Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membre : 0
Invités : 9
Invisible : 0
Total : 9
13029 membres inscrits

Montréal: 18 déc 22:48:31
Paris: 19 déc 04:48:31
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de ozner Aller en bas de page Cacher le panneau de droite


ozner

Poèmes : 41
Commentaires : 462
Connexions : 3437
Pages consultées : 38266

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 18 juin 2008
Dernière connexion : il y a 11 jours

Cet utilisateur est présentement hors ligne.



Passe-temps

"C'est peut-être ça qu'on cherche à travers la vie, rien que cela, le plus grand chagrin possible pour devenir soi-même avant de mourir."

Loulou



Son histoire

"Tu comprendras que la niaise manie d'un " nom " et de ton " moi "
encombrant te possède,
et que pour être personnel, il faut d'abord se dépersonnaliser.
Et que la personnalité la plus haute est faite d'impersonnalité,
d'une distillation et sublimation de soi-même.
...A travers le serpentin des opérations dramatiques."

Louis Jouvet



Dernière entrée au journal

Publiée : 6 mars 2010 à 14:53
Titre : Petit Friedrich

"Aujourd’hui, quand il entend prêcher la pitié - et s’il écoute bien, il n’entend plus prêcher d’autre religion -, il faut que le psychologue dresse l’oreille: à travers toute la vanité de ces prêcheurs, à travers tout le vacarme qu’ils font (comme tous les prêcheurs), il percevra un son strident, gémissant, le vrai son du mépris de soi. Ce mépris accompagne l’assombrissement, l’enlaidissement de l’Europe qui ne cessent de croître depuis un siècle (…), à moins qu’il n’en soit la cause! L’homme des « idées modernes », ce singe orgueilleux, est furieusement mécontent de soi. Il pâtit, et sa vanité veut qu’il se borne à « compatir »."


"Ô Voltaire, ô humanitarisme, ô sottise! Il y a à dire sur la « vérité » et la recherche de la vérité, et quand l’homme s’y prend par trop humainement - « il ne cherche le vrai que pour faire le bien », - je parie qu’il ne trouve rien!"


« Tant que l’utilitarisme qui réside dans les jugements moraux ne visera que ce qui est utile au troupeau, tant qu’il n’aura en vue que la conservation de la communauté et que l’on taxera d’immoralité uniquement ce qui paraîtra la mettre en danger, on ne pourra encore parler d’une « morale de l’amour du prochain ».
(…) On arrive à un degré de déliquescence morbide et de ramollissement où la société prend elle-même parti, en tout sérieux et honnêteté, pour celui qui lui porte atteinte, pour le malfaiteur. Punir lui paraît inique pour une raison ou pour une autre, - ce qui est certain c’est que l’idée de « châtiment », l’idée d’ « avoir à châtier », lui fait mal, la remplit d’horreur. « Ne suffit-il pas de le mettre hors d’état de nuire? Pourquoi châtier par surcroît? Châtier est une chose épouvantable! » La morale grégaire, la morale de la peur, touche ainsi à ses ultimes conséquences. S’il était possible de supprimer le danger, le mobile de la crainte, on supprimerait du même coup cette morale: elle ne serait plus nécessaire, elle ne se tiendrait plus elle-même pour nécessaire! Celui qui scrute la conscience de l’Européen moderne, décèlera dans les mille replis et recoins de la moralité le même, sempiternel impératif, celui de la crainte grégaire: « Nous voulons, un jour, n’avoir plus rien à craindre. » Un jour… La volonté et la voie qui mènent à ce point s’appellent aujourd’hui, dans toute l’Europe, le « progrès ». »



F. Nietzsche, Par-delà bien et mal

Répondre      Entrées antérieures


Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- Qui comme Ulysse (Poèmes d'amour)
- Name dropping (Autres poèmes)
- À ce que nous n'avons jamais été (Lettres ouvertes)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 977/13024

8.6%
 
 84 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.6%
 
 74 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

5%
 
 49 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

16%
 
 156 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 17 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 106 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.3%
 
 189 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

30.9%
 
 302 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0260] secondes.
 © 2000 - 2018 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.