Tanné de la publicité? Devenez un membre privilège et dites adieu aux bannières!

LPDP - Page d'accueil
Devenez membre
Oublié M.Passe?
Compte privilège
Nouveau compte
Activer un compte
Oublié mot de passe?
Renvoyer code d'activation
Poèmes populaires
Hasards de l'équipe
Poèmes de l'année
Poèmes par thèmes
Publier un poème
Liste détaillée des sections
Poème au hasard
Poème au hasard avancé
Publications
Règlements
Liste des membres
Fils RSS
Foire aux questions
Contactez-nous
Chat
À Propos
::Poèmes::
Poèmes d'amour
Poèmes tristes
Poèmes d'amitié
Poèmes loufoques
Autres poèmes
Poèmes collectifs
Acrostiches
Poèmes par thèmes
::Textes::
Nouvelles littéraires
Contes d'horreur
Textes érotiques
Contes fantastiques
Lettres ouvertes
Citations personnelles
Textes d'opinion
Théâtre & Scénario
::Discussions::
Nouvelles
Portrait sous vers
De tout et de rien
Aide aux utilisateurs
Boîte à suggestions
Journal
Le coin de la technique
::Images::
Album photo

Membres : 7
Invités : 301
Invisible : 1
Total : 309
· Elodie Daraut · ballandine · ]PeGaSe[ · Tartignole · Tychilios · Aude Doiderose · Andesine
13172 membres inscrits

Montréal: 8 août 14:07:57
Paris: 8 août 20:07:57
::Sélection du thème::
Ciel d'automne
Lime trash
Soleil levant



LPDP :: Profil de Hubix-Jeee Aller en bas de page Cacher le panneau de droite



Les mots qui vont surgir savent de nous des choses que nous ignorons d'eux. René Char.
   

Hubix-Jeee

Poèmes : 143
Commentaires : 6785
Connexions : 6387
Pages consultées : 191397

Type de compte : Régulier
Membre depuis : 25 décembre 2010
Dernière connexion : il y a 13 heures

Cet utilisateur est présentement hors ligne.

Informations générales

Nom : Hubix-J.Felert
Sexe : Masculin
Lieu : Près de Sagittarius A*
Profession : Ambidextre adroit



Autres informations

Film préféré : le prochain
Style musical préféré : tout ce qui s'écoute
Écrivain ou poète préféré : Prévert, Vian, A.Christie, J.Fante, R.Char
Personnage de bande dessiné préféré : Gaston Lagaffe, Gai Luron




Passe-temps

Ciné, musique, bd, polar, jardin,



Son histoire

Quelle histoire!



Projets futurs

Vivre



Autre

Chat, café, chocolat, sac à dos,



Dernière entrée au journal

Publiée : 23 mars à 15:20
Titre : Histoire pour se dire que le nonsens est paraît-il de loin

Alors que sonnait l'ainée des naines Nuphar, à la porte arrière d'un imposant manoir d'ébène à chardons, je venais de biser la main menue de Sally Beee, marquise des Langes, en trompe l'œil, je peignais un hérisson soldé, que m'avais rapporté mon chat, d'un voyage onirique en forêt linguale, dans une casserole ingrate en chrome nickelé...

Le piquant de l'histoire n'étant pas du goût des tourneurs en biais, je tenais dans ma main, un gaufre au "jogola", saveur inconnue des terriens depuis l'obier des taons, pour l'offrir à mon cacatoès bien raisonnable, qui en raffole de Chaillot, quand une sonnerie triste à se pendre à un chêne centenaire, s'en tenait à m'étourdir les oreilles, que j'avais fines et roses...

J'allais, comme Alphonse, ouvrir à la rustine carmélite, Renée Nuphar, 70 cm de chair à boucher les trous de mémoire d'un congre à Tulles, qui entra, d'un pas rappé, à la "Yo, j'M trop ton boule!", sans que, ni tête ni réflexion sporadique ne puissent se faire à l'idée que, jaunis, les doigts des fumeurs, sentent...

De sa petite voix de crécelle sans cervelle, elle me nargua que ce petit étron de lieutenant-colonel, marquis de Saint-Teuté venait de casser sa pipe, ligneuse, dans une fête foireuse, foraine, au stand de tir à l'obusier électro-mécanique Tamer, se trouvant dans la position de la larve de crocodile, à l'hôpital de Mante-les-Sales-Opes, chambre 666, 13ème étage...

Mes édredons étaient de marbres, lorsque je pris conscience que ma vie trépidante, d'amant filiforme, fantôme réaliste d'un destin, tint à la houppe, d'un mental d'assis "Yeeaahh!!!", que ce vil renard retors, qui m'avait sciemment scié la branche sensuelle et féminine qui devait se nouer à ma vie sentimentale, laissant plonger mon rêve d'un autre temps, un autre meurt...

