Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 4
Invités : 27
Invisible : 1
Total : 32
· Sidonie · Lucie Granville · ChrisTale
Équipe de gestion
· Catwoman
13362 membres inscrits

Montréal: 6 juil 13:59:25
Paris: 6 juil 19:59:25
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant









LPDP :: Profil de Galatea belga Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Mon rêve est la réalité banale d'un autre-Galatea-
   

Galatea belga

Poèmes : 716
Commentaires : 15243
Connexions : 23365
Pages consultées : 353250

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 6 décembre 2009
Dernière connexion : il y a 5 heures

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Nom : Galatea
Date de naissance : 1er mai 1900
Sexe : Féminin
Lieu : exilée -volontaire-au nombril de l'Europe
Profession : danseuse d'émotions



Autres informations

Film préféré : Avatar-Tout Bergmann, Train de vie,The sixth sense,Howard's End,Dead poets society,The sheltering sk
Style musical préféré : un peu tout, selon les jours et l'humeur
Écrivain ou poète préféré : Yourcenar,Walden de Thoreau,Lawrence,Austen,Verga,Shakespheare(Sonnets),Waugh,Sciascia,Allende,Naipa
Personnage de bande dessiné préféré : Donald Duck, Diabolik....




Passe-temps

Observer, écouter, rêver, lire,converser, écrire, promenades dans la nature, mon jardin, mes animaux,cuisiner, créer un monde idéal....., goûter, partager.


http://www.youtube.com/watch?v=QUrghxZpVSw



Son histoire

Une chanceuse qui a rencontré et aimé beaucoup de monde. Dans mes veines ont toujours coulé optimisme et caillots de mélancolie.
Je trouve la beauté et je reste émue...


Il y a un an , en Janvier 2010 , j'ai commencé à écrire des poèmes , en Français, langue que j'utilise seulement pour écrire ici…
Depuis trois ans ,j'habite en Belgique , en Limburg , Flandres.

Je suis une exilée volontaire et heureuse.

Ma nouvelle vie, à cause de mon travail, m'a fait éloigner de l'Italie , de ma Sicile où je suis née, mais que j'ai quitté il y a 30 ans…
J'écris de mon quotidien , je raconte ce que mon regard cueille pendant mes déplacements en voiture ou en train…pendant que j'écoute, toujours, toutes sortes de musique.

Parfums, soleil et…musique sont mes déclencheurs d'émotions que j'accumule instant pour instant , ivre de vivre…
J' écris pour me sentir libre et vidée d'émotions que à l'occasion je préfère communiquer à mon aimé , à mes amies.
Je suis ouverte et j'accepte librement l'émotion que la rencontre avec les autres fait naître en moi.
Je crois avoir ,en général, un regard positif et d'acceptation pour tous et tout…je n'aime pas croire , avant tout, que ce monde est inhabité par loups et hyènes…
Je me sais défendre en tout cas …

Je poursuis un idéal de poésie qui est en harmonie avec ma simple vision de la vie et des relations avec les autres. Plein de liberté donc et absolument pas de contritions stylistiques.
Je déteste mes poèmes qui m'arrivent en rimes !!

J'écris comme Galatea belga quand une musique , un parfum , le soleil ouvrent mon réservoir d'émotions,, quand j'ai besoin de figer un moment riche de vécu et de musique intérieure et avec les pauses de mon souffle de l'instant…







Je trouve plus de plaisir à résoudre une équation du second degré qu'à brider mon inspiration, ma fantaisie avec la chemise de force de la rime ou des pieds
galatea belga



Projets futurs

Rester curieuse , avoir bons yeux et oreilles pour continuer a' capter les merveilles autour de moi
www.galatea.unblog.fr

Dans la poésie je cherche ce que je peux : un défouloir , parfois mon absolu , d'autres mes sourires et mes larmes distillées et sans bavures

Je n'ai pas de jardin secret : tout ce qui m'enivre et me rend belle la vie je le montre , médailles en mots d'une connexion avec ce monde et les autres.



Autre

http://i68.servimg.com/u/f68/15/24/51/29/12418110.jpg

Merci deux fois , pour ton Port de Lilia, chère Purazar !!


Aubépine éolienne par A.d.A le 10/8/2015

Variété sans racines,
Soumise toute entière
Aux caprices des vents.

