Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 1
Invités : 214
Invisible : 0
Total : 215
· Pichardin
13167 membres inscrits

Montréal: 1er juin 01:46:12
Paris: 1er juin 07:46:12
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Poèmes collectifs :: 41 rue de Siam - Claire obscur et Ashimati Aller en bas de page Cacher le panneau de droite

Page : [1] :: Répondre
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 22 oct 2009 à 14:55
Modifié:  13 avr 2010 à 17:42 par Ashimati
Citer     Aller en bas de page

41 rue de Siam


Le vent siffle, tourbillonne, emportant avec lui des milliers de gouttes d’eau glacée qui lui cinglent le visage et les mains.
Ses cheveux noirs dégoulinent dans son imperméable léger, elle erre sous les réverbères, sur le trottoir inondé de cette rue sombre
D’où vient-elle ? Ou va-t-elle ?


Je suis là sous ce porche depuis tant d’années, à t’attendre, à espérer, toi la marginale, mon double, mon idéal.
J’ai usé les minutes du temps à regarder les nuages en cherchant ton parfum parmi les étoiles si pales.
Ma peau n’en peut plus de cette eau pourrie qui noie mon visage.
Viens, mon ange, viens me protéger de ton aile.


Cela fait des heures qu’elle marche de rue en rue, elle frissonne, la pluie se mélange à ces larmes, brouillent sa vue.
Elle regarde encore par la fenêtre de ce pub aux lumières tamisées, puis reprend son pas cadencé.
Soudain, elle se retourne, le sentiment d’être suivie, la peur l’envahit.
Mais où es-tu mon amour ?


Je suis là depuis tant de siècles, les saisons sont passées desséchant mon cœur, meurtrissant mon âme.
J’ai bu tellement de souffrances, mes armes encore tièdes ont brûlé l’espoir de mes mains.
Ton corps, ce corps de femme qui a tant guéri mes blessures.
Tu es là, quelque part, si près, si loin.
Je te cherche dans le brouillard de ma vie.
Je ne vois presque plus, viens prendre ma main, emmène moi loin de toute cette boue. Je voudrais mourir au soleil en serrant tes doigts.


Elle accélère le pas, la voila arrivée au 41 de la rue de Siam, au loin le pont de Recouvrance, sur sa droite, l’école ou elle allait.
La pluie ne cesse de tomber, le petit jour pointe son nez.
Elle se souvient de leur dernier baiser sous ce porche juste avant qu’il ne prenne la mer.
Épuisée mais portée par l’espoir de le retrouver, tremblante, elle avance encore quelques mètres, puis soudain là dans le noir, elle aperçoit le bout rougeoyant d’une cigarette. Elle reconnaît la silhouette.


Je suis là depuis des millénaires, seul, je sais que tu vas venir, tu n’es jamais loin. Tu ne m’as jamais quitté, même dans ma folie, je n’ai jamais vu que ton regard.
Je l’ai aimé cette mer qui a pris ma jeunesse, mais ce soir, je reviens en ton port, laisse moi jeter l’ancre dans cette ville où j’ai vu le jour, ou tu es restée.
J’ai froid, je tremble comme au premier instant.
Le temps a noirci tes cheveux, et tes yeux, mon dieu, tes yeux que je n’ai pu oublier.
Non, ne dis rien, il n’y a plus rien à dire.
Ta main s’avance vers ma joue mal rasée.
Comme je t’aime, si tu savais comme je t’aime.


Elle s’approche à tâtons, bredouille son prénom, entend ses sanglots et le long soupir, voit ses mains se tendre, sans rancune, sans hésitation, elle se jette dans ses bras.
« Mon cœur, mon tendre amour, depuis tout ce temps, je suis venue chaque jour priant les Dieux pour que tu me reviennes ».
Elle pose délicatement un doigt sur sa bouche, avec l’autre main lui caresse la joue.
Si tu savais comme je t’aime, si tu savais.


Le gris du petit jour les enveloppe tendrement, ils ne sentent plus ni le froid, ni l'humidité qui leur glacent les os.
Il chancelle, elle le soutient, partant pour n’importe où, n’importe quel ailleurs.
Désormais sous le même soleil.