Mai 1678, Courtoing, près du ru "Sannom", qui traverse, avec une sinuosité toute relative, les jardins du château de Rib-en Belle, je divaguais amplement du cervelet beau et contradictoire, devant un auditoire conquis, qui me répondait par des cris de tendresse, avérée animale, comme un dindon dodu et myope, une tortue coprophage, un lapin cinoque, une poule de billard, un cochon d'Indre et un loir éveillé...

Je n'en pansais pas moins, que ma main fébrile, venant de caresser l'arête osseuse de l'hémisphère caudal du raidillon géométrique du bras menu d'une mer inconnue, se sentait douloureuse, souvenir d'un duel épique derrière l'Abbaye des Ruches-en-Mouain, dans l'herbe jaunissante d'un jardin en jachère, où les vers se terrent à l'aube, sans compromettre la raison pour laquelle j'étais las...

Au loin, passaient des noix, sauves, à jeter les coques laides, par hasard, qu'un simple d'esprit venait de laisser sur un banc de mousse, au chaud... Colas était son nom, mais je le connaissais, surtout, pour sa spécialité: l'assaut épéiste en triple axel raide d'équerre... Celui-ci venait d'écaler un lombric lubrique et bavait de l'œil et suintant comme une mouche amère devant un étal de poissons congelés...

Il m'aperçut et me héla d'une voix rauque et débilement profonde: "Rubrixeeeee !"... Je fis le sourd d'une oreille et le mort de l'autre, mais, l'humanus cretinus absurdus se leva et couru à ma rencontre, comme un bovin sur un Solex porte une Rolex au cou et, inexplicablement il fit volte-face au sourire que je lui tendais, amicalement, en signe d'intériorité profondément troublée par les abords rustres de l'hurluberlu, mais, il tourna les talons, devant une pouliche au déhanché subliminal et s'éloigna, plus vite qu'une ombre en plein désert... Car, il était plutôt chaud, Colas...

Ma mémoire avait noté que le présent, c'est-à-dire, le jour auquel vos yeux de lectrices attentives et de lecteurs jaloux, ne peuvent que se rendre à l'évidence que mon imagination intense, coule comme une rivière alpestre, le long des sentiers fleurissant bon l'originalité jusqu'à se jeter, limpidement dans un océan de plénitude, bref, ce présent ce trouvait être possible, en ce sens que, devant mon bureau laqué, un canard brillait de sa richesse iconographique et cependant, il restait fermement inanimé, alors je regardais Sally Beee, assise dans un coin, mangeant un coing, en regardant à la télé, un épisode de "Saturnin", qui détalait à une vitesse équivalente à celle d'un spaghetti dans la bouche d'un aspirateur, devant Belette, minaudant, comme à son habitude...

L'angle de la pièce de mon nez, multiplié par le densité de l'étang dont nez, suppute qu'un balai serait plus utile à une main qu'un mouchoir à un nez pour éliminer l'ainé des phares à ranger le soleil parmi les étoiles solubles dans l'air, mais ceci est une histoire autre...

Hubix.

Répondre      Entrées antérieures


Listes:      

 

 



Liste de ses poèmes
Consulter son journal
Lui envoyer un message instantané
- Sensation sans station... (Poèmes d'amour)
- La densité des "je veux" longs... (Autres poèmes)
- Un dais pendant... (Poèmes d'amour)

Seriez-vous prêts à contribuer activement dans une mise en version audio des textes d'auteurs du site (sous condition d'accord de la part de ceux-ci bien entendu) ?

État du vote : 1036/13395

8.7%
 
 90 votes : Non, en fait je reste assez neutre par rapport à une initiative de ce genre.

7.7%
 
 80 votes : Non, cela ne m'intéresse pas

4.8%
 
 50 votes : Non, je ne crois que ce soit une bonne idée

15.7%
 
 163 votes : Non, mais ça peut être intéressant

1.7%
 
 18 votes : Aucun souci, je fais cela tous les jours

10.8%
 
 112 votes : Oui, pas de problème, je sais que je pourrais

19.1%
 
 198 votes : Oui, mais je ne suis pas sûr de savoir le faire

31.4%
 
 325 votes : Oui, mais je ne vois pas comment

 

 
Cette page a été générée en [0,0158] secondes.
 © 2000 - 2020 VizFX.ca - Tous droits réservés  |  Pour nous joindre
L'utilisation de ce site Web implique l'acceptation des Conditions d'utilisation. Tous les textes hébergés par La Passion des Poèmes sont protégés par les lois de la protection des droits d'auteurs ainsi que par des traités internationaux. Il est strictement interdit de distribuer, d'afficher ou d'utiliser ces textes de quelque manière sans l'autorisation de l'auteur du texte en question.

           
 
Oubliez votre mot de passe? Cliquez ici.