Ses petites épines,
Et ses nombreuses fleurs,
Sont d'aspect avenant.

Apprécie les zones d'ombre,
Sans fuir la lumière,
Et ce, en tous endroits.

Qui la veut à son nombre,
De fleurs particulières
Nécessite d'être adroit.

Ses attaches diffuses,
La rendent insaisissable,
Et la font disparaître

Lorsqu'elle se trouve confuse,
Comme des grains de sable
Soufflés par une fenêtre.




Toscano

À Galatea belga



Acqua di Venezia


Cielo dipinto di grigio
Venezia fiore di nuvole
Un attimo
O sempre

Le donne si bagnano di luce
Della Salute a San Marco
Capelli nudi
Miele e rose

Lo sguardo non può seguire
Farfalle e grande nave
Occhi neri
Mare lontano

Eaux de Venise

Ciel peint de gris
Venise fleur des nuages
Un instant
Ou toujours

Les femmes se baignent de lumière
De la Salute * à Saint-Marc
Cheveux nus
Miel et roses

Le regard ne peut suivre
Papillons et grands navires
Yeux noirs
La mer au loin

* La Salute, la Basilique de Santa Maria della Salute.

****
Lanceuse de couteaux

Habile adoratrice
Présentant en miroir
Les fumées d'encensoirs
Qui plongent comme un kriss
Au plus profond du coeur
Palpitant de l'auteur,

Lanceuse de couteaux,
Lames tranchantes et claires,
Dont le beau numéro
Zèbre de ces éclairs
Le regard hébété
Des cibles envoûtées,

Dois-je vous dire aussi
Que bien souvent j'adore
Le mystérieux lacis
De vos posts qu'alors
J'observe fasciné
Tant ils sont affinés ?

Un vrai cheminement,
Profond, de qualité,
Sensible, cultivé,
Très féminin, vraiment,
Les yeux grands ouverts
D'horizons entrouverts.

Aubépin des Ardrets, en janvier 2015

De l'audace et du lisse

Sens, sillage,
inconnu rivage,
pairle médiane du blason
d'Homère.
Au dénouement
de mes passages,
j'observe l'églant
de tes hommages
gonflé de patine.
Blancs seings
de l'audace et du lisse,
ouverts aux outrages
tout étonnés.
Pleine lune ou lys,
déesse stylite,
tu l'auras effleurée,
ma berge.

Souffle long
et regard à l'envers,
je te laisse filer,
sur l'onde, à l'horizon,
où me pousse également
ton zéphyr qui expire
au creux de mon oreille.
Nous pleurons, nous rions :
tu es belle, épanouie.

Aubépin des Ardrets, Ithaque, en janvier 2016

Ella
Pascal_F

2016-02-14 06:20:50


Ella …

Elle a l'aura d'un amour rose
Lorsqu'à l'orée des matins blêmes
Elle a ce petit quelque chose
Bien plus beau que tous les poèmes.

Ella peint l'orbe de ses yeux
À peine arrachée à la nuit
Elle a figé un air joyeux
Au soleil d'un rien qui séduit.

Ella est un lointain murmure
Brodant les vagues de la lune
Elle a la grâce pour armure
L'éclat d'étoiles pour fortune.

Ella n'est rien d'autre qu'un rêve
Une île en ma tête-océan
Telle vague léchant la grève
Elle a vécu jusqu'à l'estran.

Pascal_F




Dernière entrée au journal

Publiée : 25 mai à 09:30
Titre : Tel quel, sans rimes. - 12 commentaires sur cette entrée

Deuxième semaine de presque liberté *ACCV.

On commence à bouger comme il faut.
Je viens d’acheter une voiture “pour femme “.

Je conduis depuis l’âge de 19 ans mais les dernières décennies je n’ai plus assuré aucune voiture à mon nom.

Un mari étranger et pas resident et un autre detail ne me donnent pas le droit d’utiliser mes références comme automobiliste et je dois accepter un contract comme si j’étais une “jeunotte” qui peut avoir les accidents les plus terribles.
Nulle part existent des traces de ma bonne conduite sur les routes anglaises et sur les motorways autour de Londres, nulle part ils trouveront que je me suis perdue dans les bois flamands quand la neige ou le brouillard m’ont fait perdre la boussole et j’ai rencontré les fantomes de Bokreijk, sans tuer personne.
Encore: nulle part on a registré mes passages sans aucune écorchure dans les rouelles des villages de montagnes siciliens avec leurs trottoirs hauts en pierre lavique.