Claire obscur et Ashimati
22 octobre 2009



Source d'image

 
Bestiole Cet utilisateur est un membre privilège

Administratrice


Je ne suis qu'un reflet, vous êtes cet abîme
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
312 poèmes Liste
18140 commentaires
Membre depuis
25 juin 2004
Dernière connexion
30 mai
  Publié: 22 oct 2009 à 15:41
Modifié:  22 oct 2009 à 15:42 par Bestiole
Citer     Aller en bas de page

Et un hommage à Prévert qui a bercé mon adolescence...


C'est simple et beau... comme une vraie rencontre en fait.

Juste cadeau, ces mots de Cabrel

"Il arrive, elle le voit, elle le veut, et ses yeux font le reste"
(Un Samedi soir sur la Terre)

  Megliu dà que prumette (proverbe corse) - Traduction : C'est mieux de donner que de promettre
James


La vie est la cruauté de la mort (James)
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
13 poèmes Liste
23534 commentaires
Membre depuis
4 octobre 2006
Dernière connexion
20 avril
  Publié: 22 oct 2009 à 17:01 Citer     Aller en bas de page

J'ai apprécié ce texte par les images qui s'y dégagent ..
un très bon moment de lecture merci à vous deux poètes

amitiés

james

  Membre de la Société des poètes Français.
Galaad


Les mots sont le miroir de l'âme...
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
88 poèmes Liste
3532 commentaires
Membre depuis
22 septembre 2006
Dernière connexion
21 janvier 2018
  Publié: 22 oct 2009 à 21:40
Modifié:  23 oct 2009 à 04:48 par Galaad
Citer     Aller en bas de page

La rue de Siam à Brest si vs savais combien je la connais... Elle sent juste le parfum de mon sang...comment je ne pourrait aimer l ivresse d une nostalgie, d un poeme d hier , que je trouve juste magnifique ...

Merci

Amitié x 2


Tristan

 
Mystic4Ever


Le tant me manque et toi bien plus encore!
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
762 poèmes Liste
10443 commentaires
Membre depuis
21 mars 2005
Dernière connexion
21 avril
  Publié: 22 oct 2009 à 22:19 Citer     Aller en bas de page

Je n'ai pas de mot pour exprimer ce que j'ai ressenti en vous lisant, alors j'ecrirais juste merci à vos deux plumes....

Mystic
x2

 
Serge

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
313 poèmes Liste
2513 commentaires
Membre depuis
5 janvier 2008
Dernière connexion
5 mai
  Publié: 22 oct 2009 à 22:57 Citer     Aller en bas de page

Rien à ajouter aux com d'avant...

Juste

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 23 oct 2009 à 07:43 Citer     Aller en bas de page


Bestiole
Je vois avec plaisir que Prévert est un de tes poètes favoris, tout comme moi.
Il est vrai que l'ambiance rappelle un de ces plus beau texte.
Merci pour le cadeau
Bisous
Thierry

James
Merci ami d'être passé nous lire
Je suis surtout content que ce texte t'ai apporté un petit moment de douceur
Amitiés
Thierry

Hé l'ami
Ce fut une belle rue, dommage que l'on y retrouve plus l'ambiance d'autrefois, modernité oblige.
Mais il y a encore à Brest, des endroits magiques, mais chut ! ! !
Amitiés
Thierry

Mystic
Sous la tristesse des mots, c'est surtout un vrai poème d'amour.
Comme la précisé Vinie, une vrai rencontre, simple.
Bisous
Thierry

Serge
Merci pour ton appréciation, cela nous fait très plaisir
Amitiés
Thierry



 
ARABESQUES
Impossible d'afficher l'image
Les poètes portent en eux les secrets qui lient la Terre aux astres: Bonnard
   
Statut: Hors ligne
Visitez le site web de ce poète. Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
87 poèmes Liste
5977 commentaires
Membre depuis
6 avril 2009
Dernière connexion
21 décembre 2012
  Publié: 23 oct 2009 à 12:08 Citer     Aller en bas de page

