre Catwoman qui nous a offert une belle occasion pour connaître un" peu" plus l'ami Joker.

Il a bien surfé sur les questions, demeurant mystérieux et en même temps amicalement souriant-ironique.

Je trouve fort intéressant son adage « J’en sais suffisamment pour être au courant, mais pas assez pour être impliqué »

Pas trop d'accord, par contre, sur sa vision de la Belgique qui semble surtout francophone et que je connais bien comme Flandres, Limburg...assez distante et differente de la Wallonie et de Bruxelles.

Un grand merci à vous deux pur cette belle interview !



  Si visi amari, ama.Le Prince ...oh le Prince...
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
130 poèmes Liste
649 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
5 août
  Publié: Avant-hier à 16:31 Citer     Aller en bas de page

Merci Galatea. Je parlais de la francophonie à Bxl.

J

Merci Sam

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Maschoune

Modératrice


Un petit baiser, comme une folle araignée, te courra par le cou... A. RIMBAUD
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
218 poèmes Liste
12406 commentaires
Membre depuis
26 mars 2015
Dernière connexion
6 août
  Publié: Hier à 03:55 Citer     Aller en bas de page

Merci à vous deux pour ce portrait intéressant, culturel et dépaysant !

A travers nos quelques échanges, j'avais bien imaginé JOKER que tu étais cet homme multiculturel, impliqué... et de qualité

Vraiment une très bonne idée cet entretien Cat, que tu as mené de façon intelligente (mais je n'avais aucun doute là-dessus hein ).

  "Me reviennent les instants partagés. D'autres ont disparu. Et s'inventent ceux que j'ai manqués."D. de Vigan
samamuse
Impossible d'afficher l'image
l'important ce n'est pas le bruit c'est de savoir d'où il vient
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
286 poèmes Liste
9589 commentaires
Membre depuis
29 juillet 2014
Dernière connexion
5 août
  Publié: Hier à 11:23 Citer     Aller en bas de page

j'ai essayé de me procurer ton livre, pour joindre ton éditeur ce n'est pas facile.
peux-tu nous aider à le joindre, sans chéquier, en curatelle je n'ai que de l'argent liquide.
merci d'avance.

 
Joker


Trouvons ce qu'il nous manque dans ce que nous avons et dans ce que nous sommes.
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
130 poèmes Liste
649 commentaires
Membre depuis
15 octobre 2008
Dernière connexion
5 août
  Publié: Hier à 12:49 Citer     Aller en bas de page

Citation de samamuse
j'ai essayé de me procurer ton livre, pour joindre ton éditeur ce n'est pas facile.
peux-tu nous aider à le joindre, sans chéquier, en curatelle je n'ai que de l'argent liquide.
merci d'avance.



Il y a une solution. Je serai demain à Paris pour 24 h. Prends rapidement contact avec Catwoman.

Tout éditeur demande un virement, c'est normal.

Citation de Maschoune
Merci à vous deux pour ce portrait intéressant, culturel et dépaysant !

.



Merci Maschoune. Tu es une des premières personnes à m'avoir adopté sur LPDP.

  Une insurrection des vulnérables face aux infaillibles
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 245
Réponses: 14

Page : [1]

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1036/13395

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 80 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.7%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 112 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.1%
 
 198 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0444] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.