Ce matin, donc, il faut SORTIR.

Déjà l’idée d’ouvrir la grille de mon jardin m’a fait venir un sérieux mal au dos.
J’ai oublié- avec immense plaisir- la routine forcenée des jours actifs et, apres les semaines de confinements, je dois me mettre en marche.

Ce matin, très tôt, mon amour, pendant que je dégustais mon premier thé et quelques gouttes de café complétait un de mes petits rêves.Il a en fixé avec des clous le parasol du jardin que le vent fait déplacer facilement. ( Cette attention du matin lui fera gagner beaucoup de points plus tard)

On commence la préparation avant de sortir…

Rasé, lavé, il s’habille et s’assied devant la télé en attente.

Moi, je dois choisir quel vêtement mettre. Fera-t-il trop chaud ? non j’ai frissonné avant…, et avec le masque rouge s’accorde mieux le complet léger bleu foncé ou celui beige? Dois-je mettre les lunettes ou pas?
Je deviens irritable quand j’ai trop de choses autour des oreilles.
OK, j’opte pour les deux pièces bleues légères mais avec les manches longues.

Oups, il faut refaire le lit. On sait jamais si quelque chose se passe et d’autres gens doivent venir chez moi prélever quelque chose dans la chambre ( J’ai cette terreur chaque fois je sors de chez moi).

Aussi dans la salle de bains: je range tout et les trois crayons que je viens d’utiliser vont dans leur pochette et rangé.

Les cheveux. Je me regarde dans le miroir et je decide de mettre une barrette pour la queue-de-cheval basse.

Je prends mes documents qui sont dans la pochette rouge.
Finirai- je un jour de changer de sac tous les jours au risque d’oublier mon portefeuille ou quelque carte?

Dans la cuisine les tasses et les plats du petit déjeuner ne sont pas encore ni lavés, ni rangés dans la lave vaisselle.
Vite, vite je le fais. On sait jamais si quelque chose se passe et d’autres gens…

Je sors verser dans la poubelle pour le compostage les pelures des pommes, des bananes et les citrons pressés. On sait jamais… La cuisine pourrait devenir la maison de vacances de fourmis et d’autres insectes!

Je passe devant Ciro, un de mes chats.
Il est positionné sur une table en face de la cuisine et il attend des caresses à chacun de mes passages.

Je suis presque prête.

Je vais chercher sur Google l’adresse d’une agence la plus proche. On n’a plus envie de faire des km et en plus l’ancienne agence ne peut pas non plus nous faire payer moins.

Je dois prendre une autre décision- grave- et choisir les chausseres qui me permettront de rester debout pour des heures devant le bureau et qui feront sembler haut- à point -mon derrière !

Je passe devant mes dernières créatures végétales: elles sont presque sans vie ! Je prends le petit arrosoir et je leur verse de l’eau.
Ai- je finis ?.
Ouiiiiii. On monte sur la voiture.

Je refais dans ma tête la liste: documents personnels, carte bancaire, le masque, les certificats d'enregistrement de la nouvelle voiture.
Le masque, il y en a un bloc dans la voiture mais je veux le mien, personnalisé et qui s’accorde avec mes deux pièces.
J’ai oublié dans la cuisine le certificat d’enregistrement.
Je dis ça quand la voiture a déjà parcouru quelques kilomètres.

Et voilà l’homme, le mari, l’Amour qui tout fait pour te rendre heureuse qui devient l’homme des blagues, celui des sketchs stereotypés à la télé.

Le souvenir de son cadeux du matin me fais baisser la tension arterielle et, en silence absolu, je rentre, je prends le tout et on repart.

Je suis confuse et mécontente.
Je ressens fort et clair que, nouvelle Eve pour deux mois , j’ai perdu mon paradis, celui de mon jardin au temps du Coronavirus.

*ACCV: Après Confinements Coronavirus


Répondre      Entrées antérieures


Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
Visiter son site web
Les Seins de la Certitude (Nouvelles littéraires)
- Stringi, stringi * Au final... (Citations personnelles)
- Expirante coabitation de mots (Poèmes par thèmes)
- Il cancello sul nulla * (Autres poèmes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1035/13157

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 79 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.7%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 112 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.1%
 
 198 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0177] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.