Quelle belle lecture!! Mais quelle belle lecture!!
Le décors, l'ambiance, les pensées de ces deux âmes séparées depuis si longtemps . Le Temps n'a pas usé leur amour. Désormais ils vont avancer , ensemble dans le soleil!!!! Magnifique! J' ai adoré!
Bravo à vos deux plumes!!! Merci
Martine

  Un grand voyage commence toujours par un...premier pas
Guid'Ô


« On finirait par devenir vraiment fou, ou par mourir, si on ne pouvait pas pleurer. »
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
247 poèmes Liste
16128 commentaires
Membre depuis
20 août 2005
Dernière connexion
19 avril
  Publié: 23 oct 2009 à 12:09 Citer     Aller en bas de page

On goutte énormément à cette lecture...comme ça fait du bien

Bravo vous deux !

  [IMG]https://img4.hostingpics.net/thumbs/mini_372043IMG1731.jpg[/IMG]
Claire obscur


A coeur vaillant rien d'impossible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2009
Dernière connexion
19 février 2017
  Publié: 23 oct 2009 à 12:43 Citer     Aller en bas de page


MERCI !!!! à Vous Tous je me joins à Thierry pour vous faire des gros bisoux, je suis toute rouge oopss

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 23 oct 2009 à 22:08 Citer     Aller en bas de page


Martine
ben je suis ravi que ce texte t'ai plus, nous avons essayer d'y mettre le plus de sentiments possible dans une ambiance un peu grise, mais pas triste
Bisous
Thierry

Guide Haut
Si nous avons pu te faire du bien, alors le pari d'un texte"vécu" est réussi.
Merci de ta visite
Amitiés
Thierry

Claire obscur
Ne rougis pas, j'ai pris énormément de plaisir à l'écrire avec toi, surtout en face à face, ce qui est plutôt rare.
C'est marrant de se passer le bloc de la main à la main.
allez, on recommence
Plein de bisous, mon ange

Démone
Qui sait si nous n'avons pas fréquenté le même collège ( bon avec quelques années d'écart).
Hé oui, de beau quartier, mais la ville change, cet été, je m'y suis moins plus, pourtant j'y ai vécu 40 ans
Bisous
Thierry


 
Claire obscur


A coeur vaillant rien d'impossible
   
Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
16 poèmes Liste
102 commentaires
Membre depuis
24 septembre 2009
Dernière connexion
19 février 2017
  Publié: 24 oct 2009 à 12:32 Citer     Aller en bas de page

Je suis très contente que ce texte plaise car j'ai pris beaucoup de plaisir à l'écrire avec toi mon Ty Lou !
je remercie encore toutes et tous pour les petits messages bien agréable à lire !
et j'espère qu'on vous emportera dans d'autres aventures ! bibis à tous
kissoux tout doux mon Ty Lou

 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 9 nov 2009 à 21:07 Citer     Aller en bas de page


Merci à toi de ta visite, nous avons effectivement pris grand plaisir à écrire ce petit texte
Amitiés
Thierry


 
Ashimati

Statut: Hors ligne
Envoyez un message instantané à ce poète.
Statistiques de l'utilisateur
329 poèmes Liste
7272 commentaires
Membre depuis
3 août 2008
Dernière connexion
31 mai
  Publié: 19 nov 2009 à 18:24 Citer     Aller en bas de page


opopop
C'est vrai que sans vraiment le vouloir, ce sont les rues , les porches, la ville entière qui nous parle et nous rappelle de si bons souvenirs
Amitiés
Thierry


 
Page : [1] :: Répondre

 

 



Répondre
Version imprimable
Avertissement par courriel
Autres poèmes de cet auteur
Share
Cocher cette section lue
Cocher toutes les sections lues
Visites: 1809
Réponses: 13
Réponses uniques: 9
Listes: 2 - Voir

Page : [1]

Les membres qui ont aimé ce poème ont aussi aimé les poèmes suivants :



Nous n'avons pas assez de données pour vous afficher des recommandations. Aidez-nous en assignant une cote d'appréciation aux poèmes que vous consultez.

 

 
Cette page a été générée en [0,0563] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.